Rejoignez-nous

Climat

Les 30 activistes du climat condamnés par la justice fribourgeoise

Publié

,

le

Les avocats de la défense, au nombre douze, ont fait part de leur colère sitôt le verdict du juge de police de la Sarine prononcé, jugement confirmant la condamnation des 30 activistes du climat pour avoir bloqué Fribourg Centre en novembre 2019. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Les 30 activistes du climat prévenus d'avoir bloqué Fribourg Centre le 29 novembre 2019, jour de Black Friday, ont été condamnés vendredi par le juge de police de la Sarine. Leurs 12 avocats vont recourir devant le Tribunal cantonal, jusqu'à Strasbourg s'il le faut.

Benoît Chassot a confirmé dans les grandes lignes les ordonnances pénales prononcées en 2020. "L'action n'était pas apte à résoudre la problématique du réchauffement climatique", a relevé le juge. Les accusés sont condamnés pour avoir participé à une manifestation non autorisée, troublé l'ordre public et ignoré les injonctions de la police.

Techniquement, les prévenus ont été reconnus principalement "coupables de contravention à la loi sur le domaine public", a répété à 30 reprises Benoît Chassot. Ils doivent assumer des frais de justice allant jusqu'à 400 francs par personne et, en cas de non-paiement à une peine privative de liberté de substitution jusqu'à quatre jours.

Amendes réduites

Le juge de police a toutefois réduit les peines pécuniaires avec sursis et les amendes fermes à des montants compris entre 100 et 400 francs, au lieu de 200 à 500 francs. Une des prévenus a été encore déchargée de l'accusation de contrainte pour s'être enchaînée aux caddies utilisés dans le but d'empêcher l'accès à Fribourg Centre.

Lors d'un point presse, les avocats ont dit leur colère après le verdict. Ils ont annoncé vouloir faire recours et aller jusque devant la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) à Strasbourg, a affirmé l'un d'eux, Christian Delaloye, pour qui "aucun moyen ne fonctionne malgré 26 COP (conférences sur le climat de l'ONU)".

Devant Forum Fribourg, à Granges-Paccot, où s'est tenu le procès durant trois jours à fin mai, l'ambiance était empreinte d'émotion, avec un mélange de pleurs et de joie. Me Marie-Pomme Moinat a une nouvelle fois regretté le refus du juge d'entendre les cinq experts de la défense, dont le prix Nobel de chimie Jacques Dubochet.

Emotion présente

La liberté d'expression a été "gravement" violée à ses yeux. "L'urgence climatique n'est pas concrète", a noté son collègue Arnaud Nussbaumer, pour qui "le juge Chassot ne croit pas la communauté scientifique". Un des prévenus a déploré l'impossibilité de faire entendre leur message à la justice et au monde politique.

Activistes condamnés et avocats ont ensuite partagé une collation sous le soleil fribourgeois, avec la centaine de spectateurs venue assister au jugement. Ces derniers ont réagi, parfois ri, parfois applaudi, au fur et à mesure d'un énoncé qui a duré 30 minutes, puis chanté à la sortie de la grande salle d'audience, Covid-19 oblige.

Dans son développement, le juge Chassot a rappelé qu'il n'y avait pas de "danger imminent et durable" à agir de la sorte en novembre 2019 dans le centre commercial de Fribourg Centre. Les bloqueurs, issus des rangs de la Grève du climat et d'Extinctions Rébellion, "auraient pu recourir à d'autres moyens pour se faire entendre".

Droits politiques

Benoît Chassot a mentionné les réseaux sociaux et les droits politiques, droits qui ont été décrits comme trop lents durant le procès au vu de l'urgence climatique. D'où le recours à la désobéissance civile, causant selon le juge "un trouble à la tranquillité publique" en entravant l'accès aux magasins.

Les plaignants sont l'Association des commerçants de Fribourg Centre et la Caisse de pensions du personnel du canton de Zurich (BVK). Celle-ci, plus grande institution de prévoyance professionnelle de Suisse avec près de 130'000 membres, est la propriétaire des lieux. La manifestation avait retardé par ailleurs la fermeture d'une heure.

Le 31 mai, la défense avait plaidé l'acquittement collectif, l'urgence climatique dominant les cinq heures de discours des douze avocats. Leurs plaidoiries coordonnées avaient prolongé les quinze heures d'audition des prévenus, les 25 et 26 mai, où il avait été question notamment de surproduction et de surconsommation.

Quatrième pouvoir

La défense avait parlé d'un procès historique, le plus important du genre en Suisse romande. "C'est une mission importante que de donner une réponse judiciaire à des ordonnances concernant un problème de société", avait souligné Christian Delaloye. Sa collègue Marie-Pomme Moinat avait regretté l'attitude de Benoît Chassot.

Elle avait décrit une attitude impassible et un ton monotone dans la prise du procès-verbal. "Monsieur le président, vous n'avez pas fait preuve de compréhension", avait-elle relevé. La cause climatique n'a pas fini d'occuper le pouvoir judiciaire, comme en témoignent les procès dans les cantons de Vaud, Genève, Neuchâtel et Zurich.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Climat

Les orages ont touché le Jura, la Confédération a émis une alerte

Publié

le

Après le temps estival de jeudi, de nouveaux orages se préparent (Archives). (© Keystone/EDDY RISCH)

La Suisse a à nouveau fait face aux orages vendredi. Un orage important a touché le Jura en début d'après-midi. La Confédération a émis une alerte de niveau 3 sur 4 pour l'après-midi. Le Tessin et certaines régions des Grisons ne sont pas concernés

Des vents allant jusqu'à 117 km/h ont été enregistrés sur le Chasseral. A Delémont, 20 litres de pluie par mètre carré sont tombés en l'espace de 20 minutes et des rafales ont soufflé jusqu'à 106 km/h. La grêle est également tombée.

Mais les vents étant forts en altitude, les cellules orageuses ne restent pas longtemps au même endroit. Le risque d'inondation est donc restreint, selon SRF Meteo.

Les premiers orages ont touché les Préalpes en fin d'après-midi. Une nouvelle cellule orageuse s'est développée au-dessus du lac de Thoune et a balayé les cantons d'Uri, puis de Glaris jusque dans la vallée du Rhin (SG), où elle a perdu de sa force.

Le service Meteocentrale a compté près de 27'000 éclairs, dont 5400 rien que dans le canton de Berne. Les météorologues s'attendent à des précipitations importantes jusque dans la nuit.

Selon les météorologues, la trajectoire exacte des orages est difficile à prévoir. Ces dernières semaines, les intempéries ont provoqué une forte hausse provisoire du niveau des lacs suisses. Certains ruisseaux et rivières ont également débordé de leur lit.

A ce jour, deux personnes sont décédées en raison des intempéries en Suisse. Plusieurs personnes ont été blessées, dont certaines gravement. Les dommages matériels s'élèvent eux à plusieurs centaines de millions de francs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

La LNM prévoit un retour à la normale progressif jusqu'à mardi

Publié

le

Fleuron de la flotte de la LNM, le bateau à vapeur "Neuchâtel" reprendra du service samedi (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Malgré la reprise de la navigation mercredi, la Société de navigation sur les lacs de Neuchâtel et Morat (LNM) prévoit un retour à la normale échelonné jusqu'à mardi. Les courses entre Neuchâtel et Morat reprendront pour leur part déjà samedi.

Les canaux de la Broye et de la Thielle ne sont pas encore exploitables, en l'état. "La situation évoluant favorablement, la LNM rétablira progressivement son horaire complet", a indiqué jeudi la compagnie, avec un retour complet prévu mardi. Fleuron de la flotte, le bateau à vapeur "Neuchâtel" reprendra du service samedi.

Toutes les destinations ne sont pas desservies pour l'heure en raison du niveau d'eau encore trop élevé. Du coup, celles vers Bienne (BE) et Yverdon-les-Bains (VD) le seront depuis mardi seulement, précise la LNM, en ajoutant dans son communiqué que certaines restrictions locales pouvaient encore survenir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Les "signes vitaux" de la Terre faiblissent selon des scientifiques

Publié

le

Les auteurs du rapport estiment qu'il existe en effet "de plus en plus de preuves que nous approchons, voire avons déjà dépassé" certains des points de bascule (Archives © KEYSTONE/EPA/Cézaro De Luca)

Les "signes vitaux" de la planète s'affaiblissent sous les coups de l'économie mondiale, ont mis en garde mercredi des scientifiques de premier plan. Ils s'inquiètent de l'imminence possible de certains "points de rupture" climatiques.

Ces chercheurs, qui font partie d'un groupe de plus de 14'000 scientifiques ayant plaidé pour la déclaration d'une urgence climatique mondiale, estiment que les gouvernements ont de manière systématique échoué à s'attaquer aux causes du changement climatique: "la surexploitation de la Terre".

Depuis une évaluation précédente en 2019, ils soulignent la "hausse sans précédent" des catastrophes climatiques, des inondations aux canicules, en passant par les cyclones et les incendies. Sur les 31 "signes vitaux" de la planète, qui incluent les émissions de gaz à effet de serre, l'épaisseur des glaciers ou la déforestation, 18 atteignent des records, selon ce texte publié dans la revue BioScience.

Niveaux records de CO2

Ainsi, malgré la chute des émissions de gaz à effet de serre en raison de la pandémie de Covid-19, les concentrations de CO2 et de méthane dans l'atmosphère ont atteint des niveaux records en 2021.

Les glaciers fondent 31% plus vite qu'il y a quinze ans et la déforestation en Amazonie brésilienne a, elle aussi, atteint un record en 2020, transformant ce puits de carbone crucial en émetteur net de CO2. Avec un record de plus de 4 milliards de têtes de bétail, notamment vaches et moutons, la masse du bétail dépasse désormais celle des humains et des animaux sauvages combinés, selon l'étude.

"Nous devons réagir face aux preuves qui montrent que nous allons vers des points de rupture climatiques, en prenant des mesures urgentes pour décarboner l'économie et en commençant à restaurer la nature plutôt que la détruire", a indiqué l'un des auteurs, Tim Lenton, de l'université britannique d'Exeter.

Les auteurs estiment qu'il existe en effet "de plus en plus de preuves que nous approchons, voire avons déjà dépassé" certains des points de bascule qui pourraient entraîner le système climatique vers un changement dramatique et irrémédiable. Cela inclut la fonte des calottes glaciaires du Groenland et de l'Antarctique, qui pourrait être irréversible à l'échelle de plusieurs siècles, même si les émissions de CO2 étaient réduites.

Actions radicales rapides

Autre point de non-retour possible pour les récifs coralliens, menacés notamment par le réchauffement et dont dépend un demi-milliard de personnes.

Les auteurs réclament des actions radicales rapides dans plusieurs domaines: éliminer les énergies fossiles, réduire la pollution, restaurer les écosystèmes, opter pour des régimes alimentaires basés sur les plantes, s'éloigner du modèle de croissance actuel et stabiliser la population mondiale.

"Nous devons arrêter de traiter l'urgence climatique comme un problème indépendant. Le réchauffement n'est pas le seul problème de notre système terre sous pression", a insisté William Ripple, de l'université d'Etat de l'Oregon. Selon lui, "les politiques pour combattre la crise climatique ou tout autre symptôme devraient s'attaquer à la source: la surexploitation de la planète par les humains".

Continuer la lecture

Climat

Rincées, les vignes suisses souffrent d'attaques de champignons

Publié

le

Les conditions météorologiques de ces dernières semaines ont favorisé le développement du mildiou, un champignon qui s'en prend aux feuilles et aux grappes dans les vignes. Ici dans un vignoble à Auvernier (NE). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le secteur viticole suisse souffre, comme d'ailleurs toute l'Europe, d'attaques de mildiou et d'oïdium provoquées par les précipitations de ce début d'été. Pour lutter contre ces champignons, les viticulteurs renouvellent les traitements après chaque lessivage.

Les répercussions des conditions climatiques de 2021 sur la production de raisin ne sont pas encore connues mais devraient logiquement peser sur la quantité de raisin. Mais le fort engagement des vignerons devraient limiter la casse.

"De mémoire de vigneron, on n'a jamais vu autant de pluie", réagit mardi auprès de Keystone-ATS Pierre-André Roduit, chef de l’office valaisan de la viticulture. Conséquence: la propagation du mildiou, une maladie fongique épidémique favorisée par un temps très humide et chaud, a explosé.

"Cette année, on a constaté des infections tous les jours. On n'avait jamais vécu ça", relève Pierre-Antoine Héritier, président de la fédération valaisanne des vignerons, soulignant que le plus ensoleillé des cantons jouit d'un climat habituellement sec.

D'ailleurs, le mildiou, qui s'attaque d'abord aux feuilles, se propage rarement aux grappes en Valais. Avec ce climat très compliqué, les deux hommes gardent aussi à l'oeil la propagation de l'oïdium, un autre champignon qui peut faire des ravages.

"Conjonction de facteurs négatifs"

Sur Vaud, la situation est tout aussi "inhabituelle", relève Olivier Viret, chef du Centre de compétences culture spéciale à l'Etat de Vaud. "En 2016, la forte pression du mildiou avait eu lieu avant la floraison. Cette année, c'est juste après la fleur".

Après un mois de juin chaud où la vigne a poussé très fortement, les précipitations tombées dès le 20 juin et jusqu'à aujourd'hui ont lancé le cycle des infections. "On se retrouve ainsi avec une conjonction de facteurs négatifs", souligne Olivier Viret en référence à la grêle qui s'est abattue récemment dans toutes les régions du canton sauf la Côte, notamment à Concise, Aigle et dans le Lavaux.

Le sud des Alpes n'est pas mieux loti. Déjà très affecté par deux épisodes de grêle en juillet qui ont provoqué jusqu'à 90% de perte à certains endroits comme à Bellinzone, le nord du Tessin doit aussi faire face au développement de maladies fongiques "déjà visibles et difficilement contrôlables", indique Giovanna Gilardi, porte-parole au service tessinois de l’agriculture. Le sud du Tessin, sous l'eau depuis trois jours, craint désormais également l'apparition de mildiou.

"Fenêtre de traitement"

Pour lutter contre ces maladies fongiques, la vigne doit être traitée préventivement. Mais, là aussi, les épisodes récurrents de pluie n'ont pas facilité la vie des viticulteurs, car les traitements - à base de cuivre contre le mildiou, et de soufre contre l'oïdium - doivent être appliqués lorsque la vigne est sèche.

Les viticulteurs sont sur les rotules: depuis fin juin, il a fallu parfois sortir deux fois par semaine pour sulfater, détaille Johannes Rösti, directeur de la Station viticole neuchâteloise à Auvernier. "Le plus délicat est de trouver une fenêtre pour placer les traitements", précise-t-il.

Et comme les produits appliqués ne sont pas éternels, il faut recommencer après chaque lessivage, résument les différents interlocuteurs. Le contexte va rester difficile jusqu'à fin juillet, sachant que les sulfatages doivent s'arrêter au 15 août, en vue des vendanges.

Dégâts très divers

Il n'est pas encore possible d'esquisser de bilan tant les régions au sein même des cantons ont été arrosées différemment. En Valais, les dégâts liés au mildiou, très hétérogènes entre parcelles et cépages, sont néanmoins plus importants que les années précédentes, relève Pierre-André Roduit. Sur Vaud, si les pertes risquent d'être massives, "on ne peut cependant généraliser", lui fait écho Olivier Viret. "Il reste des grappes saines. Il a moins plu sur la Côte que dans le Lavaux", cite-t-il en exemple.

A Neuchâtel, "la plupart des viticulteurs ont pu protéger leur récolte", relève Johannes Rösti, même si cela a pu provoquer des tensions avec les riverains, incommodés par des traitements effectués le samedi. Si le temps se stabilise en août et en septembre, il sera encore possible d’obtenir une vendange de bonne qualité dans les vignobles épargnés par la grêle, précise-t-on au Tessin.

Pour Florian Favre, ingénieur oenologue à l'Etat de Genève, le fait que quasiment toutes les vignes genevoises sont mécanisées et que plus de 85% d'entre elles ont un sol enherbé facilite les traitements. "Si les plans de traitement ont été suivis, les vignes sont saines", relève Florian Favre.

Tout dépend aussi du cépage: le chasselas et le merlot sont très touchés par le mildiou, le gamay, moins. "Dans une dizaine de jours, quand les sucres se concentreront dans le raisin, le risque de maladies sera écarté", précise-t-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Les bateaux opèrent leur grand retour sur le lac de Neuchâtel

Publié

le

Les amateurs de kayak peuvent à nouveau goûter à la joie de la pratique de leur sport sur le lac de Neuchâtel. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La navigation est à nouveau possible sur le lac de Neuchâtel depuis ce mardi pour les particuliers et le trafic touristique. Nombre d'amateurs en ont profité pour sortir leurs embarcations et goûter à un plaisir dont il était privé depuis onze jours, crue oblige.

L'interdiction de navigation avait été prononcée le 16 juillet en raison des crues record survenues dans la région des Trois-Lacs, obligeant les bateaux à demeurer dans les ports. Lundi, les cantons riverains des lacs de Neuchâtel et de Morat ont annoncé sa levée d'entente, y compris sur le canal de la Broye, sauf pour la nuit.

La décrue du lac de Neuchâtel a commencé mercredi dernier et le niveau de danger a été abaissé à 3. "L'évolution météorologique des prochains jours s'annonce relativement instable et orageuse, mais sans précipitations excessives", a expliqué l'Organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton du Neuchâtel (Orccan).

La cote du lac de Neuchâtel se situe encore environ un mètre au-dessus de son niveau habituel, à 430,41 mètres par exemple lundi en fin d'après-midi. Il descend à raison de 4 à 5 centimètres par jour environ.

Appel à la prudence

La levée de l'interdiction s'accompagne d'un appel à la "prudence requise par des niveaux encore hauts et la présence de matériaux flottants". Tous les navigateurs doivent par ailleurs impérativement se conformer aux interdictions émises localement par les différents cantons ou communes.

En revanche, la navigation sur le lac de Bienne étant toujours interdite, hormis quelques assouplissements (stand up paddle ou canoë) dévoilés lundi, l’interdiction de navigation sur le canal de la Thielle demeure en vigueur jusqu’à la levée de l’interdiction par les autorités bernoises.

En ce qui concerne la baignade, elle est autorisée depuis jeudi, après une interdiction d'une petite semaine. Reste qu'ici aussi les autorités en appellent à la prudence des adeptes de la pratique dans le lac, en les invitant à se renseigner sur la qualité des eaux et à respecter les éventuelles interdictions locales.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Taureau

Vous doutez d'être en bonne position pour donner un nouvel élan à votre job. Bonne nouvelle : vous l’êtes alors plus d’hésitations !

Les Sujets à la Une

X