Rejoignez-nous

Vaud

Le Tram Lausanne-Renens avance, la forêt du Flon sauvée

Publié

,

le

“Une décision historique pour les Axes forts”. Après de longues années de procédures, le tram Lausanne-Renens pourra enfin voir le jour. Le Tribunal administratif fédéral a rejeté mercredi les deux recours déposés contre sa construction. Une décision qui valide ainsi la globalité du permis de construire du futur tramway.

Au coeur de cette décision : l’avenir de la forêt du Flon. Le jugement du TAF autorise la construction de la rampe Vigie-Gonin, qui vise à dévier le trafic de la rue de Genève pour laisser la place au tram, et qui devait, surtout, sonner le glas de cette forêt urbaine du Flon. Mais il n’en sera rien. Les autorités ont décidé d’abandonner la rampe et de préserver l’espace boisé. Défenseur historique de la forêt, Guillaume “Toto” Morand se dit satisfait et ne déposera pas de nouveau recours :

Entrepreneur et défenseur de la forêt du Flon

Canton de Vaud et Ville de Lausanne ont donc décidé de laisser tomber cette rampe Vigie-Gonin. Imaginée il y a une dizaine d’années, la première variante pour faire arriver le Tram au Flon n’est plus d’actualité. “Elle est d’un autre temps et il y a d’autres alternatives” selon la Présidente du Conseil d’Etat, Nuria Gorrite :

Nuria GorritePrésidente, Conseil d'Etat VD

Il va donc falloir trouver une alternative à la rampe Vigie-Gonin, pour garantir l’accessibilité multimodale de l’agglomération et de la ville de Lausanne. Entamées en décembre dernier, des discussions sont en cours entre autorités et milieux économiques et commerçants lausannois. Ces derniers sont représentés par Patrick Eperon, responsable politique mobilité à la Fédération patronale vaudoise :

Patrick EperonResp. politique mobilité, Fédération patronale vaudoise

En parallèle à ces discussions, les travaux du Tramway vont pouvoir débuter. Le premier coup de pioche pourrait être donné cet été déjà. Les travaux préparatoires vont en tout cas débuter dès demain. Nuria Gorrite, Présidente du Conseil d’Etat vaudois :

Nuria GorritePrésidente, Conseil d'Etat VD

Les travaux du Tram Lausanne-Renens devraient durer au minimum 4 ans et demi.

Notez encore que la Ville de Lausanne renonce à construire “la Maison du livre et du patrimoine” au Flon, prévue initialement sous la rampe Vigie-Gonin.

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Pétition pour que l'UNIL retire le doctorat honorifique à Mussolini

Publié

le

Le doctorat honoris causa a été décerné au Duce par l'UNIL en 1937 "pour avoir conçu et réalisé dans sa patrie une organisation sociale qui a enrichi la science sociologique et qui laissera dans l'histoire une trace profonde". (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Une pétition en ligne a été lancée lundi pour que l'Université de Lausanne (UNIL) révoque le doctorat honoris causa octroyé en 1937 au dirigeant fasciste italien Benito Mussolini. Elle demande aussi de "rendre honneur" au professeur Jean Wintsch, qui s'était opposé à cette décoration à l'époque.

"A l'époque des faits, le régime fasciste a 15 ans d'existence et est marqué par la destruction de la démocratie représentative, la répression des oppositions politiques, la violence coloniale en Ethiopie et la violence politique généralisée", rappelle dans un communiqué le Comité pour la révocation du doctorat honoris causa à Mussolini, nouvellement créé. "Ce ne sont là que quelques-unes des nombreuses manifestations du fascisme."

Les pétitionnaires soulignent qu'il ne s'agit pas "d'effacer une décision de l'UNIL", mais plutôt de la "réétudier". "De saisir le contexte politique qui l'a rendue possible, d'appréhender ce qui nous précède afin de mieux comprendre d'où nous venons et surtout, de saisir dans quelle société nous évoluons aujourd'hui et quelles sont les valeurs que nous partageons." L'université est exhortée à entreprendre un travail de mémoire et à le rendre public.

A l'époque, le titre honorifique avait été décerné au Duce "pour avoir conçu et réalisé dans sa patrie une organisation sociale qui a enrichi la science sociologique et qui laissera dans l'histoire une trace profonde". Mussolini a passé près de deux ans en Suisse au tout début du 20e siècle et il a fréquenté pendant quelques mois la Faculté des sciences sociales et politiques de l'UNIL.

Doctorat "horroris causa"

"Le but, c'est de remettre cette question au centre du débat démocratique", a déclaré à Keystone-ATS Joaquim Manzoni, l'un des artisans de la pétition et par ailleurs membre du comité de la section lausannoise du Parti ouvrier populaire (POP). Pour ce petit-fils d'un immigré italien qui a fui son pays en 1944 "avec une valise en carton", l'attribution de ce doctorat qu'il qualifie d'"horroris causa" était un acte de propagande.

Joaquim Manzoni a indiqué que la pétition allait être remise à l'UNIL "le plus rapidement possible". Il n'a pas formulé d'objectifs quant au nombre de signatures espérées. Lundi en fin d'après-midi, une septantaine de paraphes avaient été récoltés.

Le Comité pour la révocation du doctorat honoris causa à Mussolini regroupe une quinzaine de personnes, dont des membres d'associations antifascistes et des politiciens. La députée au Grand Conseil vaudois Elodie Lopez en fait partie. L'élue de la gauche radicale a déposé en mars un postulat allant dans le même sens que la pétition.

"Malaise" reconnu par l'UNIL

Interrogé fin février sur le sujet dans l'émission Forum de la RTS, le nouveau recteur de l'UNIL Frédéric Herman avait reconnu que ce titre créait "un malaise" et était "regrettable". Le recteur avait estimé qu'un retrait de la distinction à titre posthume serait compliqué. L'UNIL a créé un groupe d'experts internes qui examine la question et devrait terminer son travail ce printemps. Le but est d'avoir une position institutionnelle claire, selon M. Herman.

https://revoca-laurea-mussolini.ch/fr/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Campagne lancée contre les mégots qui polluent le Léman

Publié

le

Les mégots de cigarettes constituent les déchets les plus retrouvés au bord du Léman . (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Encore trop de mégots sont jetés au bord du Léman. Pour la deuxième année de suite, une campagne est lancée afin de sensibiliser les fumeurs.

"La fréquentation estivale des plages exerce une forte pression sur le lac et ses rives", expliquent lundi dans un communiqué conjoint la Commission internationale pour la protection des eaux du Léman (CIPEL) et la Summit Foundation et l'Association pour la sauvegarde du Léman (ASL), à l'origine de l'action. Les restes de cigarettes constituent les déchets les plus souvent retrouvés lors d'opérations de ramassage.

Des panneaux pour sensibiliser à l'impact des mégots sur la qualité des eaux du Léman seront installés par les communes vaudoises, genevoises, valaisannes et françaises ayant rejoint l'initiative, grâce à un financement de la CIPEL. Elles sont au nombre de trente-sept, soit seize de plus qu'en 2021.

Cette année, des actions plus opérationnelles sur le terrain viennent compléter la campagne avec l'organisation de journées de nettoyage au bord du lac, des jeux ou encore la distribution d'Ecobox, des cendriers de poche en fer blanc recyclé, fabriqués en Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Faut-il s'inquiéter de l'arrivée de la variole du singe ?

Publié

le

Malgré la découverte ce week-end d'un premier cas de variole du singe en Suisse, le médecin cantonal Karim Boubaker se veut rassurant. (Archives © KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Après la découverte ce week-end d'un premier cas de variole du singe sur sol suisse, faut-il s'inquiéter ? Entretien avec le médecin cantonal vaudois.

Le canton de Berne a détecté le premier cas helvétique de variole du singe. Il a été décelé sur un habitant du canton, exposé à ce virus à l'étranger. Il est suivi en ambulatoire et se trouve en isolement à son domicile. Tous ses contacts ont pu être informés.

Une maladie cousine de la variole, mais jugée moins dangereuse, et modérément transmissible à l’être humain selon l’OFPS. Le médecin cantonal vaudois, Karim Boubaker, ne semble d’ailleurs pas inquiet à ce stade :

Karim BoubakerMédecin cantonal vaudois

L’OFSP recommande aux personnes revenant d’un voyage dans une zone à risque, telle que l’Afrique de l’Ouest et centrale, de surveiller leur état de santé et consulter un médecin en cas de symptômes. Quels sont, justement, les symptômes ? On retrouve Karim Boubaker :

Karim BoubakerMédecin cantonal vaudois

Traçage et transmission

On le disait, selon l'OFSP, cette variole du singe serait moins dangereuse qu'une variole "classique", et moins transmissible que d'autres maladies, tel le Covid.

Karim BoubakerMédecin cantonal vaudois

Le traçage des contacts a été souvent mis en avant durant la pandémie de Covid. La réactivation de cet outil dans le canton de Berne ne doit cependant pas inquiéter. Karim Boubaker, médecin cantonal vaudois :

Karim BoubakerMédecin cantonal vaudois

La communauté scientifique juge possible que la transmission augmente en cas de contact sexuel avec une personne infectée. Les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes semblent présenter un risque supplémentaire d’infection.
A noter encore que, face à la multiplication des cas de variole du singe en Europe, dont un confirmé en Suisse, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) examine la possibilité de se procurer un vaccin.

Karim BoubakerMédecin cantonal vaudois

Il n'y a pour l'instant pas lieu de s'inquiéter, a indiqué la vice-directrice de l'OFSP. Il n'existe pas de vaccin spécifique contre la variole du singe, mais les vaccins antivarioliques de première et deuxième génération sont efficaces contre la maladie, selon elle.

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Football

Lausanne-Sport: Ludovic Magnin à la barre

Publié

le

Ludovic Magnin heureux de revenir en Suisse (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Ludovic Magnin (43 ans) est de retour en Suisse. Le Vaudois a été nommé entraîneur du Lausanne-Sport, fraîchement relégué en Challenge League.

Ancien international (62 sélections, 3 buts), Magnin a dirigé le FC Zurich de 2018 à 2020, remportant la Coupe de Suisse en 2018. Limogé après trois journées en 2020/21, il a ensuite été depuis janvier 2022 en Autriche où il a réussi à sauver Altach de la relégation, une mission qui était loin d'être évidente.

Volonté de fer

Sa mission au LS sera de ramener le club en Super League. Ses qualités reconnues de meneur d'hommes seront sans doute très utiles au club de la Tuilière. Magnin dispose aussi d’une connaissance pointue du football suisse, allant de la formation au domaine professionnel. Il est également connu pour avoir un mental d’acier et une volonté de fer.

"Je suis extrêmement heureux de rejoindre le LS et une mission à laquelle je crois fermement. Je remercie Leen Heemskerk qui a trouvé les solutions pour que je vienne ici. Le LS est le club de mon enfance, mon club de coeur. J'ai toujours rêvé d'y jouer, mais je n'ai jamais pu le faire. C'est une cicatrice pour moi. Donc revenir à Lausanne aujourd'hui en tant qu'entraîneur, c'est une fierté et une très grande source de motivation", a déclaré Ludovic Magnin.

Deux promus en tout cas

En raison de l'augmentation du nombre d'équipes dans l'élite dès la saison 2023/24, les deux premiers de Challenge League seront promus au terme du prochain exercice. Le troisième aura aussi sa chance dans un barrage promotion-relégation contre le 10e de Super League.

Ludovic Magnin a derrière lui une belle carrière de joueur. L'ancien latéral gauche a notamment évolué de 2001 à 2009 en Allemagne. Il a gagné deux titres de champion en 2004 avec Werder Brême et 2007 avec le VfB Stuttgart.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Orbe: un gardien et un détenu suspectés de trafic de drogue

Publié

le

Deux personnes, un gardien et un détenu, ont été interpellées lundi matin aux Etablissements pénitentiaires de la plaine de l'Orbe pour des soupçons de trafic de drogue et de téléphones portables (photo d'illustration). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN)

Un gardien et un détenu ont été arrêtés par la police lundi matin aux Etablissements pénitentiaires de la plaine de l'Orbe (VD). Ils sont soupçonnés d'avoir mené un trafic de stupéfiants et de matériel téléphonique.

Ces deux personnes auraient fait entrer dans la prison des téléphones mobiles et des stupéfiants pour les revendre à d'autres prisonniers, annonce la police cantonale vaudoise. Contactée par Keystone-ATS, elle explique ne pas pouvoir encore donner davantage de détails sur la nature de ce trafic, notamment sur la quantité de produits introduits.

Les perquisitions ont eu lieu lundi matin. L'agent de détention et le détenu ont été interpellés "simultanément", avant d'être entendus par la police et la procureure du Ministère public, qui a ouvert une instruction pénale.

Les investigations sont menées sous la direction du Ministère public par les enquêteurs de la Région judiciaire Nord avec la permanence de la Police de sûreté et la brigade canine en collaboration avec le Service pénitentiaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Cancer

Votre vitalité fonctionne au ralenti depuis votre réveil. Vous seriez bien resté en week-end ! Ne faites rien de compliqué aujourd’hui !

Les Sujets à la Une

X