Rejoignez-nous

Suisse

Lancement du référendum contre la chasse

Publié

,

le

Lynx, loup, castor ou héron cendré pourront être abattus sans avoir provoqué de dégâts (image symbolique). (©KEYSTONE/APA/APA/NATIONALPARK KALKALPEN/MARC GRAF)

La loi sur la chasse est ratée et inacceptable aux yeux des organisations de protection de l'environnement et des animaux. Elles ont officiellement lancé mardi le référendum contre cette loi adoptée en septembre par le Parlement.

La réforme est un échec et extrêmement inquiétante. Elle anéantit la protection des espèces menacées au lieu de la renforcer, critiquent mardi ProNatura, le WWF Suisse, BirdLife Suisse, le Groupe Loup Suisse et zoosuisse qui demandent un retour à la case départ.

Ces organisations rappellent que les animaux protégés pourront être tués simplement parce qu'ils existent. Si le loup, le castor, le lynx ou le héron cendré dérangent les paysans, les chasseurs, les pisciculteurs ou les politiciens, ils pourront être abattus sans avoir provoqué de dégâts. Aucune mesure préventive ne doit être prise préalablement, souligne Urs Leugger-Eggimann, secrétaire central de Pro Natura.

Le Parlement a aussi raté l'opportunité de protéger enfin le lièvre brun ou la bécasse des bois. La loi prévoit aussi l'élaboration d'une liste des animaux régulables par la chasse. Le Conseil fédéral pourra la modifier à loisir, sans passer par le Parlement. La protection des animaux n'est plus assurée.

Différents régimes

La révision prévoit un transfert de compétences de la Confédération aux cantons en matière de protection des espèces. Chaque canton sera libre d'interpréter à sa façon la protection.

Il y a donc un risque réel de réactions irrationnelles et de voir apparaître une grande variété de régimes, rappelle David Gerke, président du Groupe Loup Suisse. Par ailleurs, si la chasse est du ressort des cantons, la protection des espèces est clairement l'affaire de la Confédération comme le stipule la Constitution fédérale.

Une telle délégation de compétence contrevient également à la Convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe, selon les organisations. Cette dernière demande aux Etats signataires de protéger les espèces; elle ne prévoit pas de délégation de responsabilités à des instances subordonnées. De l'avis de l'Office fédéral de l'environnement, elle sera respectée malgré tout.

Retour à la loi actuelle

La loi actuelle jouit d'un large soutien de la part des chasseurs, des agriculteurs, des gardes-faune, des protecteurs de l'environnement et de la population en général. Elle est un compromis intelligent. Elle permet à la fois des tirs individuels ciblés et des régulations de populations.

Les organisations environnementales sont ouvertes à trouver des solutions si le peuple s'oppose à la révision. Selon M. Leugger-Eggiman, la mouture adoptée par le Parlement contient des éléments intéressants, comme une réglementation contraignante des corridors à faune. Une régulation du loup est aussi envisageable à certaines conditions.

De manière générale, une nouvelle loi sur la chasse et la protection doit renforcer la protection des espèces menacées et non l'affaiblir. Les succès isolés ne doivent pas faire oublier que l'état de la biodiversité est globalement dramatique en Suisse, souligne Océane Dayer, responsable politique au WWF. En Suisse, une espèce sur trois est menacée, dénonce-t-elle.

Délai en janvier

Elles ont jusqu'au 16 janvier 2020 pour récolter 50'000 signatures. Les organisations sont convaincues d'y parvenir.

Selon un sondage gfs, demandé par les organisations, 72% des personnes refusent le tir à titre préventif d'animaux protégés, précise M. Leugger-Eggimann. Plus de trois quarts d'entre elles sont contre le tir de loups si des mesures de protection de troupeaux n'ont pas été prises.

La Protection suisse des animaux (PSA) soutient le référendum, a-t-elle annoncé lundi. Elle ne fait pas partie du comité et agit de son côté. Pour les régions de montagnes en revanche, la réforme constitue un pas dans la bonne direction.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Nuitées en légère hausse dans la parahôtellerie en 2023

Publié

le

La demande pour les terrains de camping, notamment, a progressé en 2023 (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le secteur de la parahôtellerie a enregistré une faible hausse du nombre de nuitées l'an dernier. La demande étrangère est restée soutenue, tandis que celle de la clientèle suisse a reculé, observe l'Office fédéral de la statistique (OFS) mardi dans un communiqué.

Au total, la parahôtellerie a affiché 17,6 millions de nuitées en 2023, soit un mieux de 0,9% sur un an. Les nuitées de visiteurs étrangers ont progressé de 10,3% pour atteindre 5,6 millions de nuitées, une hausse qui a pu compenser le repli de 3% de la demande locale, à 12 millions de nuitées.

Les logements de vacances ont à nouveau été les plus populaires (41,1%), enregistrant toutefois 5,6% de nuitées en moins qu'en 2022. La demande helvétique a reculé de 9,8% pour s'établir à 4,5 millions de nuitées, alors que la demande étrangère a, elle, augmenté de 2,2% pour atteindre 2,7 millions de nuitées. Les visiteurs provenant d'Europe représentent près de 80% de cette clientèle étrangère. La région lémanique reste la plus prisée, enregistrant 2,6 millions de nuitées.

La demande pour les hébergements collectifs a de son côté progressé de 10,5% à 5,4 millions, mais demeure inférieure de 4,1% à son niveau d'avant la pandémie, en 2019. Les terrains de camping affichent eux aussi une hausse de la demande (+1,5%).

Ces données, cumulées à celles de l'hôtellerie publiées en début d'année, permettent de dresser un bilan complet de l'hébergement touristique en Suisse l'an passé. Au total, le pays a enregistré 59,3 millions de nuitées en 2023, soit 6,6% de plus que l'année précédente. Ce chiffre demeure cependant inférieur de 1,1% au record de 2019, avant la crise sanitaire. Là encore, la forte demande étrangère (+19,2) a permis de compenser la baisse de visiteurs locaux (-1,8%).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

En recul, Komax met ses sites suisses au chômage partiel

Publié

le

La production à Dierikon dans le canton de Lucerne est concernée par les mesures de chômage partiel (archives). (© KEYSTONE/GORAN BASIC)

Le fabricant de machines de câblage Komax enregistre un net recul de son chiffres d'affaires. Pour faire face à cette situation, il va mettre ses sites de Dierikon, dans le canton de Lucerne, et de Cham, dans le canton de Zoug, entièrement au chômage partiel.

La mesure entre en vigueur le 1er juillet. Depuis la fin 2023, les entrées de commandes sont en baisse "en raison des diverses incertitudes qui règnent dans l'industrie automobile", informe Komax dans un communiqué publié lundi.

"En Europe et en Asie notamment, la clientèle se montre réticente à prendre des décisions d'investissement en raison des surcapacités existantes et d'une situation économique tendue", ajoute la société. Seule l'Inde fait exception à cette règle, souligne-t-elle.

Son solide carnet de commandes en début d'année, à hauteur de 208,2 millions de francs, a permis au groupe de compenser partiellement le manque de commandes au cours des premiers mois de l'année, ce qui n'est désormais plus possible, explique-t-il.

Au cours des cinq premiers mois de l'année, les entrées de commandes et le chiffre d'affaires ont ainsi été chacun inférieurs d'environ 20% à ceux de l'année précédente.

Komax s'attend à ce que la diminution de ses revenus se maintienne à ce niveau sur l'ensemble de l'exercice. En 2023, il avait réalisé un chiffre d'affaires de 752 millions. Dans l'ensemble, il s'attend à un Ebit légèrement positif pour cette année, ajoute-t-il.

Afin de faire face à cette situation, le groupe a commencé à réduire ses coûts ainsi que ses effectifs. Il n'a pas remplacé les départs et, depuis mai dernier, a mis ses collaborateurs de la production de Dierikon au chômage partiel. "Sous réserve de l'accord des autorités cantonales, celui-ci sera étendu à l'ensemble du site à partir du 1er juillet 2024 et le site de Cham, en Suisse, sera également mis en chômage partiel", fait savoir Komax.

L'entreprise fait également savoir qu'elle a arrêté la production chez Komax Testing Bulgaria depuis fin avril et qu'elle est en train de fermer son site de Jettingen, en Allemagne.

Elle dit encore vouloir renforcer sa présence sur le marché chinois, en pleine croissance. Dans ce but, Komax va acquérir 56% de l'entreprise chinoise Hosver, fabricant de machines pour le traitement de câbles à haute tension destinés aux véhicules à propulsion électrique, au 1er juillet.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Les jugements contre les mineurs en hausse de 11% en 2023

Publié

le

Les jugements prononcés en Suisse contre des mineurs ont augmenté de 11% l'an dernier. Les infractions comme le vol ont doublé depuis 2015. (image symbolique) (© KEYSTONE/CHRISTOF SCHUERPF)

Les jugements prononcés contre des mineurs ont augmenté de 11% en 2023 par rapport à l'année précédente. Les augmentations les plus marquantes concernent les jugements pour lésions corporelles graves, rixes et oppositions aux actes de l'autorité.

Les oppositions à l'autorité ont presque triplé en neuf ans, note mardi l'Office fédéral de la statistique (OFS). Les jugements prononcés pour des infractions contre l'intégrité sexuelle ont presque triplé également.

L'augmentation est particulièrement marquée concernant les jugements prononcés pour infraction de pornographie, qui ont quasiment quadruplé depuis 2015. Les infractions contre la liberté telles que les menaces et les contraintes, ainsi que celles contre le patrimoine comme le vol et le brigandage ont doublé depuis 2015.

Cette forte hausse est visible chez les garçons comme chez les filles et parmi les Suisses comme parmi les étrangers. A noter qu'elle concerne spécialement les plus jeunes.

Chez les adultes, les condamnations ont baissé de 1,4% en 2023 par rapport à 2022.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

La Suisse a l'une des économies les plus compétitives du monde

Publié

le

Après deux ans de recul, la Suisse a gagné un rang dans le classement de l'IMD (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

La Suisse arrive en deuxième position du classement mondial de la compétitivité 2024 de l'IMD, juste derrière Singapour. Le Danemark se classe troisième.

Après deux ans de recul, la Suisse a gagné un rang dans le classement de l'institut lausannois qui a mené son enquête auprès de 67 pays. Un statut qu'elle doit à ses performances économiques et à l'efficacité de ses entreprises, selon un communiqué de l'IMD paru mardi. La Suisse reste également à la pointe en matière d'efficacité des pouvoirs publics et de qualité des infrastructures.

"Nous pensons que les économies les plus compétitives du futur seront celles qui seront capables d'anticiper et de s'adapter à ce contexte mondial en mutation tout en créant simultanément de la valeur et du bien-être pour leur population. Et cela les rendra également durables", déclare dans le communiqué Arturo Bris, directeur du Centre de compétitivité mondial de l'IMD (WCC), à l'origine du classement annuel depuis sa création en 1989.

Selon lui, les principaux défis de compétitivité des économies mondiales en 2024 résident dans la transition vers une économie circulaire et à faible émission de carbone, la prise en compte de l'intégration croissante des marchés émergents dans l'économie mondiale et le suivi de la transformation numérique.

Par ailleurs, pour 55,1% des personnes interrogées dans l'étude de l'IMD, l'adoption de l'intelligence artificielle (IA) est perçue comme la tendance majeure qui aura le plus d'impact sur la compétitivité des entreprises en 2024. Viennent ensuite, le risque de ralentissement économique mondial (52%) et les conflits géopolitiques (36,1%).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Poissons

Après l’action, vient le temps de démontrer votre professionnalisme et votre capacité à transformer vos décisions en succès concrets. Faites-le !

Les Sujets à la Une

X