Rejoignez-nous

Suisse

Le projet du Conseil fédéral pour doper le don d'organes

Publié

,

le

La Suisse manque d'organes pour les transplantations. Or il faut faire vite pour sauver des vies (archives). (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les proches devraient avoir leur mot à dire sur le don d'organes. Le Conseil fédéral a mis en consultation vendredi son contre-projet à l'initiative populaire sur le sujet. Il soutient le passage au consentement présumé, mais inclut les proches.

La Suisse manque d'organes pour sauver des vies. L’année dernière, 68 personnes sur liste d'attente sont décédées avant de recevoir une transplantation. Si les Suisses se disent en grande majorité prêts à donner leur organes, seuls 16% d'entres eux ont une carte de donneurs, a regretté le ministre de la santé Alain Berset devant la presse.

La situation actuelle en Suisse n'est pas satisfaisante, souligne le conseiller fédéral. Il faut agir pour raccourcir le temps d’attente pour une transplantation et sauver des vies.

Actuellement, le don d’organes est envisagé si la personne décédée y a consenti de son vivant. Si elle n’a pas exprimé sa volonté, il incombe aux proches de décider. Dans cette situation difficile, environ 60% refusent le don. Les expériences faites dans plusieurs pays européens montrent que les dons augmentent avec le modèle du consentement présumé.

Consulter les proches

L'initiative populaire "Pour sauver des vies en favorisant le don d'organes" souhaite que toute personne majeure soit considérée comme un donneur potentiel sauf si elle s'y est opposée de son vivant. Ce modèle dit d'opposition devrait être inscrit dans la constitution.

S'il est d'accord sur le fond avec les initiants, le gouvernement ne veut pas d'un modèle où les proches ne seraient pas consultés. Avec son projet, les personnes ne souhaitant pas donner leurs organes après leur mort devront l’indiquer expressément. Un nouveau registre permettra aux personnes d’annoncer leur refus en toute simplicité.

Si la volonté du défunt n’est pas clairement établie, les proches continueront d’être consultés. Ils pourront s’opposer à un prélèvement d’organes si cette décision respecte la volonté présumée du défunt.

Pas une révolution

Ce contre-projet n'est pas "une révolution", admet M. Berset, mais c'est un changement dans la bonne direction. Le consentement présumé pourrait avoir un impact positif sur les familles dans un moment difficile où il faut faire un choix. Le plus simple reste toutefois de préciser sa volonté de son vivant.

Il s’agit par ailleurs de bien informer la population sur cette nouvelle réglementation et sur le droit à s’opposer au don d’organes. Une campagne de sensibilisation sera mise en place.

La nouvelle réglementation s’appliquera aux personnes de 16 ans et plus vivant en Suisse. Les conditions requises pour un don ne changeront pas: seules les personnes en état de mort cérébrale à l’hôpital suite à une lésion cérébrale ou un arrêt cardio-circulatoire entrent en ligne de compte. Un don par des personnes décédées chez elles ou en dehors d’un hôpital est impossible.

La Commission nationale d'éthique pour la médecine humaine a examiné différents modèles pour favoriser le don d'organes. Elle a récemment proposé le modèle de la déclaration, dans lequel les gens seraient obligés d'exprimer régulièrement leur volonté sur le sujet.

Ouvrir le débat

Pour M. Berset, ce contre-projet est aussi une manière d'ouvrir le débat sur le don d'organes en Suisse. C'est un sujet compliqué avec des questions éthiques et personnelles qui entrent en jeu et, pour l'instant, il n'y a jamais eu un vrai débat sur la question.

Avec l'initiative populaire et le contre-projet du gouvernement, la question du don d'organes devrait enfin avoir droit à un large débat national. C'est une question qui va être très disputée, prédit Alain Berset, qui estime qu'il n'y a pas de bonne ou mauvaise réponse.

Le projet est en consultation jusqu'au 13 décembre.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

National League: 18e revers de suite pour Ajoie

Publié

le

Une première difficile pour Loïc Galley (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Les matches se suivent et les défaites s'enchaînent pour Ajoie. Les Jurassiens ont été écrasés 11-0 à Zoug, où ils ont subi à la fois un "stängeli" et un 18e revers consécutif.

Dans l'antre du tenant du titre, le jeune Loïc Galley (19 ans), gardien des juniors élites de Fribourg, a vécu un baptême du feu bien délicat en National League avec Ajoie, où il effectue une semaine de stage. Son entame a été difficile puisqu'il a cédé deux fois lors des sept premières minutes.

Calvaire

Les choses ne se sont guère améliorées ensuite, avec notamment trois buts concédés en 3'02 au début de l'ultime tiers. Son calvaire a pris fin avec le 8-0 et il a cédé son poste au titulaire Tim Wolf à la 45e.

Genève-Servette a poursuivi sur sa bonne série à domicile en battant les Zurich Lions 3-0. Winnik, auteur des deux premiers buts dans le tiers initial, a été décisif. Vermin a scellé le score final dans le but vide.

Langnau va aussi mal

Les Langnau Tigers ont concédé une 13e défaite de suite. Les Bernois ont perdu 7-4 à domicile contre Lugano. Davos s'est pour sa part imposé 4-3 contre Berne, qui était privé pour ce match de son coach John Lundskog, testé positif au Covid-19. Ses assistants ont dirigé l'équipe.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Fribourg leader à la pause olympique

Publié

le

Chris DiDomenico inscrit le 2-0 pour Fribourg (© KEYSTONE/PostFinance/ANTHONY ANEX)

Fribourg vivra une pause olympique tranquille. Dans son antre, le leader de National League a conservé son fauteuil en dominant Bienne 5-3.

Finir sur une bonne note avant quelques jours de pause. Offrir une nouvelle victoire dans une patinoire comble avant de recharger les batteries. Fribourg avait clairement envie de se faire plaisir avant d'attaquer la dernière ligne droite de la saison régulière.

Et les joueurs de Christian Dubé ont pris cette partie par le bon bout en ouvrant la marque à la 5e via Raphael Diaz. Et malgré une légère domination biennoise, les Dragons ont doublé la mise à la 18e par DiDomenico. Les Fribourgeois ont même enfilé le troisième en tout début de période médiane (Desharnais 22e).

Pas forcément dépassé, mais peu aidé par un Elien Paupe hésitant, Bienne a mis du temps à sortir la tête de l'eau. A la décharge du deuxième gardien, il a dû jouer en raison de l'absence de Joren van Pottelberghe. Le portier titulaire biennois, positif au covid, s'est logiquement placé à l'isolement. Sélectionné comme troisième gardien par Patrick Fischer pour les JO de Pékin, l'ancien Davosien doit croiser les doigts et espérer pouvoir présenter des PCR négatifs pour pouvoir partir en Chine.

Mais les Seelandais ont connu plus de réussite au cours du deuxième tiers. Künzle (26e) puis Brunner (28e) ont battu Reto Berra côté mitaine. Le numéro 96 a d'ailleurs manqué un penalty à la 27e et "réparé" cette erreur en inscrivant le 3-2 quelques instants plus tard.

Pas si loin que ça du 3-3, les Seelandais ont pourtant dû capituler une quatrième fois sur une séquence qui a vu Viktor Lööv briser sa canne à la ligne bleue fribourgeoise et ainsi offrir une rupture à DiDomenico. Le top scorer des Dragons a trouvé son capitaine Julien Sprunger pour un 4-2 juste avant la deuxième pause qui a fait mal à des Bernois en train de faire suer Gottéron.

Les Dragons ont classé l'affaire sur un power-play conclu par Desharnais (47e). En confiance, Fribourg est vraiment impressionnant cette saison.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Les taxis et cafés genevois exemptés de la taxe annuelle en 2022

Publié

le

A Genève, les taxis, cafés et restaurants vont continuer à être exemptés de la taxe annuelle en 2022, afin de compenser le manque à gagner dû à la pandémie de Covid-19 (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, les taxis, cafés et restaurants vont continuer à être exemptés de la taxe annuelle en 2022, afin de compenser le manque à gagner dû à la pandémie de Covid-19. Le Grand Conseil a voté vendredi en urgence et à une large majorité ces exonérations.

Pour ce qui est des taxis, l'Etat, qui a déposé le projet de loi ad hoc, renonce ainsi à une recette annuelle de 1,6 million de francs, prélevée pour l'usage accru du domaine public. L'exemption de la taxe d'exploitation des cafetiers et restaurateurs, demandée par le PLR, correspond à un manque à gagner de 3,2 millions de francs par an pour l'Etat.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Aide d'un million pour le Stade de Genève

Publié

le

Le Stade de Genève va bénéficier d'une aide d'un million de francs pour 2021, afin de combler le manque à gagner de la fondation en raison de la pandémie de Covid-19 (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Stade de Genève va bénéficier d'une aide d'un million de francs pour 2021. Ce montant vise à combler le manque à gagner de la fondation en raison de la pandémie de Covid-19 et l'arrêt des rencontres de foot pendant des mois.

Le projet de loi accordant cette aide a été traité vendredi en urgence à la demande du Conseil d'Etat "en réponse à une situation exceptionnelle et difficile", a justifié Thierry Apothéloz, magistrat en charge du Sport. Le gouvernement a accordé une avance à la fondation. Ce texte vise à la régulariser, mais aussi à couvrir le droit de superficie en faveur des CFF, a-t-il expliqué.

Seul Ensemble à Gauche a refusé cette aide. "Cela fait des années qu'on renfloue ce stade démesuré de 30'000 places", a déploré Rémy Pagani. Un avis partagé par les Verts, qui ont toutefois accepté cette aide ponctuelle. Pour le PDC, il faudra voir le résultat des négociations de la Fondation du Stade de Genève avec les CFF et le Servette FC. L'aide a été votée par 67 oui, 9 non et 1 abstention.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Genève interdit de fumer dans certains lieux extérieurs

Publié

le

A Genève, il sera interdit de fumer aux arrêts de bus, aux abords des écoles et dans les centres sportifs. Le Grand Conseil a modifié la loi sur l'interdiction de fumer dans les lieux publics pour mieux protéger la jeunesse contre le tabagisme (illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, il sera interdit de fumer aux arrêts de bus, aux abords des écoles et dans les centres sportifs. Le Grand Conseil a modifié la loi sur l'interdiction de fumer dans les lieux publics afin d'inclure certains lieux extérieurs.

Cette modification législative a pour but de protéger la population, en particulier la jeunesse, contre l'exposition au tabagisme, a indiqué le rapporteur de majorité Sandro Pistis, député MCG. Elle a été acceptée vendredi par 63 oui, 4 non et 9 abstentions.

L'extension de l'interdiction de fumer concerne les lieux accessibles au public, extérieurs ou ouverts des établissements de formation, des écoles et des garderies, tout comme les aires de jeux et les pataugeoires, les terrains sportifs et leurs tribunes, les patinoires et piscines. Elle touche aussi les terrains des camps de jour et de vacances ainsi que les arrêts des transports publics.

"Genève pionnier"

Voir des personnes fumer ou des mégots sur le sol peut contribuer à l'initiation du tabagisme chez les jeunes, a déploré la socialiste Jennifer Conti, auteure du projet de loi. Plusieurs pays, dont la France, l'Espagne, les Etats-Unis et le Canada, ont créé des espaces publics extérieurs sans fumée. "Avec ce texte, le canton de Genève sera pionnier en Suisse", a relevé la députée.

"Ce projet de loi est novateur", a reconnu le conseiller d'Etat Mauro Poggia, en charge de la Santé. Le magistrat n'exclut toutefois pas que certaines dispositions, comme l'interdiction de fumer aux arrêts de bus, soient attaquées en justice.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Poisson

Petit sentiment de tourner en rond dans votre vie amoureuse… Rien ne va mal mais rien ne va vraiment bien non plus… Donnez-vous du temps encore…

Les Sujets à la Une

X