Rejoignez-nous

Suisse

Le projet du Conseil fédéral pour doper le don d’organes

Publié

,

le

La Suisse manque d'organes pour les transplantations. Or il faut faire vite pour sauver des vies (archives). (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les proches devraient avoir leur mot à dire sur le don d’organes. Le Conseil fédéral a mis en consultation vendredi son contre-projet à l’initiative populaire sur le sujet. Il soutient le passage au consentement présumé, mais inclut les proches.

La Suisse manque d’organes pour sauver des vies. L’année dernière, 68 personnes sur liste d’attente sont décédées avant de recevoir une transplantation. Si les Suisses se disent en grande majorité prêts à donner leur organes, seuls 16% d’entres eux ont une carte de donneurs, a regretté le ministre de la santé Alain Berset devant la presse.

La situation actuelle en Suisse n’est pas satisfaisante, souligne le conseiller fédéral. Il faut agir pour raccourcir le temps d’attente pour une transplantation et sauver des vies.

Actuellement, le don d’organes est envisagé si la personne décédée y a consenti de son vivant. Si elle n’a pas exprimé sa volonté, il incombe aux proches de décider. Dans cette situation difficile, environ 60% refusent le don. Les expériences faites dans plusieurs pays européens montrent que les dons augmentent avec le modèle du consentement présumé.

Consulter les proches

L’initiative populaire « Pour sauver des vies en favorisant le don d’organes » souhaite que toute personne majeure soit considérée comme un donneur potentiel sauf si elle s’y est opposée de son vivant. Ce modèle dit d’opposition devrait être inscrit dans la constitution.

S’il est d’accord sur le fond avec les initiants, le gouvernement ne veut pas d’un modèle où les proches ne seraient pas consultés. Avec son projet, les personnes ne souhaitant pas donner leurs organes après leur mort devront l’indiquer expressément. Un nouveau registre permettra aux personnes d’annoncer leur refus en toute simplicité.

Si la volonté du défunt n’est pas clairement établie, les proches continueront d’être consultés. Ils pourront s’opposer à un prélèvement d’organes si cette décision respecte la volonté présumée du défunt.

Pas une révolution

Ce contre-projet n’est pas « une révolution », admet M. Berset, mais c’est un changement dans la bonne direction. Le consentement présumé pourrait avoir un impact positif sur les familles dans un moment difficile où il faut faire un choix. Le plus simple reste toutefois de préciser sa volonté de son vivant.

Il s’agit par ailleurs de bien informer la population sur cette nouvelle réglementation et sur le droit à s’opposer au don d’organes. Une campagne de sensibilisation sera mise en place.

La nouvelle réglementation s’appliquera aux personnes de 16 ans et plus vivant en Suisse. Les conditions requises pour un don ne changeront pas: seules les personnes en état de mort cérébrale à l’hôpital suite à une lésion cérébrale ou un arrêt cardio-circulatoire entrent en ligne de compte. Un don par des personnes décédées chez elles ou en dehors d’un hôpital est impossible.

La Commission nationale d’éthique pour la médecine humaine a examiné différents modèles pour favoriser le don d’organes. Elle a récemment proposé le modèle de la déclaration, dans lequel les gens seraient obligés d’exprimer régulièrement leur volonté sur le sujet.

Ouvrir le débat

Pour M. Berset, ce contre-projet est aussi une manière d’ouvrir le débat sur le don d’organes en Suisse. C’est un sujet compliqué avec des questions éthiques et personnelles qui entrent en jeu et, pour l’instant, il n’y a jamais eu un vrai débat sur la question.

Avec l’initiative populaire et le contre-projet du gouvernement, la question du don d’organes devrait enfin avoir droit à un large débat national. C’est une question qui va être très disputée, prédit Alain Berset, qui estime qu’il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse.

Le projet est en consultation jusqu’au 13 décembre.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Reprise des vols Swiss après inspection

Publié

le

En tout, Swiss a annulé une centaine de vols, touchant 10'000 passagers entre mardi et mercredi (archives). (©KEYSTONE/WALTER BIERI)

Swiss a repris le rythme habituel de ses activités, après deux journées marquées par des perturbations sur ses vols. La compagnie avait cloué dès mardi ses avions A220, appelés aussi C-Series, pour inspection.

Un incident technique sur un vol reliant Londres à Genève en avait été l’élément déclencheur. Les affaires ont repris leur cours habituel, a indiqué jeudi un porte-parole à AWP.

Swiss a remis en service sa flotte de 29 avions après une inspection menée sur tous les appareils. « Les moteurs sont dans un état impeccable », a assuré auparavant l’entreprise.

Ce n’est pas la première fois qu’un avion C-Series/A220 équipé de réacteurs Pratt & Whitney est touché par un incident technique. Lors d’un vol reliant Londres à Genève, l’avion a cette fois-ci dû atterrir en urgence mardi à Paris suite à un problème de réacteur, selon des informations de plusieurs médias.

En tout, Swiss a annulé une centaine de vols, touchant 10’000 passagers entre mardi et mercredi. La compagnie a indiqué que les passagers touchés ont été contactés et pourront être transférés sur d’autres vols aux frais de Swiss ou remboursés. Si la société a regretté l’incident, elle a également souligné que la sécurité restait la « priorité absolue ».

Conçus par le canadien Bombardier et repris depuis par son homologue européen Airbus, ces avions représentent près de la moitié de la flotte assurant les vols européens de Swiss. Ces appareils, qui consomment moins d’énergie et peuvent transporter plus de passagers, ont remplacé à partir de 2016 les vieux Jumbolinos.

D’autres compagnies aériennes sont également affectées. Selon aerotelegraph.com, le vol d’un A220 d’Air Baltic a également dû être annulé.

Continuer la lecture

Suisse

Swiss remet en service 12 appareils

Publié

le

La situation devrait revenir complètement à la normale dès jeudi (archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN MERZ)

Swiss a remis en service 12 appareils, après une inspection complète en raison de problèmes de moteur survenus sur des avions A220, appelés aussi C-Series. Cinq autres avions seront remis en service mercredi après-midi, a indiqué mercredi la compagnie aérienne.

« Les moteurs sont dans un état impeccable », a assuré l’entreprise, après avoir mené une inspection sur 17 appareils. Mardi, Swiss avait temporairement cloué au sol ses 29 appareils de type A220.

Cette mesure est la conséquence d’un nouvel incident avec un avion C-Series/A220 équipés de réacteurs Pratt & Whitney, cette fois lors d’un vol reliant Londres à Genève. L’avion a du atterrir en urgence mardi à Paris suite à un problème de réacteur, selon des informations de plusieurs médias.

Conçus par le canadien Bombardier et repris depuis par son homologue européen Airbus, ces avions représentent près de la moitié de la flotte assurant les vols européens de Swiss. Ces appareils, qui consomment moins d’énergie et peuvent transporter plus de passagers, ont remplacé à partir de 2016 les vieux Jumbolinos.

En tout, Swiss a annulé une centaine de vols, touchant 10’000 passagers. La compagnie a indiqué que les passagers touchés ont été contactés activement, si leurs coordonnées ont été fournis lors de la réservation. Ces passagers pourront être transférés sur d’autres vols aux frais de Swiss ou remboursés.

Les activités devraient reprendre normalement dès jeudi, a précisé l’entreprise.

D’autres compagnies aériennes sont également affectées. Selon aerotelegraph.com, le vol d’un A220 d’Air Baltic a également dû être annulé.

Continuer la lecture

Suisse

Moins 10% en cinq ans pour nos glaciers

Publié

le

Le glacier du Pizol (SG), photographié ici en septembre dernier, a tellement rétréci qu'il a dû être supprimé du réseau de mesures (archives). (©KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Les glaciers suisses ont diminué de 10% en cinq ans. Une telle perte n’a jamais été observée dans les séries de données depuis plus de cent ans, a indiqué mardi l’Académie suisse des sciences naturelles (SCNAT).

Les fortes chutes de neige de l’hiver dernier n’ont pas permis d’enrayer le phénomène, comme le montrent des mesures sur vingt glaciers suisses.

En avril et mai, il y avait 20% à 40% de neige supplémentaire sur les glaciers par rapport aux conditions habituelles. Début juin, six mètres étaient encore mesurés par endroits. Mais les deux intenses vagues de chaleur d’une semaine fin juin et fin juillet ont eu raison de cette épaisse couche de neige.

En seulement quinze jours, des masses de neige et de glace correspondant à la consommation nationale annuelle d’eau potable ont fondu sur les glaciers suisses. Et la fonte s’est poursuivie jusqu’au début du mois de septembre.

Au cours des douze derniers mois, environ 2% du volume total des glaciers suisses ont été perdus. Sur les cinq dernières années, le total a dépassé 10%. Une telle perte n’a jamais été observée dans les séries de données depuis plus de cent ans, selon ce rapport de la Commission d’experts sur les réseaux de mesure cryosphérique de la SCNAT.

Différences régionales

Le bilan de masse des glaciers en 2019 est marqué par des différences régionales. A l’est et au nord des Alpes, les pertes ont été plus importantes que la moyenne de la dernière décennie. Sur de nombreux glaciers, on a mesuré une réduction de l’épaisseur moyenne de la glace d’un à deux mètres (p. ex. Silvretta/GR, Tsanfleuron/VS/VD).

Dans la région méridionale du Gothard, cependant, les conditions ont été plus favorables en raison des fortes chutes de neige au début et à la fin de l’hiver, et certains glaciers ont enregistré des pertes relativement faibles (St. Annafirn/UR, Basòdino/TI).

Quant aux petits glaciers, leur disparition se poursuit: plus de 500 d’entre eux, la plupart sans nom, ont déjà disparu depuis 1900 environ. Avec le glacier du Pizol/SG, c’est un des premiers glaciers avec de longues séries de données qui a dû être supprimé du réseau de mesure, tellement il a rétréci.

Quantité de neige record

L’hiver 2018/19 a été caractérisé dans toute la Suisse par un mois de janvier très froid avec de fortes précipitations, en particulier sur le versant nord des Alpes. De grandes quantités de neige sont tombées, surtout à l’est.

En raison de fortes chutes de neige en décembre et avril, l’épaisseur de neige à moyenne et haute altitude le long de la crête principale des Alpes, en Valais, sur le versant est du nord des Alpes et dans les Grisons était supérieure à la moyenne, voire nettement supérieure à la moyenne.

Le mois de mai a été le plus froid depuis 1991, avec des chutes de neige occasionnelles jusqu’en plaine, tandis que l’épaisseur de la neige continuait à augmenter dans les hautes montagnes. En plus des quantités déjà importantes de neige hivernale, l’épaisseur de la neige en haute altitude atteignait deux à trois fois la moyenne sur le long terme à la fin mai.

Ces masses de neige ont toutefois fondu extrêmement vite au cours du deuxième mois de juin le plus chaud depuis le début de la mesure et d’un mois de juillet également très chaud, détaille la SCNAT.

Continuer la lecture

Suisse

Initiative contre la 5G lancée

Publié

le

Une manifestation contre la 5G a rassemblé quelques milliers de personnes à Berne en septembre dernier; la Chancellerie fédérale a donné son feu vert au lancement d'une initiative populaire contre le développement de la technologie en Suisse (archive (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

L’introduction de la technologie de communication mobile 5G en Suisse suscite de nombreuses craintes. Ses opposants ont lancé une initiative populaire limitant l’extension du réseau. Ils ont jusqu’au 15 avril 2021 pour récolter les 100’000 signatures nécessaires.

La Chancellerie a donné son feu vert à l’initiative fédérale « Pour une téléphonie mobile respectueuse de la santé et économe en énergie », indique mardi la Feuille fédérale. Le texte demande que les valeurs limites, fixées par l’ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant, ne soient pas relevées, pas même en raison de nouvelles méthodes de mesure.

La desserte en téléphonie mobile et Internet serait séparée entre espace extérieur et intérieur. Ainsi, la puissance des émetteurs devrait être abaissée pour que les émissions n’entrent pas dans un bâtiment. A l’intérieur, les données seraient transmises par câbles à fibre optique ou par câbles coaxiaux, et non pas par ondes électromagnétiques.

Places réservées dans les transports

D’autres mesures préconisent d’équiper les transports publics de sièges interdisant l’utilisation d’appareils électroniques. Les locaux des bâtiments publics tels que jardins d’enfants, écoles, hôpitaux ou EMS devraient être aménagés afin d’éviter tout rayonnement électromagnétique.

Les opérateurs qui envisagent d’installer de nouvelles antennes ou d’augmenter la puissance de celles existantes devraient obtenir l’accord écrit des habitants du quartier dans un rayon de 400 mètres. Les personnes électrosensibles auraient accès gratuitement à des centres de conseil.

Réseau en cours d’extension

Malgré les nombreuses oppositions contre la 5G, les opérateurs ont commencé à déployer leur réseau en vue d’une couverture quasiment intégrale du territoire helvétique. Pourtant plusieurs cantons romands ont pris des mesures par précaution.

Genève, Vaud et le Jura ont décrété un moratoire dans l’attente des conclusions d’un rapport de l’Office fédéral de l’environnement sur la question. Fribourg a décidé début juin de soumettre l’implantation d’antennes à l’octroi d’un permis de construire. Neuchâtel veut appliquer le principe de précaution, quant au Grand Conseil valaisan, il a refusé d’introduire un moratoire.

Continuer la lecture

Suisse

Fisc: l’Union européenne sort la Suisse de la liste grise

Publié

le

La Suisse n'est plus un paradis fiscal. (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

La Suisse est définitivement retirée de la liste grise des paradis fiscaux établie par l’Union européenne. Les ministres des 28 ont suivi jeudi à Luxembourg la recommandation de leurs ambassadeurs, ont confirmé à Keystone-ATS des observateurs sur place.

Cette décision était attendue. Les groupes d’experts de l’Union avaient en effet déjà recommandé à la mi-septembre que la Suisse soit retirée de la liste grise. La modification entre en vigueur dès la publication des annexes révisées au Journal officiel de l’UE, précise le secrétariat d’Etat aux questions financières internationales (SFI) dans un communiqué.

La condition posée pour retirer la Suisse de la liste grise était l’acceptation par le peuple helvétique de la réforme de l’imposition des entreprises liée au financement de l’AVS (RFFA). Le pays a désormais un système fiscal compatible avec l’OCDE et l’UE. La nouvelle loi fiscale doit entrer en vigueur au 1er janvier 2020.

Réactions contrastées

La Suisse faisait partie de la liste dite « grise », qui regroupe tous les mauvais élèves en matière fiscale ayant pris des engagements non encore concrétisés, depuis le début de son établissement par l’UE le 5 décembre 2017.

« Si la Suisse sort de cette liste, c’est un succès pour moi. La meilleure liste, c’est la plus courte », s’est félicité le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, lors d’une conférence de presse à Luxembourg.

L’ONG Oxfam, qui lutte contre l’évasion fiscale, a en revanche regretté cette décision de la part des ministres des Finances de l’UE. « La Suisse a aboli ses régimes fiscaux préférentiels, mais elle offre encore aux entreprises des incitations fiscales importantes et des taux bas. Cela continuera probablement d’attirer les entreprises qui cherchent à éviter de payer leur juste part d’impôt », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X