Rejoignez-nous

Vaud

Gymnases, climat, S3: la commission de gestion fait son rapport

Publié

,

le

La Commission de gestion du Grand Conseil a rendu son rapport 2018 sur les activités du Conseil d'Etat. (Photo: DR)

La Commission de gestion du Grand Conseil a rendu son rapport annuel. Chaque département est passé au peigne fin par les députés vaudois pour développer des pistes d'amélioration. Gymnase, plan climat et affaire S3 font partie des points de préoccupation pour l'année 2018.

Elles sont au nombre de 28. Vingt-huit observations formulées par la Commission de gestion du Grand Conseil vaudois à l'intention du Conseil d'Etat "pour améliorer son action et les prestations à la population". Travailler en commun, communiquer davantage pour améliorer l’action de l’Etat, c’est le message général qui se dégage du rapport de la Commission de gestion. Construire des gymnases, octroyer des ressources pour le plan climat et les enseignements du prêt à la start-up S3 font partie des points soulignés pour l'année 2018.

Les enseignements de l'affaire S3

Aucune faute, mais un traitement léger dû, en partie, à l'absence de cadre légal. C’est en substance la manière dont la Commission de gestion du Grand Conseil vaudois qualifie dans son rapport la gestion du Conseil d’Etat dans le dossier S3. Pour rappel, cette entreprise, basée à Payerne, voulait lancer des minisatellites et organiser des vols en apesanteur, avant de faire faillite en décembre 2016. En 2015, le Conseil d’Etat lui avait octroyé un prêt de 500'000 francs, par le biais du Fonds cantonal de lutte contre le chômage. Il n'était alors pas question de faillite de S3. Il s’agissait uniquement de lui permettre de faire face à un manque de trésorerie pour payer les employés. La commission de gestion l’assure, cet argent a bien servi à payer les employés en question. Mais l’affaire a révélé une absence de cadre légal. Denis Rubattel, vice-président de la Commission de gestion :

Denis Rubattel
Député et vice-président de la Commission de gestion
Denis Rubattel Député et vice-président de la Commission de gestion

La Commission de gestion souligne le caractère succinct de la documentation fournie à l’époque par l’entreprise qui demandait une aide, tout en rappelant un contexte particulier et urgent. Denis Rubattel :

Denis Rubattel
Député et vice-président de la Commission de gestion
Denis Rubattel Député et vice-président de la Commission de gestion

Comme annoncé dans un communiqué en septembre 2018, le Conseil d’Etat a depuis révisé la procédure et les conditions d’octroi liées à l’utilisation du Fonds cantonal de lutte contre le chômage. On écoute l’appréciation de Denis Rubattel sur ces mesures :

Denis Rubattel
Député et vice-président de la Commission de gestion
Denis Rubattel Député et vice-président de la Commission de gestion

Parmi les recommandations de la Commission de gestion : informer les commissions des finances et de gestion lors d’octrois de ce fonds, le demandeur devra fournir l’ensemble des subventions, aides et crédits reçus ou refusés et une meilleure transversalité entre les services de l’Etat.

Construction des gymnases

La commission de gestion du Grand Conseil s’inquiète des retards pris dans la construction de nouveaux gymnases. Dans son rapport annuel, elle souligne le nombre grandissant de jeunes qui empruntent cette voie. A l’issue de l’école obligatoire, quatre adolescents sur dix choisissent ce chemin. Alors que le Gymnase d’Echallens notamment aurait dû donner un peu de latitude, son ouverture pour la rentrée 2021 semble compromise. Le terrain n’est toujours pas acquis malgré l’approbation du Grand Conseil en 2018, rappelle le rapport. Et les 12 gymnases actuels ne suffiront pas, selon Nathalie Jaccard, rapportrice de la sous-commission chargée d’étudier le DFJC :

Nathalie Jaccard
Députée et rapportrice de la sous-commission
Nathalie Jaccard Députée et rapportrice de la sous-commission

Cette problématique a aussi marqué la sous-commission en charge du Département des finances et des relations extérieures. Arnaud Bouverat en est le rapporteur :

Arnaud Bouverat
Député et rapporteur de la sous-commission
Arnaud Bouverat Député et rapporteur de la sous-commission

Des moyens supplémentaires pour le plan climat

Le manque de moyen humain pour le plan climat est également un sujet de préoccupation de la Commission de gestion du Grand Conseil vaudois. Dans son rapport annuel rendu public, elle salue la tenue des assises du climat et du plan cantonal qui doit en découler. Cependant, elle s’inquiète du manque de ressources humaines dévolues à cette tâche. Yvan Luccarini, rapporteur de la sous-commission en charge d’étudier le Département du territoire et de l’environnement :

Yvan Luccarini
Député et rapporteur de la sous-commission
Yvan Luccarini Député et rapporteur de la sous-commission

L’une des 28 observations de la Commission de gestion demande donc au Conseil d’Etat de la renseigner sur les mesures qu'il entend prendre pour finaliser et mettre en oeuvre rapidement le plan climat vaudois. Pour Yvan Luccarini, il est important d’agir dans les meilleurs délais :

Yvan Luccarini
Député et rapporteur de la sous-commission
Yvan Luccarini Député et rapporteur de la sous-commission

Le Conseil d’Etat a jusqu’à la fin du mois de mai pour répondre aux observations de la Commission de gestion. Celle-ci a par ailleurs souligné à de nombreuses reprises l’importance pour les différents départements cantonaux de communiquer davantage entre eux.

Rapport de la Commission de gestion 2017: "Il faut davantage de moyens pour le Service pénitentiaire"

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Totalement rénovée, l'Abbatiale de Payerne rouvre ses portes

Publié

le

L'Abbatiale de Payerne était fermée depuis une dizaine d'années. (©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)
Après 13 ans de travaux, l’Abbatiale de Payerne rouvre ses portes au public. Lancé en 2007, le programme de sauvegarde et de conservation a permis en premier lieu de consolider le bâtiment millénaire, qui menaçait de s’effondrer.

Par la suite, c’est tout l’édifice qui a subi une intervention, alors que les espaces extérieurs et alentours de l’Abbatiale ont été totalement réaménagés. Au total, ce sont plus de 1’000 ouvriers qui se sont relayés dans et autour du site pendant une dizaine d’années. Coût total du chantier : 20 millions de francs, dont 8 à la charge de la Ville de Payerne. Canton de Vaud et Confédération ont également mis la main à la poche, de même que des associations et des privés.

Aujourd’hui, ce monument historique est comme neuf, ou presque.

Ecoutez l’ancienne Syndic de Payerne, aujourd’hui Conseillère d’Etat vaudoise, Christelle Luisier :

Christelle Luisier
Conseillère d'Etat vaudoise
Christelle Luisier Conseillère d'Etat vaudoise

Dès samedi 11 juillet, le public pourra à nouveau venir visiter l’Abbatiale de Payerne. Un tout nouveau parcours de découverte permettra d’emmener les curieux dans l’histoire et les secrets de cet édifice millénaire.

Anne-Gaëlle Villet, directrice et conservatrice du Site :

Anne-Gaëlle Villet
Directrice-conservatrice du Site de l'Abbatiale de Payerne
Anne-Gaëlle Villet Directrice-conservatrice du Site de l'Abbatiale de Payerne

Le monument historique est donc prêt à rouvrir ses portes. Il doit permettre de replacer Payerne sur la carte des lieux touristiques incontournables de Suisse.

Pascal Broulis, Conseiller d’Etat vaudois en charge du patrimoine bâti et des sites archéologiques :

Pascal Broulis
Conseiller d'Etat vaudois
Pascal Broulis Conseiller d'Etat vaudois

Notez que l’Abbatiale de Payerne devait initialement rouvrir ses portes ce printemps. Mais l’ouverture a été repoussée, crise sanitaire oblige.

©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

 

©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

 

©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

Continuer la lecture

Lausanne

Donato Mottini nommé président de Beaulieu SA

Publié

le

La Municipalité de Lausanne a nommé le conseil d'administration de la nouvelle société anonyme de Beaulieu. (Image d'archive - ©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
La municipalité de Lausanne a nommé le conseil d'administration de la nouvelle société anonyme de Beaulieu. La première séance a eu lieu vendredi dernier et Donato Mottini a été désigné président de la SA.

M. Mottini est le fondateur et directeur de la société informatique Mémoire Vive. Il est "au bénéfice d'une longue expérience dans la gestion d'entreprise et d'une très bonne connaissance du tissu économique et social lausannois", écrit mercredi la Ville de Lausanne dans un communiqué.

La vice-présidence est assurée par Grégoire Junod, le syndic de la capitale vaudoise. En tout, le conseil d'administration compte neuf membres. Ceux-ci disposent "de compétences professionnelles en rapport avec les activités de Beaulieu, notamment dans les domaines de l'économie, des finances, du développement immobilier, du droit, du tourisme, de l'innovation et de la formation", poursuit le communiqué.

Pour mémoire, Beaulieu sort d'une période chaotique qui a coûté plusieurs dizaines de millions de francs aux collectivités publiques. Pour sauver le site, une nouvelle stratégie a été mise en place avec notamment la transformation en société anonyme. La Ville de Lausanne en est l'unique actionnaire, le canton de Vaud ayant renoncé à copiloter le site.

Parallèlement, plusieurs travaux ont été entrepris pour redynamiser Beaulieu. La Haute Ecole de santé de La Source s'y est installée en 2018. D'autres chantiers sont en cours, notamment pour le nouveau siège du Tribunal arbitral du sport (TAS) et la rénovation Théâtre de Beaulieu.

Continuer la lecture

Lausanne

Les travaux du tram Lausanne-Renens débuteront cet automne

Publié

le

Après des années de blocage, le projet de tramway Lausanne-Renens et de Bus à haut niveau de service (BHNS) peut enfin entrer dans leur phase concrète, avec l'entrée en force définitive et complète du permis de construire. (©Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
Après des années de blocage devant les tribunaux, la construction du tramway entre Lausanne et Renens devient réalité. Des travaux préparatoires vont débuter cet automne à Renens et à Crissier pour la mise en double sens de l'avenue du 14 Avril. En parallèle, des études pour trouver des solutions alternatives à la controversée rampe routière Vigie-Gonin sont en cours.

La longue procédure juridique du projet du tram Lausanne-Renens avait trouvé son épilogue à fin février dernier. Si le Tribunal administratif fédéral (TAF) avait rejeté deux recours contre la liaison routière Vigie-Gonin et donné son feu vert au défrichement de la forêt du Flon, le gouvernement vaudois avait décidé le même jour de ne pas concrétiser son plan initial, abandonnant ainsi cette rampe et, surtout, préservant la forêt du Flon.

Symbole de la lutte pour la sauvegarde de cette forêt, Guillaume Morand, dit Toto Morand, s'était alors engagé à ne pas recourir contre l'arrêt du TAF, satisfait de la décision de l'Etat de Vaud. Après des années de blocage, le projet de tramway et de Bus à haut niveau de service (BHNS) pouvait donc enfin entrer dans leur phase concrète, avec l'entrée en force définitive et complète du permis de construire.

Quatre à cinq ans de travaux

Les Transports publics de la région lausannoise (tl), le canton et les communes s'engagent côte à côte pour démarrer le chantier le plus rapidement possible, a écrit mardi le Conseil d'Etat dans un communiqué. Dès cet automne, un premier chantier va démarrer dans le secteur de l'avenue du 14 Avril à Renens et de la rue du Jura à Crissier, précise-t-il.

"Ces travaux vont permettre de mettre le trafic routier en double sens sur cet axe pour assurer dans le futur, au tramway et aux bus, une utilisation dédiée au niveau de la Place côté nord de la gare de Renens". Cette première phase de travaux, dite "préparatoire", sera suivie à l'été 2021 par le lancement du chantier du tramway en tant que tel sur le reste du tracé, indique le canton. Il devrait durer environ quatre ans et demi.

En parallèle, les études et les discussions avec les partenaires - milieux économiques et commerçants lausannois - pour identifier des alternatives à l'infrastructure de la rampe Vigie-Gonin au centre-ville se poursuivent, ajoute le gouvernement vaudois.

Le Conseil fédéral a en outre décidé le 19 juin dernier de modifier la concession du tramway Lausanne-Renens pour permettre le prolongement de la ligne jusqu’à Villars-Ste-Croix, annonce l'Etat de Vaud. Celui-ci salue une "heureuse perspective"pour le tramway, "acteur majeur de la mobilité de demain dans le contexte dynamique et en plein essor de la ceinture ouest de la capitale vaudoise".

Continuer la lecture

Vaud

Un nouveau gymnase à Bussigny et des classes provisoires à Etoy

Publié

le

Une partie des bâtiments et des installations sportives de l'école privée GEMS World Academy Switzerland, à Etoy, accueillera des classes gymnasiales dès la prochaine rentrée scolaire. (Image d'archive - ©Keystone/SALVATORE DI NOLFI)
Pour faire face à la croissance démographique et l'attractivité de la filière gymnasiale, le canton de Vaud va ouvrir deux sites de gymnase, l'un temporaire à Etoy pour la prochaine rentrée scolaire et l'autre, nouveau, à Bussigny, pour la rentrée 2021. Ils pourront accueillir ensemble quelque 1000 élèves.

"La croissance démographique du canton alliée aux choix d'orientation des jeunes au sortir de l'école obligatoire ont entraîné une augmentation du nombre d'élèves dans les gymnases vaudois de près de 24% (+2450) depuis 2012", a expliqué mardi le gouvernement vaudois dans un communiqué. La situation de pénurie qui prévalait avant la crise actuelle se trouve aggravée par les effets des mesures prises contre le coronavirus, affirme-t-il.

Dans l'attente des constructions en cours à Burier (+19 classes) et Payerne (+19 classes) notamment, la location des locaux déjà équipés s'est imposée comme la solution la plus rapide à mettre en œuvre, écrit le canton. Deux occasions se sont présentées: l'une sur la commune d'Etoy, à la suite de la fermeture de l'Ecole privée GEMS, et l'autre sur la commune de Bussigny, nécessitant le réaménagement d'une partie des locaux du centre administratif "Business Village".

Etoy rattaché à Nyon

Les services compétents étudient actuellement les adaptations nécessaires pour que la partie est du bâtiment d'Etoy puisse accueillir, dès la rentrée d'août 2020, entre dix et douze classes et leurs salles spéciales pour environ 250 élèves. Celles-ci seront rattachées au Gymnase cantonal de Nyon et supervisées par celui-ci pour l'année scolaire 2020-2021.

Pour cette période de transition, le loyer et les coûts d'exploitation font l'objet d'une demande de crédit supplémentaire de 2,8 millions de francs au budget 2020, sans compter l'engagement du personnel enseignant et administratif estimé à environ 20 postes équivalent temps plein.

Bussigny: près de 14 millions de francs

Sur le site "Business Village" en pleine restructuration, l'Etat de Vaud établira le nouveau Gymnase cantonal de Bussigny. Avec le soutien de la commune de Bussigny, associée au projet, il louera une surface d’environ 9000 m2 pour une durée de dix ans au moins et financera une partie des travaux d'aménagement du propriétaire.

Le Conseil d'Etat sollicite pour ce faire un crédit d'ouvrage de 13,95 millions de francs auprès du Grand Conseil. Pour la rentrée d'août 2021, ce nouveau gymnase pourra accueillir jusqu'à 800 élèves, répartis entre 30 salles de classe, treize salles de sciences et douze autres salles spéciales.

Avant la mise en fonction de la ligne de tram entre Renens et Villars-St-Croix, le site du gymnase sera relié par les lignes de transports publics urbains 17 à Renens-Gare et 91 à Bussigny-Gare. Un renfort de ces lignes de bus et un décalage des horaires de cours sont prévus pour assurer une bonne desserte qui profitera aussi à la population.

En parallèle, le canton de Vaud poursuit ses travaux pour implanter de nouveaux gymnases cantonaux à Aigle et Echallens, rappelle-t-il.

Continuer la lecture

Vaud

Morges accueille la biopharma Incyte

Publié

le

Le Syndic de Morges Vincent Jaques se réjouit de l'arrivée d'Incyte dans sa commune. (ARCHIVES - ©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)
Morges accueille Incyte sur son sol. La société biopharmaceutique a inauguré lundi soir son nouveau siège européen à la Rue Docteur-Yersin.

Ce nouveau site est appelé Campus Léman. Il est situé dans l'ancien bâtiment de Pasta Gala, l'ex-usine à pâtes de Coop fermée en 2014. Le groupe américain accueillera plus de 150 employés dans ses nouveaux locaux. Ces collaborateurs d’Incyte seront notamment chargés de la réglementation, du développement clinique ainsi que des opérations commerciales et techniques.

L’implantation de la biopharma sur les bords du Léman a notamment été soutenue par les autorités vaudoises et le service de développement économique du canton.

La Ville de Morges y a aussi contribué. Ecoutez la satisfaction du Syndic, Vincent Jaques :

Vincent Jaques
Syndic de Morges
Vincent Jaques Syndic de Morges

La Ville de Morges salue donc l’arrivée d’Incyte sur son sol. Même si accueillir des multinationales n’est pas son objectif numéro 1.

Vincent Jaques, Syndic de Morges :

Vincent Jaques
Syndic de Morges
Vincent Jaques Syndic de Morges

Notez qu’Incyte a déjà investi 100 millions fin 2017 pour installer son nouveau site de production à Yverdon-les-Bains.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Verseau

Tour de table avec des décisions à prendre et des buts à définir. Vous ferez passer vos propos sans problème.

Publicité

Les Sujets à la Une

X