Rejoignez-nous

Suisse

Des parlementaires contre des stations de ski à capacité réduite

Publié

,

le

Albert Rösti (UDC/BE) appartient à la coalition de parlementaires fédéraux issus des rangs de la droite, qui exige que les capacités des régions de ski ne soient pas limitées. (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Une coalition de parlementaires fédéraux issus des rangs de la droite exige que les capacités des régions de ski ne soient pas limitées. Si des mesures supplémentaires doivent être prises, elles relèvent de la compétence des cantons, et non de la Confédération.

L'alliance a indiqué mercredi dans un communiqué qu'elle s'inquiétait pour les "milliers d'entreprises touchées dont la survie dépend des recettes réalisées durant le petit nombre de semaines de vacances hivernales".

Pour éviter de compliquer leur situation, il faut renoncer à de nouvelles restrictions imposées au niveau fédéral sur tout le territoire et frappant le tourisme hivernal. Au besoin, il incombe aux cantons d'imposer des exigences supplémentaires pour endiguer l'épidémie de coronavirus.

Le Conseil fédéral a envoyé il y a quelques jours aux cantons et aux milieux concernés un projet d'ordonnance pour consultation. Les stations peuvent rester ouvertes. Mais, afin d'éviter une foule importante, des mesures telles que des restrictions de capacité ou une heure de fermeture anticipée des restaurants et des bars doivent être appliquées.

Pas de restrictions de capacités

Réunie devant les médias à Berne, l'alliance, à laquelle participe également la présidente du PLR Petra Gössi, refuse que les capacités des régions de ski soient limitées."On ne voit pas quelle différence il y aurait entre un tram ou un bus plein et une télécabine pleine", argumentent les parlementaires, qui ajoutent que le plus souvent, le séjour dans une télécabine est beaucoup plus court que dans un tram ou un bus.

La balle est à leurs yeux dans le camp des entreprises touristiques, qui ont le devoir d'appliquer "sans exception et rigoureusement les dispositifs de protection". Selon ces élus de droite, le Conseil fédéral songe, "notamment à la suite de pressions étrangères", à restreindre fortement le tourisme hivernal en Suisse.

Pour le conseiller aux Etats Martin Schmid (PLR/GR), il n'y a "tout simplement aucune preuve que des infections se soient produites dans ce secteur". La Suisse ne doit pas adopter une "ordonnance restrictive et centralisée".

Discussion jeudi au National

La Suisse ne doit pas aller aussi loin que les pays voisins, a surenchéri le conseiller national Albert Rösti (UDC/BE). "Il ne doit pas être permis que les concepts de protection existants soient maintenant supplantés par des restrictions de capacité". Il a déclaré qu'il ne voulait ni d'une "politique du laisser-faire", ni des "mesures inutiles et injustes" pour les régions de montagne.

Thomas Matter (UDC/ZH) a ajouté que la commission de l'économie du Conseil national a adopté mercredi une déclaration. "Elle invite le Conseil fédéral à s'abstenir de prendre de nouvelles mesures dans les régions de sports d'hiver. L'égalité de traitement des secteurs économiques dans toutes les régions doit aussi être garantie. Elle sera discutée jeudi au Conseil national.

La Commission de la santé du Conseil national a elle écrit au Conseil fédéral. Dans sa lettre, elle fait part de ses craintes concernant les règlementations particulières concernant les fêtes de fin d’année et les domaines skiables qui pourraient être inscrites dans l'ordonnance Covid-19."

Isolement évoqué en France

Mercredi, le gouvernement français a indiqué envisager de mettre en place une période d'isolement de 7 jours pour les Français qui seront allés skier à l'étranger pendant les fêtes, a affirmé le Premier ministre Jean Castex. Des contrôles aléatoires seraient menés aux frontières de l'Espagne et de la Suisse.

Le gouvernement envisage aussi de demander des tests négatifs à présenter aux aéroports d'arrivée, pour les voyageurs. La Premier ministre a précisé que ces mesures restrictives seront mises en place si la Suisse et l'Espagne décident de garder leurs stations ouvertes.

De son côté, le gouvernement autrichien a annoncé mercredi qu'il sera possible de skier dans le pays dès 24 décembre. Toutefois, les hôtels, les bars et les restaurants ne vont rouvrir que le 7 janvier, ce qui va de facto limiter l'affluence de touristes étrangers sur les pistes.

Le Conseil fédéral devrait se prononcer vendredi sur une liste de mesures pour limiter la propagation du coronavirus durant les fêtes de fin d'année. Selon la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS), une majorité de cantons soutient en principe les propositions du Conseil fédéral, "bien que de nombreuses positions différenciées et motions minoritaires aient été reçues".

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Personne ne devine la bonne combinaison de l’Euro Millions

Publié

le

La loterie transnationale Euro Millions est proposée dans douze pays européens, dont la Suisse. (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions vendredi soir. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 12, 18, 24, 25 et 39 et les étoiles 8 et 10.

Lors du prochain tirage mardi, 37 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande. Cette loterie transnationale est proposée dans douze pays européens, dont la Suisse et le Liechtenstein.

https://jeux.loro.ch/games/euromillions

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Dominique Meyer nommé à la tête de l'OCL

Publié

le

Dominique Meyer n'a pas été reconduit à la Scala, la limite d'âge ayant été fixée à 70 ans pour les directeurs de théâtres lyriques (archives). (© KEYSTONE/EPA ANSA/MATTEO BAZZI)

Le directeur sortant de la Scala de Milan, le Français Dominique Meyer, 68 ans, est nommé au poste de directeur général de l'Orchestre de chambre de Lausanne, a annoncé vendredi la Scala. Il prendra ses fonctions le 15 juillet.

Dominique Meyer restera directeur de la Scala jusqu'à la fin de son mandat le 28 février 2025, a précisé l'institution milanaise dans un communiqué. Son successeur, l'Italien Fortunato Ortombina, "qui assumera les fonctions de directeur désigné de la Scala à partir du 1er septembre 2024", prendra sa relève à partir du 1er mars 2025.

A Lausanne, Dominique Meyer sera rejoint à partir du 1er septembre par Julie Mestre, actuellement directrice générale de l'Orchestre des Pays de Savoie, en tant que directrice des opérations. "Le duo travaillera en étroite collaboration avec le directeur artistique Renaud Capuçon", conclut le communiqué.

Dominique Meyer, qui avait en vain demandé un renouvellement de son mandat à la Scala, avait assuré fin mai quitter son poste en toute "sérénité", sans "amertume". "Un ministre a décidé de me mettre à la retraite de la Scala, mais la vie continue", avait-il déclaré en référence au ministre de la Culture Gennaro Sangiuliano, lequel avait fixé à 70 ans la limite d'âge pour les directeurs de théâtres lyriques, empêchant ainsi de fait une reconduction de M. Meyer qui atteindra cet âge en août 2025.

Le gouvernement nationaliste de Giorgia Meloni n'avait guère caché sa volonté de voir arriver aux commandes de la Scala un Italien, après trois directeurs étrangers.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Vaud

Accident mortel sur un chantier de Prilly

Publié

le

Les services de secours s'activent sur place suite à l'effondrement d'un échafaudage à Prilly. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'effondrement de l'échafaudage d'une tour à Prilly (VD) a fait au moins trois morts et quatre blessés graves vendredi matin. Cinq autres personnes ont également été blessées dans cet accident de chantier, a annoncé la police vaudoise.

Spectaculaire et dramatique accident de chantier vendredi matin à Prilly, dans l'Ouest lausannois (VD): un échafaudage de 60 mètres de haut s'est effondré d'un immeuble en construction près de la Vaudoise aréna. Le bilan, encore provisoire, est lourd: au moins trois morts, quatre blessés graves et quatre autres blessés moyens ou légers, a priori tous des ouvriers travaillant sur le site.

Il est 09h22 quand l'alerte est donnée à la police vaudoise pour signaler la chute d'un échafaudage du mini gratte-ciel de 19 étages, extension verticale accolée à l'ouest du centre commercial de "Malley Lumières", propriété de la Suva, juste derrière la gare de Prilly-Malley. Baptisée "Malley Phare", cette "tour" en structure bois prévoit 96 logements.

"J'ai entendu un énorme fracas puis vu un immense nuage de poussière", a relaté à Keystone-ATS une employée de pharmacie du centre commercial. Bien visible, la scène de l'accident faisait froid dans le dos, avec un gigantesque amas de métal de l'échafaudage gisant pêle-mêle au sol. Aux alentours, de nombreux ouvriers étaient sous le choc, discutant entre eux ou regardant, complètement effarés, l'échafaudage en mille morceaux.

Florian se trouvait à une station-service de l’autre côté de la route au moment de l’accident. Témoin de la scène, il nous raconte. 

FlorianTémoin

Monte-charge en cause?

Très vite, ce sont plusieurs dizaines d'ambulances, de véhicules de pompiers et de police qui se rendent sur les lieux de l'accident. Un vaste périmètre de ce quartier de "Malley Lumières" a aussitôt été bouclé pour les besoins de l'intervention des secours.

Selon plusieurs témoins et ouvriers, le monte-charge se serait effondré du haut de l'immeuble, entraînant dans son sillage tout l'échafaudage de la face nord, côté route du Viaduc menant à la Vaudoise aréna. La police vaudoise n'a pas voulu confirmer.

Jean-Christophe SauterelPorte-parole de la police vaudoise

"Les causes et circonstances de l'accident ne sont pas connues pour l'instant. Une instruction pénale du Ministère public, arrivé sur place, a été ouverte pour les déterminer", a indiqué sur place aux médias le porte-parole de la police cantonale, Jean-Christophe Sauterel. Les investigations ont été confiées aux spécialistes de la gendarmerie et aux enquêteurs de la police de sûreté, comprenant notamment la Brigade de police scientifique.

Les recherches se poursuivent

Un bilan encore provisoire en milieu d'après-midi a, lui, été annoncé par la police dans un communiqué, et déjà lourd: trois morts, quatre blessés graves, dont un héliporté au HUG, deux blessés moyens et deux blessés légers, soit, à ce stade, une dizaine d'ouvriers directement impliqués sur le site. Six des blessés ont été emmenés au CHUV. Les recherches se poursuivaient, des personnes manquant encore à l'appel.

Les pompiers avec les entreprises spécialisées mettaient par ailleurs tout en œuvre pour stabiliser et sécuriser les échafaudages encore en place sur les trois autres façades du haut bâtiment. "Ces travaux sont rendus compliqués en raison des mauvaises conditions météorologiques annoncées pour la fin d'après-midi", souligne la police.

La zone autour du bâtiment sinistré reste interdite en raison des risques de chute, y compris une voie CFF, le giratoire et l'accès au parking et aux bâtiments voisins, informe-t-elle encore.

Evacuations

Très peu de temps après l'effondrement de l'immense échafaudage, le centre commercial et tous les bureaux de "Malley Lumières" ont été évacués, de même que la Vaudoise aréna toute proche en face du bâtiment touché. Le centre sportif a été réquisitionné pour accueillir notamment une cellule psychologique. Il était donc fermé au public jusqu'à nouvel avis.

Selon la police, une vingtaine de personnes impliquées, mais non blessées, et les proches des victimes y ont été accueillies.

Au total, le dispositif de sauvetage s'est élevé à quelque 180 personnes sur les lieux du drame durant la journée, dont environ 50 pompiers et 60 policiers. La police a indiqué qu'elle faisait son possible pour un retour à la normale du trafic dans le secteur bouclé, quotidiennement très chargé.

De son côté, la Municipalité de Prilly a indiqué dans un communiqué qu'elle "exprime toute sa profonde et vive sympathie aux ouvriers et familles touchées par ce malheureux événement et qu'elle est bien en pensées avec eux dans ces difficiles moments".

Lena Vulliamy avec Keystone ATS

Continuer la lecture

Suisse

Un nouvel appareil de l'EPFZ pour rendre les athlètes plus rapides

Publié

le

Géraldine Frey, étudiante à l'EPFZ et athlète, s'entraîne avec l'"Airshield". (© EPFZ / Alessandro Della Bella)

Une protection contre le vent développée par l'EPF de Zurich devrait permettre aux athlètes comme Mujinga Kambundji d'aller encore plus vite. Le dispositif, baptisé "Airshield", permet de s'entraîner presque sans résistance à l'air.

"Il m'aide à tirer les derniers pourcentages de mon entraînement", indique Mujinga Kambundji dans une vidéo publiée par l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ).

L'"Airshield" est une protection contre le vent sur roues en plexiglas. Il est tiré devant les coureurs par un kart. Le kart est piloté par un humain, mais la vitesse est réglée automatiquement par des capteurs.

Il est ainsi possible de réaliser un nouveau type d'entraînement à la survitesse, explique dans la vidéo la professeure Melanie Zeilinger, qui a participé au développement de ce dispositif.

Selon la haute école, les athlètes atteignent ainsi, même à l'entraînement, des vitesses de compétition qui ne sont normalement possibles que grâce à un taux d'adrénaline élevé.

"Cela nous apporte énormément, à nous les athlètes, et peut aussi faire progresser l'ensemble de l'athlétisme suisse", relève Géraldine Frey, étudiante à l'EPFZ et athlète. "Avec l'Airshield, on a un peu l'impression de voler", dit-elle.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Promesse astrale de transformations très avantageuses, telles qu'un changement de domicile, une évolution professionnelle ou un rapprochement sentimental…

Les Sujets à la Une

X