Rejoignez-nous

Suisse

Le marché immobilier sous la loupe de Credit Suisse

Publié

,

le

Il y aura davantage de logements vacants sur le marché locatif. C’est l’un des constats de l’étude de Credit Suisse sur le marché immobilier 2019.

La construction dans le secteur va se poursuivre tant que les taux d’intérêt négatifs prédomineront. Le marché est pourtant déjà saturé dans plusieurs régions. Pas sûr non plus que les constructions actuelles répondent à la demande réelle. Sarah Carnazzi Weber, responsable analyse sectorielle au Credit Suisse :

Sarah Carnazzi WeberResponsable analyse sectorielle, Credit Suisse

La grande banque estime que cette hausse attendue de logements locatifs vacants poussera les bailleurs à privilégier la qualité des biens sur le marché. La localisation des logements ou le prix ne seront plus les seuls critères :

Sarah Carnazzi WeberResponsable analyse sectorielle, Credit Suisse

Les plans de sol arrivent aujourd’hui au 4e rang des critères d’évaluation d’un logement. Longtemps négligée, leur qualité peut désormais être mesurée et analysée de manière précise :

Sarah Carnazzi WeberResponsable analyse sectorielle, Credit Suisse

Les économistes du Credit Suisse prévoient un recul des loyers de 1 à 2% en 2019.

De son côté, la propriété reste avantageuse financièrement presque partout en Suisse, malgré la hausse des prix de l’immobilier. En tenant compte de tous les coûts, l’appartement en propriété est en moyenne 18% moins cher qu’un logement comparable en location. Mais l’accès à la propriété se fait au prix de quelques compromis :

Sarah Carnazzi WeberResponsable analyse sectorielle, Credit Suisse

À cause des contraintes réglementaires et du ralentissement de l’offre Credit Suisse estime toutefois que le taux de propriété, près de 39% aujourd'hui, devrait diminuer en 2019… une première depuis longtemps.

L’étude se penche aussi sur les surfaces de bureau. La demande va de paire avec la croissance de l’emploi et se dirige également vers des espaces plus flexibles. Sarah Carnazzi Weber, responsable analyse sectorielle au Credit Suisse.

Sarah Carnazzi WeberResponsable analyse sectorielle, Credit Suisse
Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Le commerce de détail reste stable en mai

Publié

le

Corrigés des variations saisonnières, les chiffres d'affaires du commerce de détail en termes réels ont progressé de 1,1% en mai par rapport au mois précédent. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi) (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les chiffres d'affaires du commerce de détail sont restés stables en termes nominaux en mai sur un an. Toutefois, en termes réels, ils se sont repliés de 1,6%, indique jeudi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Hors stations-services, et corrigés de l'effet des jours ouvrables et des jours fériés, les chiffres d'affaires du commerce de détail ont reculé de 1,4% en termes nominaux en mai 2022 par rapport à mai 2021 (-2,7% en termes réels).

En parallèle, les chiffres d'affaires du commerce de détail de denrées alimentaires, boissons et tabac ont diminué de 5,3% en termes nominaux (-6,5% en termes réels) et ceux du secteur non alimentaire ont progressé de 2,4% en termes nominaux (+0,8% en termes réels).

Corrigés des variations saisonnières, les chiffres d'affaires du commerce de détail en termes réels ont progressé de 1,1% en mai par rapport au mois précédent.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Vaud

Groupe Minoteries externalise son site de stockage

Publié

le

Groupe Minoteries va externaliser l’activité de stockage de son site de Safenwil (archives). (© KEYSTONE/DOMINIC FAVRE)

Le meunier industriel vaudois Groupe Minoteries a annoncé jeudi l'externalisation de l'activité de stockage de son site de Safenwil (AG) dès le 1er septembre. Les activités seront reprises par une entreprise de logistique, tandis que le site sera loué.

La décision a été prise "dans le but de simplifier notre structure", indique jeudi le groupe basé à Granges-près-Marnand dans un communiqué. Trois collaborateurs sont touchés par cette décision: "ils seront accompagnés dans leur réorientation et des propositions seront faites au sein du groupe ou auprès des partenaires", poursuit le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Novartis relance sa production de radioligands en Italie et aux USA

Publié

le

Un troisième site de production de radioligands est en cours d'érection à Indianapolis et doit devenir opérationnel dans le courant de l'an prochain. KEYSTONE / GEORGIOS KEFALAS (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Novartis annonce jeudi avoir relancé la production de radioligands sur ses sites transalpin d'Ivrea et new-jersiais de Millburn, suspendue il y a huit semaines après constatation de "problèmes de qualité potentiels" dans le processus de fabrication.

Le laboratoire précise dans son communiqué avoir également relancé le recrutement de patients pour des études cliniques sur le Pluvicto (lutétium Lu 177 vipivotide tetraxétan) et le Lutathera (lutétium Lu 177 dotatate).

La multinationale reconnaît que ces soucis de production ont affecté patients, proches et soignants, mais assure n'avoir identifié aucun risque pour les patients auxquels ont été administrées des doses produites sur ces sites. La disponibilité des produits risque de demeurer restreinte dans l'immédiat.

Un troisième site de production de radioligands est en cours d'érection à Indianapolis et doit devenir opérationnel dans le courant de l'an prochain.

Les radioligands thérapeutiques combinent un agent de ciblage visant des récepteurs exprimés par les tumeurs à un isotope radioactif endommageant l'ADN des cellules qui les composent. Ce type de traitement inhibe la croissance des tumeurs comme le processus de réplication.

Le portefeuille de Novartis en la matière s'est construit sur la base de l'incubateur de la filiale française Advanced Accelerator Applications (AAA), acquise en 2018 pour près de 4 milliards de dollars.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

Implenia se voit mieux parti que prévu en 2022

Publié

le

Le segment immobilier notamment doit apporter une contribution non négligeable aux gains sur l'année.(KEYSTONE/Michael Buholzer) (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

L'entreprise de construction Implenia se fend jeudi d'un avertissement positif sur résultats. Le premier semestre qui s'achève doit déboucher sur un excédent d'exploitation avant charges d'intérêts et impôts (Ebit) sous-jacent d'au moins 80 millions de francs.

La firme de Dietlikon prévoyait jusqu'ici de générer sur l'ensemble de l'année un Ebit d'au moins 120 millions. L'apport non récurrent des effets de la transformation en cours est devisé à moins de 20% et l'Ebit sous-jacent devait ainsi s'établir à au moins 100 millions.

L'amélioration de la rentabilité doit être alimentée par l'ensemble des unités d'entreprise cette année. Le segment immobilier notamment doit apporter une contribution non négligeable aux gains sur l'année.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Économie

UBS paie 25 millions de dollars pour régler une procédure de la SEC

Publié

le

La filiale de l'UBS à Park Avenue à New York (archives). (© KEYSTONE/MARTIN RUETSCHI)

UBS a conclu un accord aux Etats-Unis dans une affaire d'accusation d'escroquerie en relation avec un véhicule de placement complexe nommé YES (Yield Enhancement Strategy). La grande banque a accepté de payer 25 millions de dollars pour mettre fin à la procédure.

Selon la Securities and Exchange Commission (SEC), de février 2016 à février 2017, UBS a commercialisé et vendu des produits YES à environ 600 investisseurs via sa plateforme de conseillers financiers locaux.

La SEC a toutefois constaté que la banque n'avait pas suffisamment instruit et surveillé ses conseillers financiers durant cette période, selon un communiqué diffusé mercredi soir par le gendarme boursier américain.

Bien que la banque ait su que les investissements dans les produits YES étaient liés à d'importants risques, qui étaient documentés, elle n'avait pas transmis ces documents aux conseillers et aux clients. En conséquence, quelques conseillers n'étaient pas conscients des risques et leurs conseils n'étaient pas dans le meilleur intérêt de leurs clients.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Scorpion

Du fil à retordre dans votre poste de travail. Montrez-vous complètement flexible et ne forcez pas ce qui ne doit pas l’être !

Les Sujets à la Une

X