Rejoignez-nous

Suisse Romande

Grande Cariçaie: détecter les chats sauvages

Publié

,

le

L'Association de la Grande Cariçaie réalise actuellement une étude afin de détecter la présence du chat sauvage dans ses différentes réserves sur la rive sud du lac de Neuchâtel. (©©La Grande Cariçaie)

L'Association de la Grande Cariçaie réalise actuellement une étude afin de détecter la présence du chat sauvage dans ses différentes réserves de la rive sud du lac de Neuchâtel. Pour l'heure, deux individus ont été repérés.

La répartition du chat sauvage (appelé aussi chat sylvestre) sur la rive sud du lac de Neuchâtel est peu connue, explique l'association. Les rares observations signalées datent de plusieurs années déjà.

Cette espèce prioritaire est régulièrement suivie dans la région de la réserve du Fanel, près de Champion (BE) par le KORA. Mais le reste de la rive ne fait l’objet d’aucun suivi régulier.

L’Association de la Grande Cariçaie, en collaboration avec le KORA, a donc décidé de réaliser une étude. La détection du chat sauvage se fait par piège photographique. Des piquets en bois, disposés face aux caméras et imbibés de valériane, attirent les individus dont le mouvement déclenche l’appareil photo.

Pièges photo

Onze pièges photos sont installés tour à tour dans 3 secteurs différents, pour une durée de 6 semaines. Ils ont initialement été disposés entre Cudrefin (VD) et Forel (FR) jusqu’à la mi-novembre. Ils sont actuellement placés entre Forel et Cheyres (FR) et seront installés une dernière fois entre Cheyres et Yverdon (VD) dès la fin décembre.

Jusqu’à maintenant, au moins deux individus ont été repérés entre Chevroux (VD) et Cudrefin. Il faudra attendre le terme de cette étude, fin janvier 2020, pour avoir un aperçu de la présence de l’espèce dans les réserves naturelles de la Grande Cariçaie.

Persécuté

Le chat sauvage d’Europe vit presque inaperçu dans nos forêts et il est l’espèce la moins connue de la faune sauvage à nos latitudes. Auparavant, l’espèce était largement répandue en Europe (sans la Fennoscandie). A cause de fortes persécutions et de la dégradation de son habitat, il ne reste que de petites populations résiduelles isolées.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Plusieurs nouveautés au Musée Burnand à Moudon

Publié

le

Une entrée au Musée Burnand à Moudon offre un billet pour le MCBA à Lausanne, où est exposé le célèbre "Taureau dans les Alpes" (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Musée Eugène Burnand à Moudon (VD) dévoile samedi une nouvelle exposition consacrée au peintre vaudois. A voir jusqu'au 27 octobre, cet accrochage provisoire est centré sur ses oeuvres liées à la Camargue.

"Le peintre de la lumière relève le défi de reproduire l'éclat du soleil de et du Midi", écrivent les responsables du musée dans un communiqué. Après avoir peint à 23 ans "Les ânes dans le Midi", son premier succès, Eugène Burnand a passé plusieurs étés à Montpellier, où s'était établi l'un de ses frères. Dans la région, l'artiste moudonnois représente surtout "la vie pastorale, rude et libre".

Il s'est aussi lié d'amitié avec le poète provençal Frédéric Mistral, dont il a illustré l'édition de 1883 de son poème épique "Mireille". Eugène Burnand a aussi fréquenté Alphonse Daudet et réalisé plusieurs dessins pour accompagner ses contes.

"L'Eugène Burnand qui pendule au gré des saisons entre Vulliens et Paris est bien connu. Plus discret, le pan de sa vie méridionale mérite davantage d'éclairage, c'est l'ambition de l'exposition 2024", poursuit le communiqué de presse.

Nouveaux apports

Parallèlement, les salles permanentes du musée ont été réorganisées avec deux apports. Un mur est voué à des dessins originaux que l'institution a récemment fait restaurer: ils représentent des épisodes de la vie de saint François d'Assise.

Le second volet est consacré à une autre obsession d'Eugène Burnand, à savoir ses tentatives pour représenter le visage du Christ. Un panneau montre ainsi ses tâtonnements "pour saisir l'essence d'une physionomie divine".

A noter finalement que le Musée Burnand a conclu un accord avec Plateforme 10 à Lausanne. Un billet d'entrée au Musée Burnand offre une entrée gratuite, valable le même jour, pour le Musée cantonal des Beaux-Arts (MCBA), le mudac et Photo Elysée. L'occasion d'admirer deux toiles emblématiques d'Eugène Burnand exposées au MCBA, "Le Taureau dans les Alpes" et "La Prière sacerdotale".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Les gens du voyage ont quitté le terrain d'Y-Parc à Yverdon

Publié

le

Les gens du voyage s'étaient installés le 8 mars dernier sur un terrain à Yverdon-les-Bains (archives). (© Keystone/LAURENT MERLET)

Menacés par une procédure d’expulsion par la Municipalité d'Yverdon-les-bains (VD), les gens du voyage ont finalement quitté jeudi le terrain d'Y-Parc qu'ils occupaient depuis début mars. Cette communauté n'avait pas respecté le délai de départ fixé à vendredi dernier et une soixantaine de caravanes stationnaient encore sur les lieux.

"Au vu de la procédure judiciaire d'expulsion engagée par la Ville, les représentants des gens du voyage qui s'étaient installés depuis le 8 mars dernier sur un terrain à la rue de l'Innovation, en bordure du parc scientifique et technologique d'Y-Parc, ont pris la décision de quitter les lieux. La majeure partie des résidents sont ainsi partis en petits groupes dans différentes directions", a indiqué jeudi la Municipalité.

Interrogé par Keystone-ATS, le délégué cantonal pour les gens du voyage, Laurent Curchod, a indiqué que près de 30 caravanes étaient actuellement arrêtées sur un terrain communal à Morrens, mais que cela n'était en aucun cas une solution ni même provisoire. "Nous sommes en train de négocier avec eux. Le but est qu'ils partent rapidement et que l'on trouve un terrain autorisé", a-t-il dit.

Une procédure d'expulsion est d'ailleurs déjà en cours, selon M. Curchod. Les autres caravanes ayant quitté Yverdon étaient, elles, notamment sur une route non loin de Morrens, à sa connaissance.

Y-Parc: accès sécurisé

Dans le cadre de leur départ, la commune a exigé des occupants que le terrain soit rendu dans son état initial aux propriétaires. "D'après les constats qui ont pu être effectués sur le terrain, cette requête semble avoir été respectée par les gens du voyage", écrivent les autorités yverdonnoises.

"A la suite de cette expérience et aux difficultés similaires rencontrées ces dernières années, la Ville a pris des dispositions afin de sécuriser l'accès au site à la rue de l'Innovation à l'aide de blocs de béton, placés sur les chemins d’accès au terrain. Par cette démarche, elle souhaite éviter que de nouveaux campements s'y installent", poursuit le communiqué de la Ville.

Convention pas respectée

Pour rappel, la Ville et Police Nord Vaudois avaient tout mis en ½uvre afin de faire face au passage des gens du voyage à Yverdon, annoncé depuis des mois, dans les meilleures conditions possibles. Des négociations en collaboration avec la police cantonale et le délégué cantonal pour les gens du voyage avaient été entamées. Elles avaient débouché sur une proposition de convention, comprenant une autorisation d'installation pour 40 caravanes pour quatre semaines.

Cette convention n'avait finalement pas été respectée par les gens du voyage. Un jour après leur installation, le nombre de caravanes recensées avoisinait les 80 véhicules, soit bien au-delà du nombre prévu par le projet d'autorisation. Après le départ d'une quinzaine d'entre elles, 63 caravanes étaient toujours présentes.

Durant la durée de l'utilisation de l'espace mis à disposition, des incivilités et problématiques de gestion des déchets ont été constatées. Elles ont été dénoncées et réglées aux abords du camp. Les frais directs en lien avec la mise à disposition du terrain et ses infrastructures (eau, électricité, déchets, toilettes) seront pris en charge par les redevances encaissées directement auprès de la communauté et par un soutien exceptionnel du canton.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

"Contemplations" de Matthieu Ricard au Pont de la machine

Publié

le

"Contemplation", une exposition de 26 photos de Matthieu Ricard est à découvrir au Pont-de-la-Machine dès le 18 avril. (© Romain Bassenne)

Quartier Libre SIG propose "Contemplation", une exposition de 26 photographies réalisées par le moine bouddhiste Matthieu Ricard. Destinée à un large public et présentée pour la première fois à Genève, elle est à découvrir du 18 avril au 25 août au Pont de la Machine.

Né en 1946 à Paris, Matthieu Ricard est moine bouddhiste, humanitaire, écrivain, conférencier et traducteur officiel du dalaï-Lama en français. Mais il est aussi et surtout photographe, écrit Quartier Libre SIG dans un communiqué.

Par ses photographies, Matthieu Ricard partage son émerveillement face à un paysage ou une lumière. Son inspiration réside principalement dans l’harmonie de la nature ou la beauté intérieure de l'être humain.

Voyage spirituel

Les images exposées sont en noir et blanc, imprimées sur un papier japonais Awagami dont la technique de production remonte à 1400 ans. Chaque tirage est accompagné d’une citation spirituelle choisie et écrite à la main par Matthieu Ricard.

La scénographie permet aux visiteurs de s'imprégner de ce voyage spirituel, empreint de bienveillance, au côté du photographe. Ils sont entraînés dans l'immensité inaltérée des paysages du Tibet, du Bhoutan, du Népal et d'ailleurs. Ses photographies lumineuses, empreintes d'harmonie, immergent dans un univers de paix, propice à la spiritualité.

Engagement et compassion

Après avoir terminé son doctorat en génétique cellulaire, Matthieu Ricard est parti s’installer définitivement dans l’Himalaya, où il vit depuis maintenant cinquante ans. Il a consacré sa vie à l’étude et à la pratique du bouddhisme auprès des plus grands maîtres spirituels tibétains de notre époque.

Connu pour son engagement en faveur de l'altruisme et de la compassion en action, Matthieu Ricard est l'auteur de nombreux ouvrages à succès sur la méditation et le bonheur. Il collabore activement à des recherches neuroscientifiques sur les effets de l’entraînement de l’esprit au sein d’universités américaines et européennes. Il est également un fervent défenseur de la préservation de l'environnement et de la cause animale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Isabelle Moret à Washington pour une mission économique

Publié

le

La conseillère d'Etat vaudoise en charge de l'économie, Isabelle Moret, va se rendre aux Etats-Unis la semaine prochaine pour une mission économique (archives). (© Keystone/GIAN EHRENZELLER)

La conseillère d'Etat vaudoise Isabelle Moret se rendra du 15 au 19 avril dans la capitale américaine Washington. Elle a été invitée à accompagner le conseiller fédéral Guy Parmelin en tant que cheffe du Département de l'économie, de l'innovation, de l'emploi et du patrimoine (DEIEP) et membre du comité de la Conférence des chefs des départements cantonaux de l'économie publique.

Le programme de la visite prévoit des rencontres avec des représentants d'entreprises suisses actives aux Etats-Unis et des visites d'entreprises oeuvrant dans les sciences, dont l'intelligence artificielle et les technologies aérospatiales, a indiqué le Canton dans un communiqué. La participation à cette mission permettra à Mme Moret d'échanger avec des représentants de la chambre de commerce américaine ainsi que des membres du Congrès, est-il précisé.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X