Rejoignez-nous

Vaud

Le Canton de Vaud clôturera la Fête des Vignerons

Publié

,

le

Frédéric Hohl et Philippe Leuba ont annoncé ce matin que le Canton de Vaud clôturerait la Fête des Vignerons. (Photo : DR)

Le Canton de Vaud à l’honneur de la Fête des Vignerons le 11 août. L’organisation de l’événement a choisi de confier une partie de l’animation de Vevey aux cantons suisses. Vaud a été choisi pour animer la journée de clôture de la Fête.

La responsabilité est à la fois importante et symbolique. Le Canton de Vaud sera en charge du bouquet final de la Fête des Vignerons. L’organisation de l’événement a choisi de confier une partie de l’animation de la ville de Vevey aux cantons suisses. Tous ont répondu présent avec pour objectif de démontrer leur savoir-être et leur savoir-faire. Frédéric Hohl, directeur exécutif de la Fête des Vignerons :

Frédéric Hohl
Directeur exécutif de la Fête des Vignerons
Frédéric HohlDirecteur exécutif de la Fête des Vignerons

Vaud se chargera donc de la journée du 11 août. Pour Frédéric Hohl, il était impensable de mettre en avant un autre canton que celui-ci pour la clôture :

Frédéric Hohl
Directeur exécutif de la Fête des Vignerons
Frédéric HohlDirecteur exécutif de la Fête des Vignerons

Pour l’occasion, le Canton de Vaud a choisi de se présenter sous le thème "jeunesse et innovation" et offrira une série d’animations mêlant traditions et "vitalité urbaine". Au programme, partie officielle, concerts, grande parade et bouquet final, que l’organisation promet fabuleux. Philippe Leuba, conseiller d’Etat en charge de l'économie, de l'innovation et du sport :

Philippe Leuba
Conseiller d’Etat en charge de l'économie, de l'innovation et du sport, VD
Philippe LeubaConseiller d’Etat en charge de l'économie, de l'innovation et du sport, VD

La journée vaudoise privilégiera les groupes, fournisseurs, acteurs et jeunes des villes et des campagnes issus du patrimoine et de l’économie vaudoise.

Le coût de l’organisation de cette journée vaudoise est de 550'000 francs, dont 500'000 francs prévus à l’origine pour les JO Sion 2026 qui ont été réaffectés suite au rejet du projet par les Valaisans. La somme restante provient du Service des affaires culturelles.

Retombées touristiques et économiques

Evénement qui a lieu chaque génération seulement, avec près de 5’500 artistes sur scène et 20'000 spectateurs dans les gradins, la Fête des Vignerons attire tous les regards. L’événement est des plus attendus en Suisse, mais l’étranger l’observe également de près. Des récents articles dans le New York Times et le National Geographic en sont la preuve. Lors de la dernière Fête des Vignerons, près de 600 articles avaient été rédigés dans la presse internationale. Frédéric Hohl, directeur de la Fête des Vignerons 2019 :

Frédéric Hohl
Directeur exécutif de la Fête des Vignerons
Frédéric HohlDirecteur exécutif de la Fête des Vignerons

Montrer la région, c’est le but de l’ensemble des offices du tourisme du canton. La Fête des Vignerons comme « produit d’appel » pour faire connaître la région. C’est l’expression utilisée par le Conseiller d’Etat Philippe Leuba :

Philippe Leuba
Conseiller d’Etat en charge de l'économie, de l'innovation et du sport, VD
Philippe LeubaConseiller d’Etat en charge de l'économie, de l'innovation et du sport, VD

La Fête des Vignerons est aussi envisagée comme une vitrine privilégiée pour la région et ses produits. Avec autant de retombées économiques espérées pour le canton... et le pays.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Vaud: près de 3'400 sinistres annoncés pour l'heure à l'ECA

Publié

le

Quelque 3400 sinistres ont été annoncés pour le moment à l'ECA dans le canton de Vaud suite aux intempéries et à la montée des eaux du lac de Neuchâtel. (Image d'archives - ©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'Etablissement cantonal d'assurance (ECA) a reçu pour l'heure 3361 annonces de sinistres suite aux intempéries survenues depuis mi-juin. Ils concernent tant les dommages aux bâtiments, qu'aux biens mobiliers, caravanes comprises.

Les chiffres finaux pourraient approcher les 4000 à 5000 sinistres. L'ECA confirme que le montant total des coûts devrait approcher 40 millions de francs, a indiqué jeudi Claudia Dormeier Freire, chargée de communication, à Keystone-ATS.

Actuellement, l'ECA a enregistré 140 dossiers pour des dommages consécutifs à la montée des eaux dans des bâtiments (hormis ceux qui relèvent de l’obligation de prise en charge des assureurs privés). Selon ses estimations, quelque 400 immeubles au total devraient avoir été impactés pour des coûts évalués entre 5 et 10 millions.

Près de la moitié des dossiers de sinistres enregistrés (47%) concerne le nord du canton. La commune de Cudrefin réunit à elle seule 8,5% d'entre eux. Tout le matériel de pompage de l'ECA, soit 50 kits, a été distribué.

L'ECA enregistre par ailleurs tous les jours de nouveaux cas de sinistres, à mesure que les clients lui adressent leur déclaration, note la porte-parole.

La décrue des eaux du lac de Neuchâtel se poursuit lentement. A 429,7 mètres, il a quasi retrouvé son niveau normal, a relevé Jean-Christophe Sauterel, directeur prévention et communication à la police cantonale.

Continuer la lecture

Vaud

Bercher - Rueyres: le réseau d'eau à nouveau contaminé

Publié

le

L'entier du réseau d'eau potable Bercher - Rueyre a été à nouveau contaminé (Photo symbolique. © Keystone/CHRISTIAN BEUTLER)

L'entier du réseau d'eau potable Bercher - Rueyres a été à nouveau contaminé. Les habitants de ces deux communes du Gros-de-Vaud doivent bouillir leur eau avant de la consommer, indiquent-elles mercredi sur leur site internet. Le retour à la normale pourrait prendre une semaine.

L'eau doit être brièvement portée à ébullition pour garantir la destruction des éventuels germes pathogènes, précise la commune de Bercher. La population sera régulièrement informée de l'évolution de la situation, ajoute la Municipalité. Celle-ci prévient que cette situation pourrait perdurer jusqu'à sept ou huit jours.

Interrogée par Keystone-ATS, la municipale de Bercher Stéphanie Chevalley a expliqué que des bactéries d'origine fécale et animale avaient été détectées. Les pluies des dernières semaines semblent en être la cause.

Le réseau d'eau de ces deux communes vaudoises avait déjà été contaminé il y a un mois environ. L'alerte à la pollution avait duré du 30 juin au 8 juillet.

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Enfin le couronnement pour Andre de Grasse

Publié

le

Andre De Grasse a dominé les Américains. (© KEYSTONE/AP/Petr David Josek)

Toujours placé mais jamais gagnant avant ces JO, Andre De Grasse a obtenu la consécration à Tokyo en dominant le 200 m. Le Canadien a tenu en échec le trio des Etats-Unis emmené par Kenneth Bednarek.

En 19''62, De Grasse a raboté de 11 centièmes son record personnel et décroché, à 26 ans, le titre derrière lequel il courait depuis cinq ans.

A Rio en 2016, le souriant tatoué avait cueilli deux fois le bronze et une fois l'argent (100m, 200 m et relais). Il a encore été en bronze sur 100 m à Tokyo il y a quelques jours. Même topo aux Mondiaux, avec quatre médailles à ce jour, mais aucune en or.

A Tokyo, le souriant tatoué a fait la différence dans les 30 derniers mètres pour devancer les Américains Kenneth Bednarek (19''68) et Noah Lyles (19''74). Un autre Américain, Erriyon Knighton, 17 ans seulement, finit au pied du podium.

De Grasse succède à Usain Bolt et confirme les grands espoirs placés en lui depuis plusieurs saisons. Une blessure aux ischio-jambiers en 2018, notamment, avait stoppé son ascension. Il s'entraîne depuis cette année-là dans le groupe de Rana Reider en Floride, dont fait aussi partie le hurdler bâlois Jason Joseph.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques - Tokyo 2020

Or ougandais sur 3000 m steeple avec Peruth Chemutai

Publié

le

Peruth Chemutai s'est envolée dans le dernier tour. (© KEYSTONE/AP/Morry Gash)

Peruth Chemutai, 22 ans, a remporté un titre olympique surprise pour l'Ouganda sur 3000 m steeple. La jeune femme à la technique un peu fruste sur l'obstacle a été irrésistible sur le dernier tour.

Chemutai, vice-championne du monde juniors mais jamais médaillée avant Tokyo dans une compétition majeure, s'est imposée en 9'01''45, devant l'Américaine Courtney Frerichs (9'04''79), qui a longtemps mené, et la Kényane Hyvin Kiyeng (9'05''39).

Le Kenya n'a toujours pas décroché de médaille d'or en athlétisme à Tokyo, après 5 journées et demie de compétitions.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Les rives d'Yverdon-les-Bains récupèrent peu à peu

Publié

le

Des ouvriers réparent les margelles de la plage d'Yverdon-les-Bains. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La remise en état des rives se poursuit à Yverdon-les-Bains (VD). Les opérations de pompage sont terminées, le bois mort a été en grande partie ramassé, place aux travaux de réfection des berges et de sécurisation des arbres. En attendant la réouverture de la plage.

A la plage, des employés de la ville s'affairent à remettre en place les margelles qui bordent le lac: "Il en manque une. On ne l'a pas retrouvée", montrent-ils. Après la montée des eaux, la bise s'est levée et a formé des vagues qui ont tout emporté.

Sur le chemin qui longe le camping, une allée de peupliers ourle le lac. Un peu partout, les enrochements se sont affaissés. Une grosse pierre a glissé d'un demi-mètre. "Elle fait une tonne facilement. Cela montre bien la force des vagues et du vent qui a soufflé durant plusieurs jours", explique Antoine Sauser, adjoint au chef du Service des travaux et environnement.

Au rythme du reflux

Les travaux de remise en état des berges ont bien avancé, au rythme du reflux des eaux. Il y a un peu plus de deux semaines, toute la zone qui borde le lac était inondée. "On voyait des poissons nager sur le parking de la plage", se souvient Brenda Tuosto, municipale de la mobilité, des travaux et de l'environnement.

Les eaux se sont retirées. Il reste un terrain détrempé et ça et là des poches d'eau plus ou moins imposantes. La principale préoccupation est désormais le risque de chutes d'arbres. Une dizaine sont sous haute surveillance: plusieurs arbres centenaires tels que des saules, des peupliers, plusieurs pins noirs et des pins maritimes.

Tests de traction

Pour évaluer leur résistance, des tests de traction ont été menés. "C'est une technique beaucoup pratiquée en Allemagne, plus rare en Suisse", explique M. Sauser. Un camion tire un câble attaché à l'arbre, afin de simuler un fort coup de bise. Des instruments de mesure calculent si le tronc fléchit et si la motte racinaire bouge.

Au besoin, des zones autour des arbres fragilisés seront interdites d'accès, le temps que le végétal retrouve sa stabilité. L'objectif est d'éviter le plus possible de devoir abattre des arbres. "Nous voulons préserver notre patrimoine arboricole", explique Mme Tuosto.

Touche du bois

Près du lac, un pin noir plonge ses racines dans le sable. "Il n'y a qu'environ 10 cm de terre végétale, le reste est un sol limoneux. Si un tel sol est chargé en eau, l'arbre peut perdre sa stabilité", explique Antoine Sauser. "Pour l'heure, on touche du bois. Pas un n'est tombé".

La zone de la plage est pour l'heure interdite aux promeneurs comme aux baigneurs, et ceci jusqu'au lundi 9 août au moins. Quelques mares se sont formées, qui dissimulent des trous. Brenda Tuosto en a fait l'expérience, récoltant de l'eau dans ses bottes.

Retour du public

Une quinzaine de personnes s'activent actuellement sur les berges; elles étaient plus d'une trentaine la semaine dernière. Il s'agit désormais de rendre au public les espaces immergés.

Dans la zone des scouts, en direction de Grandson, la zone de pique-nique baigne dans une eau stagnante et nauséabonde. Une dizaine de tranchées sont en train d'être creusées pour évacuer l'eau directement dans le lac. Un drain naturel, qui restera permanent. "C'est un peu le système D", glisse M. Sauser.

Le bilan final et l'estimation des coûts restent à faire. Il faudra réfléchir aux failles dans le système de gestion des eaux usées et des eaux claires. "Au plus fort de la crise, nous n’arrivions pas à traiter toutes nos eaux usées au vu de la forte présence d’eaux parasites", précise M. Sauser.

Des mesures correctrices seront apportées. De l'autre côté de la ville, la renaturation de la Thièle a prouvé son efficacité. Il convient désormais d'évaluer si de tels travaux ne seraient pas judicieux pour le canal occidental ou au Buron. "Car ces événements ne sont plus si exceptionnels que ça", note M. Sauser.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X