Rejoignez-nous

Vaud

L'ancien gardien de la Prison de Lonay a été acquitté

Publié

,

le

L'ancien chef cuisinier de la prison pour femmes de Lonay était jugé pour s'être livré à des actes sexuels avec deux détenues. (Image d'archives - ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Accusé d'avoir abusé sexuellement de deux détenues, l'ancien chef de cuisine de la prison de Lonay (VD) a été acquitté mardi. Le Tribunal correctionnel de La Côte a estimé que si une faute professionnelle avait été commise, il n'y avait pas eu d'infraction pénale.

L'ex-gardien de la prison pour femmes de la Tuilière s'était livré, entre décembre 2019 et février 2020, à des attouchements sexuels avec deux prisonnières brésiliennes, aujourd'hui libérées et retournées dans leur pays.

Pour le Tribunal, ces deux détenues ont "librement consenti" à ces pratiques. Il a remarqué que les deux Brésiliennes avaient parfois pris elles-mêmes "l'initiative" en émoustillant le quinquagénaire.

La Cour s'est notamment appuyée sur une lettre envoyée au gardien par l'une des plaignantes, remplie de déclarations et dessins à caractère sexuel. Cette missive a "corroboré" les propos du prévenu: il n'avait "aucune raison de douter" que les prisonnières étaient consentantes, ont relevé les juges.

Pas de favoritisme

Selon eux, le consentement des détenues n'était pas non plus "vicié", sachant que le gardien aurait pu profiter de sa position dominante pour obtenir des faveurs. Il n'y a toutefois eu ni menace, ni pression psychologique, ni favoritisme.

Il n'a ainsi pas été établi que le chef de cuisine ait davantage sollicité ses détenues préférées le week-end, afin de leur permettre de gagner un meilleur salaire. Et s'il n'était pas "indifférent" aux physiques des femmes qu'il faisait travailler avec lui, cela n'était pas "l'unique critère", ont constaté les juges.

Ils ont aussi remarqué que l'ambiance en cuisine, où les allusions sexuelles étaient fréquentes, était certes "inadéquate", mais qu'elle n'avait pas biaisé le consentement des détenues.

La présidente du Tribunal a souligné qu'il ne s'agissait pas d'examiner cette affaire sous l'angle de la morale, mais bien d'évaluer si des infractions pénales avaient été commises. Ce qui n'a pas été le cas aux yeux des juges.

Possible appel

L'ancien agent de détention devait répondre à Nyon de contrainte sexuelle et actes d'ordre sexuel avec des personnes détenues. La première de ces deux infractions avait finalement été abandonnée par le procureur Eric Mermoud lors de son réquisitoire, dans lequel il avait réclamé une peine de prison de 30 mois, dont six ferme.

A l'issue du jugement, le représentant du Ministère public a déclaré qu'il allait étudier la question d'un éventuel appel. Les avocats des Brésiliennes, qui n'assistaient pas au procès, se réservent aussi la possibilité de faire appel.

Indemnités refusées

L'agent de détention a été limogé et dénoncé au Ministère public au printemps 2020, à la suite d'une enquête interne du Service pénitentiaire (SPEN). Il a ensuite passé un mois en détention provisoire.

Les indemnités réclamées pour tort moral, suite notamment à ce mois de détention, lui ont été refusées mardi par le Tribunal.

A noter finalement que les investigations menées à la Tuilière avaient conduit à l'ouverture d'une seconde instruction, toujours en cours, contre un autre collaborateur pour des faits du même ordre.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Le courtier en ligne vaudois Swissquote ouvre une filiale à Chypre

Publié

le

La banque en ligne basée à Gland (VD) se renforce à Chypre, Zurich et Dubaï. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La banque en ligne vaudoise Swissquote poursuit son expansion en Europe avec l'inauguration d'une nouvelle filiale à Chypre. La société Swissquote Capital Markets a obtenu mercredi sa licence auprès du gendarme financier chypriote Cysec.

Il s'agit du troisième site pour Swissquote en Europe, après la création des antennes au Luxembourg et à Malte, indique jeudi l'établissement basé à Gland (VD).

Dans son communiqué, le courtier en ligne vaudois annonce également avoir renforcé son site de Zurich, y revendiquant une "croissance record du nombre de nouveaux clients" qui a généré un bond des demandes de leur part. Swissquote a ainsi étoffé l'effectif de son service à la clientèle ("customer care") et investi de nouveaux bâtiments à Zurich-Stettbach.

Le groupe a également renforcé ses activités à Dubaï, un pays où la banque est présente depuis 2010, en y ajoutant la possibilité d'investir directement dans des titres cotés à la Bourse locale. Cette offre est disponible depuis fin octobre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Lausanne

Unil: viols et harcèlement par des profs signalés dans une enquête

Publié

le

L'enquête menée par le centre de compétences suisse en sciences sociales (FORS) a recueilli les témoignages de quelque 3500 personnes. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Une enquête montre que les femmes subissent un harcèlement marqué sur le campus de l'Université de Lausanne (Unil). Sur cinq ans, près de 150 actes pénalement répréhensibles, dont quatre viols, ont été signalés.

Le pourcentage d'auteurs de ces actes est plus élevé parmi les enseignants que parmi les étudiants, indiquent les auteurs de l'étude. Menée le printemps dernier par le centre de compétences suisse en sciences sociales (FORS), l'enquête se base sur les témoignages de plus de 3500 personnes, soit 17% de la communauté académique.

Face à ce constat, la direction de l'Unil se dit vivement préoccupés par la fréquence et la gravité des actes de harcèlement. Elle déplore que les femmes soient systématiquement plus touchées que les hommes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

AG!SSONS veut démocratiser la démocratie

Publié

le

Le mouvement citoyen AG!SSONS veut davantage de modernité en ce qui concerne la démocratie. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Le mouvement citoyen et partisan AG!SSONS lance une campagne en terre vaudoise. Malgré l'invalidation récente de l'une de ses initiatives par le Conseil d'Etat, AG!SSONS est bien déterminé à moderniser la démocratie.

AG!SSONS est un mouvement citoyen qui incite les Suisses à voter en ligne pour de futures initiatives populaires vaudoises. Après avoir déposé 5 premiers projets d’initiatives cet été, AG!SSONS lance une nouvelle vague de consultations populaires. Parmi les propositions, des droits politiques dès l’âge de 16 ans ou faciliter le référendum, relativement difficile à faire aboutir dans le canton. Mais aussi inscrire dans la constitution vaudoise un article stipulant que l'État doit moderniser la démocratie. Steven Tamburini, co-initiateur et porte-parole d’AG!SSONS, se montre confiant :

Steven TamburiniCo-initiateur et porte-parole d’AG!SSONS

Le thème de cette nouvelle campagne est donc la démocratie, qui selon le mouvement devrait être dépoussiérée et modernisée. Parmi les propositions, faciliter le référendum, relativement difficile à mobiliser dans le canton. Mais aussi élargir les droits politiques aux plus de 16 ans et aux résidents étrangers.

Steven TamburiniCo-initiateur et porte-parole d’AG!SSONS

Pour Julie Salumu, citoyenne engagée et porte-parole d’AG!SSONS, octroyer des droits politiques à davantage de personnes parmi la population vaudoise est une évidence.

Julie SalumuCitoyenne engagée et porte-parole d’AG!SSONS

Une initiative annulée par le Conseil d'Etat

AG!SSONS avait ainsi pu déposer l'initiative populaire "Pour des Chambres Citoyennes législatives et représentatives". L’idée, faire participer à l'élaboration de lois 200 personnes tirées au sort. Une manière selon le mouvement AG!SSONS d'améliorer la démocratie "au moment où elle perd de la vitesse". Mais cette initiative a été invalidée par le Conseil d’Etat.

Rodan (Rodent) Bury, coordinateur de l’initiative, reste convaincu qu’il faut développer ce genre de modèle démocratique émergent.

Rodan Bury

Chaque citoyen et citoyenne peut participer à la consultation populaire jusqu’au 18 décembre. Il faut se rendre sur le site d’AG!SSONS et évaluer les 6 propositions. Celles qui auront récolté les meilleures évaluations seront transformées en initiatives populaires. Lancement de la campagne le 8 février.

Continuer la lecture

Lausanne

Près de 80'000 oiseaux recensés sur les lacs de Neuchâtel et Morat

Publié

le

Quelque 6500 fuligules morillons ont été recensés sur les lacs de Neuchâtel et Morat (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN)

Près de 80’000 oiseaux ont été dénombrés au total entre les lacs de Neuchâtel et Morat lors du dernier recensement le 13 novembre dernier. Un chiffre qui se situe dans la moyenne supérieure des dernières années.

Un lac plat, un stratus haut et une très bonne luminosité ont permis aux recenseurs de réaliser un comptage des oiseaux d’eau dans d’excellentes conditions sur les lacs de Neuchâtel et de Morat, écrit mercredi l'association de la Grande Cariçaie.

Globalement, les effectifs ont été au beau fixe. L'association note tout de même quelques faibles totaux pour certaines espèces, le changement climatique favorisant un hivernage plus au nord ou une descente plus tardive. Avec l’automne doux, cette tendance est bien visible pour certaines espèces, telles le canard colvert, le garrot à ½il d’or ou le cygne chanteur.

Au total, 75’376 oiseaux ont été dénombrés sur le lac de Neuchâtel. Le lac de Morat, de son côté, a totalisé 3649 oiseaux. Le secteur situé entre Chevroux (VD) et Estavayer (FR) a été particulièrement peuplé lors de ce comptage, avec près de 25’000 spécimens.

Dans le détail, le fuligule milouin a totalisé 26’080 individus sur les deux lacs, soit presque 10'000 oiseaux de plus que la nette rousse, deuxième espèce la plus abondante avec 16’560 individus. La foulque macroule et le fuligule morillon suivent ensuite avec 11′415 et 6′471 individus, respectivement.

Le prochain comptage international des oiseaux d’eau aura lieu le week-end du 14–15 janvier 2023 (le 14 janvier pour la région des Trois Lacs).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Coup de pouce fiscal refusé pour les bas revenus au Grand Conseil

Publié

le

Les députés ont refusé en matinée une proposition socialiste visant à accorder des déductions fiscales aux bénéficiaires d'un subside pour l'assurance-maladie. (Archives © KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Le Grand Conseil vaudois a poursuivi mercredi ses débats sur le budget 2023 du Canton. Les députés ont refusé en matinée une proposition socialiste visant à accorder des déductions fiscales aux bénéficiaires d'un subside pour l'assurance-maladie.

Mardi, les parlementaires ont voté à l'unanimité l'entrée en matière sur ce budget cantonal, qui table sur un déficit de 227 millions de francs. Ils ont toutefois adressé plusieurs reproches au Conseil d'Etat, avant même de plonger dans l'examen détaillé du budget, notamment la gauche mais aussi l'UDC. De nombreux amendements ont été annoncés.

La première proposition qui a fait l'objet d'un débat concernait la hausse des déductions fiscales pour primes d'assurance-maladie et accident. Cette mesure prévue dans la modification de la loi d'impôts directs cantonaux a été critiquée par l'élu PS Julien Eggenberger, affirmant que cet allègement fiscal "inéquitable" s'adressait surtout aux contribuables les plus aisés, tout en excluant les personnes qui reçoivent un subside d'assurance-maladie.

"Pas de déduction sur ce qui n'est pas payé"

Son amendement visait justement à ce que les bénéficiaires d'un subside, soit environ un tiers de la population, puissent être intégrés à ces déductions. Cette proposition a été vivement combattue à droite, plusieurs élus s'opposant à autoriser une "déduction d'une prestation qui n'a pas été payée".

A gauche, des élus ont âprement tenté de défendre cette déduction. "Pour les petits revenus, les petites économies sont importantes. Cela peut avoir un réel impact sur nos vies", a témoigné la députée Ensembée à Gauche - POP, Joëlle Minacci, elle-même bénéficiaire de subsides. Comme d'autres élus, la Vert'libérale Graziella Schaller a estimé qu'il fallait plutôt "adapter voire augmenter" la déduction pour contribuables modestes.

La conseillère d'Etat en charge des finances, Valérie Dittli, a affirmé que la hausse des déductions fiscales pour primes d'assurance-maladie allait sans doute se chiffrer à 70 millions de francs d'impôts en moins et que l'amendement coûterait encore plus cher. Elle a encouragé l'hémicycle à le refuser. La proposition PS a finalement été rejetée par 70 voix contre 55 et 5 abstentions.

Pas d'aide aux locataires

Un autre amendement a été refusé en matinée, celui du Vert Didier Lohri proposant une aide "ponctuelle et exceptionnelle" aux locataires face aux conséquences de la crise énergétique. "Un petit geste pour les bas revenus", a-t-il dit. En vain. L'amendement a été écarté par 68 non contre 56 oui et 5 abstentions.

Le premier débat sur ce budget 2023 se poursuit cet après-midi. Une dizaine d'amendements ont déjà été annoncés par Hadrien Buclin (EP), visant à offrir des transports publics à prix réduit, à renforcer plusieurs secteurs (accueil de jour des enfants, soins à domicile, etc) et à mieux soutenir les personnes fragilisées face à l'inflation. Les sommes supplémentaires souhaitées par la gauche radicale s'élèvent à près de 100 millions de francs au total.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X