Rejoignez-nous

Climat

La Grève du Climat dévoile un Plan d'Action pour changer le monde

Publié

,

le

Des militants manifestent dans les rues de Lausanne lors de la première Grève du climat depuis la pandémie du coronavirus le 4 septembre 2020 à Lausanne. Ils demandent que les instances politiques prennent des mesures immédiates au vu de l'urgence écologique et climatique (Archives ©KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)).

La Grève du Climat montre comment la Suisse peut atteindre un niveau d'émissions nettes de gaz à effet de serre nul d'ici 2030, dans son Plan d’Action pour le Climat dévoilé vendredi. On y découvre l'amorce d'un programme politique qui dessine un autre monde possible.

Le CAP prévoit l'interdiction des combustibles fossiles, l'obligation de renforcer le domaine du photovoltaïque, l'interdiction de la publicité et la reconnaissance de la crise climatique comme motif d’asile. Fort de 377 pages et 138 mesures, le Plan d'Action pour le Climat (Climate Action Plan en anglais, d'où l'acronyme CAP) a été rédigé l'année dernière par un groupe de militants et d'experts du climat.

Les rédacteurs se sont sentis obligés de créer le CAP parce que "la politique institutionnelle n'a pas encore présenté un plan adéquat pour résoudre la crise climatique", selon eux.

Impact sur toute la société

"Avec le Plan d'Action pour le Climat, nous montrons qu'un autre monde est possible. Notre plan contient les mesures environnementales et sociales les plus importantes pour une transformation rapide de l'économie et de la société. Nous avons encore le temps d'agir, mais nous devons commencer maintenant", a déclaré la militante pour le climat Lena Bühler.

Ce plan diffère des nombreux plans existants dans la mesure où il se concentre également sur les changements sociaux nécessaires. Y figurent notamment des programmes de formation pour les travailleurs et la priorité accordée aux droits de l'homme et à la protection du climat dans les accords de libre-échange.

"La protection du climat a un impact sur tous les secteurs de la société. C'est pourquoi il a été important pour nous de prendre également en compte les conséquences sociales dans l'élaboration du plan, afin de permettre un changement équitable", explique Beat Ringger, co-auteur du CAP.

Société coopérative

Le CAP esquisse le contour de villes sans publicité sur ses murs et sans voiture dans ses rues. Les systèmes de chauffage à combustible fossile seraient remplacés et un moratoire sur la construction de nouveaux bâtiments serait appliqué jusqu'en 2030.

Le plan adopte le concept d'une société coopérative, qui offrirait des professions plus respectueuses du climat par rapport à la société actuelle. Par exemple, les deux parents bénéficieraient chacun d'une année de congé parental après la naissance d'un enfant.

A ce stade, la version du CAP n'est pas définitive: "Nous continuerons à développer le plan dans le cadre de réunions spéciales sur la crise climatique, de discussions avec un large éventail d'organisations, de syndicats, mais aussi d'échanges avec ce.lles.ux qui travaillent dans les secteurs directement touchés. Ce plan devrait devenir un produit commun de notre société", déclare Anja Kollmuss, co-autrice du CAP.

www.climatestrike.ch

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Climat

La Zambie demande plus de 900 millions face à la sécheresse

Publié

le

Le phénomène El Nino, qui a commencé en 2023, provoque généralement une hausse des températures mondiales pendant une année. Actuellement, il provoque des sécheresses catastrophiques en Afrique australe, où le Zimbabwe (photo) et le Malawi ont eux aussi demandé de l'aide internationale. (© KEYSTONE/AP/Tsvangirayi Mukwazhi)

Le président de la Zambie Hakainde Hichilema a lancé un appel à l'aide mardi, assurant que son pays avait besoin d'une assistance "vitale" de plus de 900 millions de dollars. Cela pour faire face à la pire sécheresse de son histoire.

Dans un discours télévisé, il a expliqué que près de la moitié des vingt millions d'habitants de ce pays très pauvre d'Afrique australe avaient été touchés par cette sécheresse provoquée par le phénomène climatique El Nino.

Plus de six millions de personnes ont besoin d'une aide d'urgence, a-t-il ajouté. "La Zambie n'a connu que des précipitations extrêmement faibles cette année, provoquant la pire sécheresse jamais enregistrée", a-t-il expliqué.

Secteur agricole dévasté

Le secteur agricole est dévasté, récoltes et pâturages étant affectés. Mais la Zambie, qui a déclaré en février la sécheresse catastrophe nationale, n'a que 51 des 940 millions nécessaires pour y faire face, a-t-il ajouté.

"Le coeur lourd, au nom du gouvernement et du peuple de Zambie, nous lançons un appel à la communauté internationale, à nos partenaires dans le pays, au secteur privé, aux Eglises et aux organisations de la société civile, pour qu'ils soutiennent financièrement et matériellement notre plan pour limiter les effets dévastateurs de la sécheresse", a déclaré le président.

Le phénomène El Nino, qui a commencé en 2023, provoque généralement une hausse des températures mondiales pendant une année. Actuellement il provoque des sécheresses catastrophiques en Afrique australe, où le Zimbabwe et le Malawi ont eux aussi demandé de l'aide internationale.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Deux régions de Sibérie se préparent à de fortes inondations

Publié

le

Dans la région d'Orenbourg, première touchée, l'Oural a commencé sa décrue. Mais plus de 2000 bâtiments résidentiels et 2500 parcelles de terrain étaient dans la zone inondable. Près de 7,8 milliers de personnes, dont 2117 enfants, ont été évacuées des maisons et des terrains inondés. (© KEYSTONE/EPA/STRINGER)

La Russie a mis en garde lundi sur de possibles nouvelles inondations dans deux régions de Sibérie occidentale, tandis que des évacuations se poursuivent après des crues dévastatrices et d'une ampleur inédite depuis des décennies.

"L'eau va vers les régions de Kourgan et de Tioumen", situées au-delà de l'Oural, en Sibérie occidentale, a indiqué le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov lors d'un point de presse.

"De gros travaux y ont déjà été effectués, mais on sait bien que l'eau est insidieuse et le danger d'inondations sur de larges zones y est donc présent", a-t-il dit.

Le pic "est attendu en milieu de la semaine au moment où les eaux toucheront les territoires de Kourgan et de Tioumen", a ajouté M. Peskov.

Quantité "colossale" d'eau attendue

Le niveau de la rivière Tobol, dans la région de Kourgan, où une évacuation partielle a été déclarée lundi, est monté de 42 cm en 6 heures ce matin, atteignant 673 cm, ont annoncé les autorités locales sur Telegram.

Sur Telegram, le gouverneur, Vadim Choumkov, a affirmé qu'une quantité "colossale" d'eau se dirigeait vers la ville de Kourgan, la capitale de la région, et a appelé à évacuer les habitants de la cité vivant dans des zones à risque le long de la rivière.

Les crues de la rivière Ichim dans la région de Tioumen, où l'état d'urgence est instauré depuis une semaine, risquent de dépasser toutes les prévisions, a déclaré le gouverneur Alexandre Moor. "Une évacuation forcée est envisagée" pour plus de 7300 habitants de la région peuplant une cinquantaine de localités, selon M. Moore.

Décrue de l'Oural

Par ailleurs, le niveau du fleuve Oural a commencé à baisser dans la région d'Orenbourg, la première à avoir été touchée par le désastre, et est descendu de 14 cm en 24 heures.

Le ministre russe des Situations d'urgence Alexandre Kourenkov est arrivé lundi à Orsk, dans la région d'Orenbourg, pour la troisième fois depuis la rupture le 5 avril d'une digue ayant entraîné des milliers d'évacuations.

Il doit faire le point de la situation dans cette ville de 220'000 habitants où plusieurs centaines de personnes ont manifesté le 8 avril pour demander des comptes aux autorités.

Les crues sont causées par des pluies intenses associées à une hausse des températures, à la fonte accrue de la neige et de la glace. Selon les scientifiques, le réchauffement de la planète favorise des événements météorologiques extrêmes comme les fortes précipitations.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

La route Sierre-Vissoie pourrait rouvrir début mai

Publié

le

La route cantonale Sierre-Vissoie est fermée depuis la nuit du 23 au 24 mars (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Un système d'alarme sera installé sur la route Sierre-Vissoie, fermée depuis fin mars à cause d'un éboulement. Après une période de test et en fonction des résultats, la route cantonale pourrait rouvrir début mai.

Le canton du Valais relève lundi que la masse rocheuse surplombant la route à la hauteur de la galerie des Croisettes est toujours instable. Il compte ainsi mettre en place un système d'alarme relié à des feux de signalisation. Ceux-ci se déclencheront automatiquement en cas de mouvement de terrain.

Après une période de tests du système, la réouverture de la route pourrait intervenir au début mai 2024, poursuit le communiqué. Une fois la route à nouveau ouverte, les travaux de réfection de la galerie des Croisettes pourront être entrepris sans toucher le trafic.

En attendant, la déviation par Chalais-Vercorin reste en place. La gestion active du trafic sera renforcée durant les heures de pointe afin "de fluidifier au maximum la circulation."

Dans cette optique également, et en fonction des conditions météorologiques et des observations du terrain, le trafic poids-lourds pourra être ponctuellement autorisé sur la route Sierre-Vissoie, avec le concours de la police cantonale, précisent encore les autorités valaisannes.

Pour mémoire, un éboulement avait entraîné la fermeture de la route cantonale Sierre-Vissoie durant la nuit du 23 au 24 mars. Quelques jours plus tard, le 29, la chute d'un bloc de plus d'une tonne avait transpercé la galerie routière de protection.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

La Chaux-de-Fonds: plantation du premier arbre offert par Genève

Publié

le

Le maire de Genève, Alfonso Gomez et le président de La Chaux-de-Fonds Jean-Daniel Jeanneret (au centre) ont planté symboliquement un chêne offert par la Ville de Genève. (© KEYSTONE/LAURENT MERLET)

La Ville de Genève a offert une dotation permettant de planter plus de 400 arbres à La Chaux-de-Fonds (NE), dévastée le 24 juillet par une tempête. Un chêne pédonculé a été planté lundi dans le square de la gare par les autorités communales des deux cités.

Le chêne pédonculé, d'une hauteur de plus de 4 mètres, sera bientôt entouré d'un anneau arborisé selon le principe de la microforêt Miyawaki: une plantation dense de plants arbustifs et de jeunes arbres destinés à être rapidement autosuffisants, ont indiqué les deux villes. Plusieurs dizaines d'enfants ont contribué à la démarche de ré-arborisation en plantant de petits arbres dans le square.

"Cet événement, signe fort de la solidarité qui règne entre les villes suisses, est l'occasion de mettre en avant les nombreux liens qui unissent Genève et La Chaux-de-Fonds. Toutes deux sont des cités fortement marquées par l'horlogerie et font partie des sites Le Corbusier", ont précisé les deux métropoles.

"La Ville de Genève a été la plus généreuse", a déclaré à un vidéaste de Keystone-ATS Jean-Daniel Jeanneret, président du Conseil communal de La Chaux-de-Fonds. "Nous avons été très sensibles et très touchés par l'événement qui s'est produit il y a bientôt une année", a précisé Alfonso Gomez, maire de la Ville de Genève.

Soutien unanime

Un état d'esprit d'entraide est également au centre des relations entre les deux villes. En février 1985, alors que plus de 50 centimètres de neige avaient recouvert Genève, le Service de la voirie de La Chaux-de-Fonds avait mis à disposition du matériel et du personnel pour dégager les routes genevoises.

Dès les premiers jours après la tempête du 24 juillet, le Service d'incendie et de secours de Genève était à La Chaux-de-Fonds avec une vingtaine de collaborateurs pour aider à la sécurisation de l'espace public. Constatant les nombreux dégâts causés aux arbres, le Conseil administratif genevois a ensuite sollicité un crédit de 600'000 francs auprès du parlement de la Ville pour un soutien exceptionnel devant permettre la replantation de 400 des 1500 arbres abattus sur l'espace public.

Le crédit a été accepté à l'unanimité et la plantation symbolique du 1er arbre marque le début d'une campagne de ré-arborisation qui s'étalera sur quelques années et dans différents lieux de la ville. Une plaque marquant ce soutien a également été installée au pied de l'arbre.

La cérémonie de la plantation de l'arbre s'est tenue en présence du maire de Genève, Alfonso Gomez, de Christina Kitsos, vice-présidente du Conseil administratif, ainsi que du Conseil communal in corpore de la Ville de La Chaux-de-Fonds.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Capricorne

Vous êtes sur le point de décrocher le poste ou les responsabilités professionnelles que vous avez tant attendus. Félicitations pour cette réussite !

Les Sujets à la Une

X