Rejoignez-nous

Suisse Romande

Le site Nespresso à Romont en pleine forme

Publié

,

le

Les activités sur le site de Romont se sont renforcées. Celui-ci produit désormais plus d'un milliard de capsules. (©KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ)

L'entreprise Nespresso va augmenter ses capacités à Romont (FR). La croissance est due notamment à la production pour l'Amérique du Nord des capsules Vertuo.

Le seuil du milliard de capsules produites à Romont devrait être atteint grâce au "succès extraordinaire" du récent système Vertuo dans l'espace nord-américain, a déclaré mercredi Patrice Bula, président de Nespresso, à l'occasion de l'inauguration du centre de développement de produit.

L'Amérique du Nord constitue le deuxième marché de Nespresso, derrière la France, avec une croissance de près de 20%. La récente capsule Vertuo permet de faire de grandes tasses de café sans diluer ses saveurs. "C'est une innovation déterminante vendue dans 14 pays et qui vient d'être lancée en Suisse cet automne", a indiqué Patrice Bula.

L'arrivée de ce produit est-il en lien avec la présence de plus en plus accrue sur le marché de capsules tierces compatibles avec les machines Nespresso? Jean-Marc Duvoisin, directeur général de Nespresso, assure que non. "Elles ont été conçues à la base pour le marché nord-américain", indique-t-il à Keystone-ATS.

Toutes les capsules Vertuo sont produites sur le site fribourgeois. Celui-ci va s'agrandir, avec l'arrivée de deux nouvelles lignes de production en 2019 et en 2020, moyennant un investissement de 43 millions de francs supplémentaires. Plus d'une trentaine d'emplois seront créés et s'ajouteront aux 325 actuels.

Augmenter les capacités

Selon Patrice Bula, les investissements dans le site de Romont démontrent la confiance qu'a Nespresso dans la Suisse et "sa volonté à continuer à contribuer au rayonnement de la Suisse". En tout, Nespresso emploie plus de 2200 personnes dans le pays. Outre Romont, les sites d'Orbe et d'Avenches sont présents en Suisse romande.

"Nous avons investi 300 millions de francs dans ce site le plus récent pour conquérir de nouveaux marchés, dont le marché nord-américain", a déclaré Patrice Bula.

"Nous y avons aussi investi 48 millions supplémentaires pour augmenter ses capacités" et créer le centre de développement de produit et le Coffee Campus. Le centre d'expertise réunira les professionnels de la filiale de Nestlé chargés de la préparation des nouveaux prototypes.

Pour les autorités locales, le site est d'importance. Olivier Curty, conseiller d'Etat fribourgeois en charge de l'économie et de l'emploi, voit la volonté d'ancrage de l'entreprise dans la région comme un signe très positif. "Le canton veut prendre le lead" en matière d'industrie alimentaire, souligne-t-il.

Willy Schorderet, préfet de la Glâne, s'est aussi montré très enthousiaste. Il a annoncé l'ouverture, pour fin 2019, d'un bâtiment sportif et culturel proche de l'usine, comprenant notamment une piscine, un fitness et une salle de spectacles. Il a terminé en parlant du plus grand bonheur au monde selon lui: du café Nespresso agrémenté de crème double de la Glâne, suscitant les rires dans la salle.

Coffee Campus

Le Coffee Campus est un "centre de formation pour les spécialistes du café", indique à Keystone-ATS Marco Magatti, chef de l'innovation chez Nespresso. Les vendeurs, mais aussi les chefs de cuisine qui collaborent avec la marque, voire même des "chefs étoilés", viendront se former sur le Coffee Campus.

Celui-ci peut accueillir près d'une cinquantaine de personnes pour des présentations et une dizaine pour des ateliers professionnels. "Ces ateliers se concentrent sur le café lui-même, mais aussi les techniques d'hôtellerie ou l'utilisation des machines", a indiqué Marco Magatti.

(ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Immersion dans d'autres mondes à la Maison d'Ailleurs

Publié

le

Réalité virtuelle, des projections murales (comme ici avec les oeuvres créées via l'intelligence artificielle) ou des environnement immersifs sont à découvrir dans cette nouvelle exposition. (© Antón de Macedo et Paul Hegi)

La nouvelle exposition du musée yverdonnois de la Maison d'Ailleurs se consacre à l'immersion dans les mondes de fiction. Au travers de plusieurs salles, le parcours souhaite montrer la puissance des autres mondes et leur réflexion sur notre vie.

S’immerger dans des mondes de fictions, pour quels avantages ? C’est une des questions que se pose la nouvelle exposition de la Maison d’Ailleurs. Au travers de réalité virtuelle, de projections murales ou encore d’expériences sonores, le spectateur va pouvoir se questionner sur cette immersion.

Celle que certains définissent dans la fiction comme vivre une autre vie, dans une autre monde. Avec l’essor des films, des séries télévisées, des jeux vidéos, nous nous immergeons tous dans d’autres univers, au quotidien :

Marc AtallahCurateur de l'exposition Une autre vie ?

Si la Maison d’Ailleurs se veut être le musée de la science-fiction et des voyages extraordinaires, ce sont bien l’entier des mondes de fictions qui sont concernés par cette exposition.

Marc AtallahCurateur de l'exposition Une autre vie ?

Les visiteurs pourront s'immerger dans plusieurs formes d'oeuvres, allant de la réalité virtuelle à la projection murale, ou encore à des extraits sonores :

Marc AtallahCurateur de l'exposition Une autre vie ?

Cependant, selon le curateur de l'exposition, la frontière entre liberté grâce à l'immersion et à sa sortie et la propagande peut être fine :

Marc AtallahCurateur de l'exposition Une autre vie ?

Jouets des Eighties

Une autre exposition est également présentée, dans l'Espace Jules Vernes. Comme les deux années précédentes, cet espace est consacré à la présentation de jouets, cette fois si des années 80, liés à la pop culture. Une décennie prolifique, une époque où on pouvait encore exprimer des exubérances, sans retenues.

Deux expositions à découvrir dès le 24 février 2024 et qui dureront jusqu'au 5 janvier 2025.

Continuer la lecture

Suisse Romande

Le canton de Fribourg soutient momentanément ses médias régionaux

Publié

le

Les mesures adoptées par le Conseil d'Etat fribourgeois visent à augmenter la capacité d’investissement des médias régionaux "dans le contexte de la transition numérique et à renforcer la formation aux médias" (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le canton de Fribourg soutient "temporairement et ponctuellement" ses médias régionaux, en attendant de nouvelles solutions sur le plan fédéral. Avec 3,75 millions au maximum, les mesures doivent accroître leur capacité d’investissement dans la transition numérique.

Fribourg envisage déjà de consacrer un montant de 1,8 million de francs pour le soutien aux investissements à la transition numérique, a indiqué mercredi le Conseil d'Etat. Tant l’innovation technologique que la création de nouveaux formats de contenus constituent un enjeu central et transversal pour les médias.

Fort de ce constat, le canton soutiendra donc les projets de numérisation des médias régionaux fribourgeois durant une période limitée de quatre ans, dans le cadre de la loi sur la promotion économique et du règlement sur la promotion économique. Et cela à hauteur d’au maximum 30% de la somme réelle investie.

Rôle de Keystone-ATS

Les projets soumis par les médias seront préalablement évalués par les services compétents de l’administration cantonale. De manière complémentaire, par ailleurs, et ce pour une période limitée à quatre ans également, l'Etat assumera 50% des frais d’abonnement des médias régionaux à l’agence de presse nationale Keystone-ATS.

Le geste vise à augmenter la capacité d’investissement des médias dans la transition numérique. Son coût est estimé à 800'000 francs pour la période retenue. Selon le Conseil d'Etat, Keystone-ATS est "un outil de travail important de l’ensemble des médias fribourgeois qui permet notamment de nourrir les fils d’actualité en ligne".

Formations aux médias

La formation aux médias sera renforcée. La transition numérique fait évoluer les pratiques d’utilisation, des jeunes notamment. La sensibilisation au traitement de l’information et la valorisation des offres dans le respect de la neutralité politique et de la déontologie constituent des enjeux essentiels, relève l'exécutif.

D'abord, celui-ci entend lancer un appel d’offres auprès des médias pour produire des supports pédagogiques numériques d’éducation aux médias destinés aux écoles, avec un budget de 50'000 francs. Il s’agira de développer des formats éditoriaux innovants, adaptés aux habitudes des jeunes et ancrés dans le contexte fribourgeois.

Abonnement gratuit

Ensuite, une enveloppe de 50'000 francs par an, soit 200'000 francs en tout, servira à renforcer les collaborations entre l’école et les médias régionaux dans le cadre de projets pédagogiques. Selon le modèle "Culture & Ecole", un programme de médiation sera ainsi instauré sous la forme d’une expérience pilote de quatre ans.

Enfin, il y a le projet de loi sur l’accès des jeunes aux médias, dont le Grand Conseil s'est saisi au début du mois de février. L'outil, émanant d'une motion des députés PS Marie Levrat et PVL Brice Repond, fait partie des efforts de l’Etat pour "sensibiliser les jeunes à l’actualité régionale et soutenir la presse".

En cas de feu vert du législatif, en mars ou en mai, il sera offert, avec effet immédiat, un abonnement numérique d’un an à un média régional à tous les jeunes de 18 ans domiciliés dans le canton et qui en font la demande. Ici, la mesure présente un coût estimé à 900'000 francs pour une période de cinq ans.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

VS: la manière de compter les votes blancs et nuls dénoncée

Publié

le

En Valais, un nouveau recours a été déposé en lien avec la révision de la Constitution cantonale soumise aux urnes en mars. En ligne de mire, cette fois, la manière dont seront comptabilisés les votes blancs et nuls. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

En Valais, un nouveau recours a été déposé en lien avec la révision de la Constitution cantonale soumise aux urnes en mars. En ligne de mire, cette fois, la manière dont seront comptabilisés les votes blancs et nuls.

Le Haut-Valaisan Gerhard Schmid indique à Keystone-ATS avoir fait recours mardi auprès du Conseil d'Etat et du Grand Conseil, confirmant une information parue sur le site du Walliser Bote mercredi. Au coeur de sa démarche: l'explication dans la brochure cantonale accompagnant la votation sur la manière dont seront pris en compte les votes blancs et nuls lors de ce scrutin.

Conformément à l’article 106 de la Constitution cantonale actuelle, et comme pour toute révision constitutionnelle, la majorité absolue se calcule sur le nombre de bulletins entrés, y compris les bulletins blancs et nuls, peut-on lire dans la brochure. Contrairement aux autres scrutins, où seuls les bulletins valables ont un impact sur le seuil de la majorité absolue.

Dans son recours, Gerhard Schmid estime donc que cette manière de faire "qui requalifie ces bulletins en 'non' de facto est contraire à l'article 34 de la Constitution fédérale car elle ne permet pas "de protéger l'authenticité du vote" et en diminue le poids.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Etude d'Unisanté: une loi fédérale sur la santé serait pertinente

Publié

le

Selon une étude d'Unisanté, la gouvernance du système de santé suisse devrait être plus claire et plus cohérente (image d'illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Unisanté a analysé la gouvernance du système de santé suisse. Son rapport met en évidence une vision fragmentée axée sur les soins, une gouvernance complexe et un enchevêtrement des responsabilités cantonales et fédérales. Il conclut à la pertinence d'une loi fédérale.

Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique de Lausanne Unisanté a été mandaté pour réaliser cette étude par l'Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM) qui milite en faveur d'un système de santé suisse plus durable. Son rapport vient d'être publié, souligne Unisanté mercredi dans un communiqué.

Les travaux montrent que le système de santé est performant, mais mal adapté aux enjeux futurs. La gouvernance actuelle du système de santé suisse dilue les responsabilités auprès de nombreux acteurs. Elle n'offre pas le cadre nécessaire pour garantir que les parties prenantes s'accordent sur des objectifs communs répondant aux besoins en santé de la population et ½uvrent à leur réalisation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Capricorne

Vos aptitudes dépassent largement vos propres perceptions. Vous avez tort de penser que d'autres ont toujours le dessus sur vous !

Les Sujets à la Une

X