Rejoignez-nous

Suisse

Dommages matériels et émeutes dans plusieurs villes de Suisse

Publié

,

le

La Police vaudoise signale des incendies intentionnels et des dommages à la propriété commis samedi soir à Yverdon. (PHOTO PRETEXTE - ©KEYSTONE)

La fête d'Halloween a été perturbée par des casseurs dans plusieurs villes de Suisse dans la nuit de samedi à dimanche. Quatorze personnes ont été arrêtées à Bienne où des groupes ont dû être dispersés à l'aide de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogène.

La police cantonale bernoise a reçu une vingtaine de signalements d'incident pour la seule ville de Bienne, sur un total de 60 dans le canton, essentiellement pour des dommages matériels et des graffitis au spray. A Bienne, des affrontements et de grands rassemblements de personnes ont eu lieu, indique la police cantonale bernoise dimanche.

La police a fait usage de balles en caoutchouc après la formation de grands groupes de personnes, qui avaient notamment fait usage d'engins pyrotechniques sur la voie publique. Un barrage routier avait en outre été érigé à l'aide d'un conteneur en flammes.

La police a également dispersé une foule qui s'était formée à la gare de Bienne en ayant recours à des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène. Ce après que ses demandes orales répétées avaient été ignorées, précise la police.

Il se pourrait qu'au cours de l'intervention une personne non impliquée ait été légèrement blessée, sans avoir eu besoin de soins médicaux.

Voiture de police caillassée à Yverdon

La police vaudoise signale quant à elle dimanche que des incendies intentionnels et des dommages à la propriété ont été commis samedi soir à Yverdon-les-Bains.

Vers 21h40, une cinquantaine de jeunes se trouvait sur la voie publique, avenue Pierre-de-Savoie lançant des feux d'artifice et créant du tapage, détaille la police. Alors qu'un conteneur à déchets était en feu sur la chaussée, les premiers policiers arrivés sur place ont "essuyé des jets de pierres".

"Plusieurs dizaines de policiers" ont été appelés en renfort. Dans l'intervalle, d'autres conteneurs en feu ainsi que des barrières avaient été placés sur la chaussée par les jeunes.

"La police est intervenue en force vers 22h30 et les pompiers ont pu éteindre le feu", selon le communiqué. Les jeunes se sont alors dispersés.

D'autres dommages à la propriété ont également eu lieu ailleurs dans la ville. La police signale "le caillassage d’une voiture de police, de deux véhicules de pompiers, des déprédations sur un abribus et sur des bus Travis, ces derniers endommagés en début de soirée".

Le calme est revenu dans le courant de la nuit. Durant ces événements, la police n'a procédé à aucune interpellation, mais "a effectué une dizaine d’identifications". Des plaintes pénales seront déposées.

Dans le canton de Vaud, en particulier à Nyon et dans la région lausannoise, "divers dommages à la propriété, départs de feux de poubelles, jets de pierres ou d’œufs sur des bâtiments et sur des véhicules de police, ont lieu", ajoute la police cantonale. Il n'y a pas eu de blessés.

Echauffourées à Genève

A Genève aussi la nuit a été émaillée de plusieurs échauffourées "entre de petits groupes de jeunes gens et la police", explique dimanche la police cantonale. Au Grand-Saconnex, à partir de 22h00, un scooter a été incendié et "des contrevenants s'en sont pris aux forces de l'ordre et aux pompiers", détaille le communiqué.

Des jets de pierres et des feux d'artifice ont été lancés contre des véhicules de police, de pompiers et de transports publics. Quatre personnes, dont trois mineurs, ont été interpellées à cet endroit.

Des incendies de poubelles ont également eu lieu en ville de Genève. Au total, la police a interpellé dix individus durant la nuit. La situation est redevenue normale vers 01h00 du matin.

Emeutes à Zurich

A Zurich, les polices cantonale et municipale ont dû intervenir une centaine de fois pour des incidents en lien avec Halloween. Des dégâts matériels, des troubles et des émeutes ont été signalés dans tout le canton.

Selon la police cantonale zurichoise dimanche, la plupart des cas, comme les autres années, relevaient de jet d'œufs sur des façades et sur des voitures en déplacement. Des conteneurs et des sacs-poubelles ont été jetés dans la rue. Des cabines de toilette mobiles ont été renversées et parfois incendiées. Des vitres ont également été brisées par des jets de pierres ou de bouteilles.

Jets d'oeufs à Schaffhouse

Dans le canton de Schaffhouse, des auteurs inconnus ont notamment endommagé des voitures en ville de Schaffhouse et à Neunkirch, selon la police. En outre, des jeunes ont jeté des œufs sur des maisons et un bus public. Des pétards ont été allumés.

Dans les autres cantons de Suisse alémanique, la nuit a été relativement calme. La police cantonale de Saint-Gall a même dressé un "bilan très positif".

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Les femmes romandes disent leur colère à Lausanne

Publié

le

Les manifestantes sont descendues dans la rue à l'appel des collectifs romands de la grève féministe. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Quelque 1500 personnes, dont beaucoup de femmes, se sont rassemblées samedi à Lausanne pour dire leur colère après le relèvement à 65 ans de l'âge de la retraite des femmes. Elles ont appelé à la mobilisation en vue de la grève féministe du 14 juin 2023.

"Les femmes sont fières, vénères et pas prêtes de se taire", ont scandé les participants, sous une fine pluie. Pour réchauffer l'atmosphère, quelques femmes ont entonné au micro, sur des airs connus, "On descend dans la rue, c'est la grève féministe. Sans nous, le monde s'arrête, c'est la grève féministe".

Les manifestants répondaient à l'appel des collectifs romands de la Grève féministe. Dimanche dernier, tous les cantons romands ont voté contre la réforme fédérale. "Nous sommes passés juste à côté d'une victoire. En Suisse romande, nous avons gagné", a relevé Michela Bovolenta, secrétaire centrale au Syndicat des services publics (SSP).

Huées pour Berset

Le conseiller fédéral socialiste Alain Berset, qui a porté la réforme, a essuyé quelques huées. "Il devrait avoir honte, honte d'entrer dans l'histoire en imposant un grave recul social. C'est une gifle, une violence envers nous toutes", a dit la syndicaliste.

L'égalité salariale et des retraites "dignes" étaient au coeur des revendications. L'objectif est désormais de faire de cette "rage" une force pour préparer la prochaine grève féministe du 14 juin 2023.

La dernière grande grève, celle de juin 2019, avait attiré plusieurs centaines de milliers de personnes dans les rues de Suisse, quelque 500'000 selon les chiffres des syndicats. "Il faut continuer à se battre, à lever le poing", a lancé une oratrice.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Des manifestations en Suisse aussi contre le régime iranien

Publié

le

A Zurich, plus d'un millier de personnes ont participé samedi à une manifestation de solidarité pour soutenir les femmes en Iran. (© Keystone/MICHAEL BUHOLZER)

Dans plusieurs villes du monde, les Iraniens sont à nouveau descendus dans la rue pour protester contre le régime de leur pays. En Suisse, plus d'un millier de personnes se sont jointes aux rassemblements de samedi.

Un millier de personnes ont manifesté à Zurich, en partie sous une pluie battante, et près de 200 personnes à Berne devant l'ambassade d'Iran, ont rapporté des journalistes Keystone-ATS. Une autre manifestation est prévue à Genève dans la soirée.

A Berne, un manifestant a été arrêté par la police après avoir planté le drapeau iranien dans l'enceinte de l'ambassade d'Iran sans être inquiété par les forces de sécurité, a rapporté un photographe de Keystone-ATS. Il n'y a pas eu d'incidents majeurs.

Les participants ont appelé à la solidarité avec le peuple iranien, en informant les habitants et le gouvernement suisse que le régime en place à Téhéran ne disposait d'aucune légitimité, qu'il réprimait brutalement les manifestations pacifiques, qu'il a emprisonné de nombreuses personnes et qu'il en a abattu beaucoup, pouvait-on lire dans un communiqué.

Dans 170 villes du monde

A Zurich, des politiciens ont également fait acte de présence, dont le conseiller national Balthasar Glättli (Verts/ZH) et la conseillère nationale Min Li Marti (PS/ZH). Des manifestations de solidarité en soutien aux femmes en Iran ont eu lieu dans 170 villes du monde entier, selon les militants.

Ces manifestations durent depuis deux semaines en Iran et à l'étranger: elles ont été déclenchées par la mort de la Kurde Mahsa Amini. Cette jeune femme de 22 ans avait été arrêtée à Téhéran par la police des m½urs, apparemment parce qu'elle ne portait pas le foulard islamique selon les règles.

Selon des militants, elle aurait été battue par la police et serait donc décédée plus tard à l'hôpital. Depuis, des milliers de personnes manifestent dans tout le pays contre le cours répressif du gouvernement et des forces de sécurité ainsi que contre le système islamique.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Nestlé n'achète plus au producteur indonésien d'huile de palme AAL

Publié

le

Selon Nestlé, plus de 90% de l'huile de palme qu'elle achète est déclarée sans déforestation et plus de 70% produite de manière durable à fin 2021 (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le groupe alimentaire Nestlé ne s'approvisionnera plus en huile de palme auprès de trois filiales de l'entreprise indonésienne Astra Agro Lestari (AAL). Des organisations de défense de l'environnement accusent AAL de violation des droits humains et fonciers.

Nestlé a confirmé samedi les informations de l'agence de presse Reuters, précisant que cette décision s'inscrit "dans le cadre de notre approche de l'approvisionnement durable en huile de palme". La multinationale n'a pas donné d'informations concrètes sur les raisons de la fin de cette collaboration.

Des groupes de défense de l'environnement avaient auparavant accusé l'AAL de violations des droits de l'homme et des droits fonciers, mais l'entreprise a rejeté ces accusations.

Sous surveillance

Dans sa prise de position, Nestlé indique qu'il surveille de près la situation dans la région et qu'il examine les trois filiales en question depuis plusieurs mois. Le groupe sis à Vevey a demandé à ses fournisseurs directs de "prendre les mesures nécessaires pour s'assurer que l'huile de palme provenant de ces trois entreprises de l'AAL n'entre plus dans notre chaîne d'approvisionnement indirecte".

La mise en ½uvre prendra quelques semaines, précise encore Nestlé. "Nous nous efforçons de terminer ce processus d'ici la fin de l'année."

Selon ses déclarations, Nestlé s'efforce d'utiliser de l'huile de palme durable et soutient les initiatives qui permettent d'atteindre un équilibre entre production de matières premières, préservation des forêts et moyens de subsistance durables.

Fin 2021, 91% de "l'huile de palme que nous achetons a été déclarée sans déforestation et 71% produite de manière durable", précise la multinationale suisse. Si un fournisseur ne remédie pas aux manquements constatés, "nous prendrons des mesures décisives", écrit-elle.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Des handicapés descendent dans la rue à Lausanne

Publié

le

Une centaine de manifestants se sont mobilisés samedi à Lausanne pour soutenir les droits des personnes en situation de handicap. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les personnes en situation de handicap veulent avoir davantage leur mot à dire dans les décisions qui les concernent, comme dans le choix de leur lieu de vie. Avec le slogan "Rien sur nous, sans nous", une centaine de manifestants se sont mobilisés samedi à Lausanne.

Durant la journée, plusieurs actions ont été menées pour "secouer le cocotier". Au centre-ville, le public pouvait notamment tester un parcours de sensibilisation en chaise roulante, découvrir des moyens auxiliaires ou encore rencontrer un chien d'assistance.

L'opération "Livres vivants" où une personne donne en direct son "récit de vie" a remporté un grand succès. "Certaines personnes sont ressorties en pleurs de ces face-à-face sans voyeurisme", a expliqué samedi à Keystone-ATS Anne-Catherine Reymond, secrétaire générale de Cap-Contact, association d'entraide romande.

Point d'orgue de l'événement, un cortège inclusif a rassemblé sous la pluie une cinquantaine de personnes, notamment des handicapés avec leur famille et accompagnants. Plusieurs d'entre eux avaient pris place sur un char tiré par un tracteur, ou une calèche emmenée par deux chevaux. "C'est ma vie, c'est mon choix" ou encore "Des soins à la maison SVP" titraient pancartes et banderoles.

Pas d'autre choix que l'institution

Selon les associations, les personnes en situation de handicap se sentent souvent laissées pour compte. La Suisse est encore loin de satisfaire aux exigences de la Convention de l'ONU relative aux droits des personnes handicapées (CDPH), qu'elle a pourtant signée.

Son article 19 garantit le droit à une vie autonome, ce qui implique que les personnes concernées aient accès à des services d'aide et d'accompagnement de proximité. "Ce qui n'est malheureusement souvent pas le cas, les personnes n'ayant pas d'autre choix que d'aller en institution", a expliqué Anne-Catherine Reymond.

Le nombre de places en établissement socio-éducatif (ESE) augmente alors qu'il devrait baisser, selon la responsable. "Trop souvent l'argent va aux institutions. Le bénéficiaire reste le parent pauvre du système. Il a encore très peu son mot à dire".

Adhérer au petit protocole

Les associations demandent à la Suisse d'adhérer au petit protocole facultatif de la convention, qui est plus contraignant. Il permet de recourir auprès du Comité des droits des personnes handicapées de l’ONU, lorsque les tribunaux suisses n'entrent pas en matière ou rejettent les demandes.

"Je connais le cas d'un jeune, déficient intellectuel, qui va être changé d'institution contre sa volonté. Si la Suisse avait adhéré au petit protocole, nous aurions pu porter l'affaire plus haut", explique Mme Reymond.

Une pétition réclamant cette adhésion a été lancée. Elle vise à recueillir quelque 10'000 signatures d'ici la mi-octobre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Les représentants des transgenres veulent des excuses d'Ueli Maurer

Publié

le

Une organisation représentant les personnes transgenres demande des excuses au conseiller fédéral sortant pour une de ses déclarations vendredi lors de sa conférence de presse. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Des personnes transgenres politiquement engagées exigent des excuses du conseiller fédéral Ueli Maurer. Le langage utilisé par le ministre UDC sortant lors de sa conférence de presse vendredi les a blessées.

A la question d'un journaliste souhaitant savoir si Ueli Maurer serait heureux qu'une femme lui succède, le conseiller fédéral a notamment répondu: "que mon successeur soit une femme ou un homme, cela m'est en fait égal", ajoutant que tant que cette personne n'était pas du genre neutre, cela allait encore (en allemand: "Solange es kein 'Es' ist, geht es ja noch").

Pour Transgender Network Switzerland (TGNS), Ueli Maurer a ainsi dénié toute compétence pour la fonction de conseiller fédéral aux personnes qui ne correspondent pas à sa conception de la femme et de l'homme. Dans une société diversifiée et un pays démocratique, "un tel discours de haine" ne devrait pas être considéré avec bienveillance comme une mauvaise blague, ni même simplement ignoré, écrit TGNS sur sa page internet.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

A vos yeux, vos objectifs sont clairs : être heureux et le rester dans le partage et l’amour… A vous de faire en sorte qu’ils se réalisent !

Les Sujets à la Une

X