Rejoignez-nous

Lausanne

Déménagement en vue pour deux tribunaux fédéraux

Publié

,

le

Presque centenaire, le Tribunal fédéral doit être mis aux normes antisismiques. Durant les travaux, les cours siègeront en un lieu à déterminer (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Tribunal fédéral va devoir quitter provisoirement son bâtiment lausannois. Celui-ci doit être mis aux normes antisismiques. Désormais à l'étroit à Bellinzone, le Tribunal pénal fédéral devra aussi déplacer une partie de ses activités.

La présidente du Tribunal fédéral, Martha Niquille, a annoncé la nouvelle jeudi lors de la conférence de presse des quatre instances fédérales. Inauguré en 1927, le bâtiment néo-classique ne répond pas aux normes sismiques. Les travaux de mise en conformité sont prévus en 2027-2028. Durant ces deux années, la haute cour devra déplacer ses activités sur un autre site, encore à définir.

Le Tribunal pénal fédéral, qui a vu augmenter les causes portées devant sa Cour d'appel, prévoit aussi de déplacer cette dernière dans un second bâtiment. "Nous sommes confrontés à un problème de place, a expliqué son nouveau président, Alberto Fabbri. Et non à un souci d'indépendance de la Cour d'appel par rapport à la Cour des affaires pénales." Dans l'attente d'une solution définitive, il est prévu de louer des espaces au Tessin ou au Tribunal administratif fédéral, à Saint-Gall.

Volume d'affaires critique

Passant en revue l'année 2021, Martha Niquille a souligné que la situation reste critique pour ce qui concerne le volume des affaires. Ainsi, 7881 nouvelles affaires ont été introduites devant le Tribunal fédéral (contre 8027 en 2020) et 7509 jugées (7866 pour 2020). Au 31 décembre 2021, 3235 affaires restaient pendantes devant la haute cour.

Trois mesures ont été décidées pour faire face, a expliqué la présidente. Le droit fiscal va être transféré de la 2e Cour de droit public à Lausanne à la 2e Cour de droit social à Lucerne. Cette dernière sera renforcée par un cinquième juge. Ces deux mesures permettront de mieux répartir le travail entre les deux sites. Enfin, le tribunal a demandé en décembre au parlement de créer deux postes supplémentaires de juge. En cas d'acceptation, une deuxième cour de droit pénal pourra être créée.

Retour au calme à Bellinzone

Situation similaire au Tribunal pénal fédéral qui demeure chargé également. Les cours des affaires pénales, des plaintes et d'appel ont enregistré 823 nouvelles affaires (903 en 2020) et en ont liquidées 759 (993). A la fin de l'année, 353 cas étaient encore pendants.

Après les troubles et les polémiques de ces dernières années, Alberto Fabbri a poursuivi la mise en oeuvre des recommandations de l'Autorité de surveillance. Dans ce cadre, il a mené des entretiens avec les collaborateurs. "Le calme est revenu", s'est-il félicité devant la presse.

L'aide de l'informatique

De son côté, le Tribunal administratif fédéral a réussi à faire face au volume de travail: avec 5704 nouvelles affaires (6606 en 2020), il en a liquidé 5976 (6503). Le nombre de cas en souffrance est ainsi passé à 5254 contre 5526 un an plus tôt.

Son nouveau président, Vito Valenti, a évoqué les projets informatiques en cours. Notamment l'automatisation de la gestion des arrêts qui permet de les attribuer à des présidents de cour déterminés, selon les spécialisations de ces derniers et leur charge de travail. "Un processus qui ne peut cependant pas être entièrement confié à l'informatique", concède Vito Valenti.

Benjamin des cours de la Confédération, le Tribunal fédéral des brevets fêtera ses dix ans en mai prochain. Il a enregistré 27 nouvelles affaires en 2021 (22 en 2020) et en a liquidé 17. Le tribunal a fait face à une hausse de quelque 40'000 francs de ses charges en raison d'un événement rarissime devant une instance aussi spécialisée: l'octroi de l'assistance judiciaire à un particulier qui estimait que son brevet avait été volé.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Alain Soral arrêté à Lausanne pour des propos présumés antisémites

Publié

le

Le Tribunal fédéral (TF) avait confirmé en avril dernier la condamnation d'Alain Soral en deuxième instance pour discrimination et incitation à la haine en raison de l'orientation sexuelle (archives). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Le polémiste franco-suisse d'extrême droite Alain Soral a été arrêté à son domicile à Lausanne mercredi, a indiqué à Keystone-ATS le Ministère public vaudois, confirmant une information du Blick. L'essayiste a été entendu sur des propos présumés antisémites.

"Le Ministère public confirme avoir ouvert une procédure pénale, sous l'autorité du procureur général, à la suite de la réception, en date du 8 mars 2024, d'une dénonciation de la CICAD pour antisémitisme visant M. Soral, puis d'une demande de délégation de poursuite pénale des autorités françaises relative à des propos tenus par l'intéressé", écrit jeudi le Ministère public dans sa réponse.

"Dans le cadre de l'enquête en cours, M. Soral a été interpellé le mercredi 29 mai et son domicile perquisitionné. Il a ensuite été auditionné par la police en qualité de prévenu, puis libéré. Il est rappelé que M. Soral bénéficie à ce stade de la présomption d’innocence", poursuit l'instance judiciaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Économie

Projet pilote: dix semaines de vacances pour les apprentis maçons

Publié

le

L'apprentissage de maçons change de paradigme dans le canton de Vaud avec dix semaines de vacances et le recours à l'intelligence artificielle pour attirer de nouveaux talents (photo prétexte). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Inquiet de l'érosion du nombre d’apprentis maçon depuis dix ans, le Groupe vaudois des entreprises de maçonnerie et de génie civil lance un projet pilote. Pour répondre aux aspirations de la génération Z, il propose dix semaines de vacances et le recours à l'intelligence artificielle dès la rentrée 2024.

Ces dix dernières années, les maçons vaudois ont vu chuter de 40% le nombre de nouveaux contrats d’apprentissage. De plus, près de la moitié des apprentis ne termine pas leur première année de formation. Dans ce contexte, le nombre de CFC délivrés aux nouveaux employés qualifiés est très nettement insuffisant pour assurer la relève professionnelle, souligne mercredi dans un communiqué le groupe vaudois des entreprises de maçonnerie et génie civil.

Favoriser la transition

Pour réduire le saut entre école et monde professionnel et enfin séduire davantage la génération Z", les maçons vaudois proposent une "révolution, un véritable changement de paradigme", selon les termes du président du groupe Jean-Luc Jaquier: offrir dix semaines de vacances en première année de formation".

Il s’agit, sans toucher à l’ordonnance de formation professionnelle, de se rapprocher de modèles scolaires tel que le gymnase, perçus comme très attractifs par les jeunes. Ce temps libre supplémentaire est aussi important pour les apprentis qui effectuent une maturité professionnelle.

Le nombre de semaines de congé devient dégressif au fil de la formation. Il passe à huit en deuxième année et à six en troisième, a précisé à Keystone-ATS Jean-François Savary, directeur de l'Ecole de la construction qui collabore au projet.

Apprentissage ludique

Autre grand changement, la branche propose d'utiliser l'intelligence artificielle (IA) en complément des cours professionnels. Elle permettra aux apprentis de faire de l'autoformation sur leur smartphone et de consolider leurs bases théoriques.

Sous forme de questions ludiques et didactiques, cette acquisition des compétences leur est imposée pendant une partie de ces vacances supplémentaires. Mais les jeunes pourront s’organiser librement.

En fonction des interactions avec l’utilisateur (de 5 à 15 minutes par jour), les réseaux de neurones de l’IA sont capables de construire un modèle de l’esprit de chaque apprenti, notamment ses niveaux de connaissance, ses besoins et ses capacités cognitives. Un suivi individuel agissant en véritable mentorat, souligne le communiqué.

Enfin, un cours de pratique complémentaire qui va au-delà de l’ordonnance fédérale, répond aux attentes des entreprises (travail en hauteur, permis de nacelle, pose de canalisations, etc.).

Accueil positif

Ce printemps, les chefs d’entreprise et artisans de ce projet ont été à la rencontre des entreprises formatrices de tout le canton pour leur présenter ce changement de paradigme. L’accueil a été dans l’ensemble positif.

Le principe de réalité s’est imposé aux entrepreneurs: une nouvelle formule est nécessaire pour assurer la relève, transmettre la passion du métier et être en mesure de relever les défis qui attendent les entrepreneurs (rénovation énergétique des bâtiments et réalisation des 5000 logements par an attendus pour répondre au dynamisme du canton et sa démographie).

Ce programme est destiné à la volée 2024-2027. Actuellement, une centaine d'apprentis maçons sont en cours de formation sur trois ans. Avec ces mesures, la branche espère en attirer au moins le double, a indiqué M.Savary.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Pas de sanctions contre l'élu lausannois Mountazar Jaffar

Publié

le

Le Parti socialiste vaudois a renoncé à sanctionner le conseiller communal lausannois Mountazar Jaffar pour ses "likes" controversés sur les réseaux sociaux (photo prétexte). (© KEYSTONE/DPA/MONIKA SKOLIMOWSKA)

Le comité directeur du Parti socialiste vaudois (PSV) a entendu mardi soir le conseiller communal lausannois Mountazar Jaffar à la suite de ses "likes" controversés" dans le cadre du conflit israélo-palestinien. Les instances dirigeantes ont décidé que la procédure disciplinaire ouverte contre l'élu faisait office d'avertissement.

Lors du comité directeur, Mountazar Jaffar a pu donner sa version des faits et répondre à différentes questions, a déclaré le président du PSV Romain Pilloud mercredi à Keystone-ATS. "Nous retenons des regrets et des excuses et que ces 'likes' ne reflètent pas sa pensée".

M. Jaffar a déclaré "n'être ni antisémite ni favorable à la destruction d'Israël. Comme le PS, il dénonce les régimes dictatoriaux ou ne respectant pas les droits humains", a rapporté M. Pilloud. "Il s'est engagé à faire plus attention" sur les réseaux sociaux.

Au final, le comité du PSV a considéré le comportement de l'élu lausannois "comme inacceptable, mais pas intentionnel". Ainsi, la procédure disciplinaire "déjà lourde" fait office d'avertissement. L'affaire n'ira pas plus loin. Le parti renonce à blâmer, suspendre ou exclure M. Jaffar.

"Ce n'est pas un blanc-seing. Aucun dérapage ne peut être toléré ni maintenant ni plus tard", a encore ajouté Romain Pilloud. La procédure disciplinaire avait été ouverte mi-mai, à la suite des "likes" du conseiller communal à des contenus hostiles à Israël sur le réseau social X.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

30 lieux de fêtes pour le Festival de la Cité 2024

Publié

le

13 scènes seront à retrouver au coeur de la Cité durant le Festival. La récente, "Les Balcons de la Mercerie", sera de retour cette année avec une nouvelle scénographie. (Archives © KEYSTONE/Cyril Zingaro)

Le Festival de la Cité va à nouveau prendre possession du quartier historique de Lausanne. Une 52e édition, prévue du 2 au 7 juillet prochain et dont la programmation a été dévoilée ce mercredi. 136 projets seront à découvrir, avec pas moins de 33 nationalités représentées.

52e mouture du Festival de la Cité. Sa programmation a été dévoilée ce mercredi matin par l'équipe : près de 140 projets artistiques (dont une quarantaine premières suisses), dans plus de 30 lieux différents. L'occasion, selon la directrice de la Cité, de découvrir le quartier historique différemment, mais pas seulement comme nous le confirme Martine Chalverat :

Cette année, le Festival propose également des projets co-construits avec des institutions ou collectifs locaux. On peut citer une parade avec les Maisons de Quartier et Eben-Hézer, un cinéma open air nomade géré par le Nouveau Cinématographe, ou encore une scène dans les Vergers de l'Hermitage. Cela permettra au Festival d'investir de nouveaux lieux.

Martine Chalverat, directrice du Festival de la Cité :

La découverte, c'est aussi le crédo de la programmation. Par exemple avec le volet musical, où les programmateurs ont garanti que le public pourra découvrir des "futures têtes d'affiches"

Joe Frailich, programmatrice musique du festival :

Une belle place aux artistes suisses

Comme chaque année, le Festival dédie une belle place aux groupes ou projets helvétiques. La musicienne Billie Bird sera notamment présente, accompagnée de plusieurs choristes et de son groupe.

Joe Frailich, programmatrice musique du festival :

Et la Suisse alémanique sera également à l'honneur pour cette édition 2024, avec certains groupes qui franchiront le Röstigraben pour la première fois. On retrouve Joe Frailich :

Du monde en plateau

Autre axe du Festival de la Cité, les arts vivants. Parmis les différents projets présentés, l'équipe du Festival souligne le nombre de ceux mettant en scène un grand nombre de personnes, ce qui tend à devenir plus rare dans ce domaine, comme nous le confirme le programmateur arts vivants de la Cité, Jonas Parson :

La programmation d'arts vivants veut aussi mettre en lumière le cirque contemporain et les frontières poreuses qui délimitent ces domaines artistiques.

Jonas Parson, programmateur arts vivants du Festival :

La programmation du Festival de la Cité 2024 est à retrouver sur le site internet de la manifestation.

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Sagittaire

Des soucis administratifs, officiels voire juridiques à résoudre... Pas vraiment grave mais agaçant. Quoi qu’il en soit, vous serez content après l’avoir fait !

Les Sujets à la Une

X