Rejoignez-nous

Coronavirus

Coronavirus - "l'humanité entière" menacée, l'ONU lance un plan

Publié

,

le

La pandémie due au Covid-19 "menace l'humanité entière", a affirmé mercredi le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)
La pandémie due au Covid-19 "menace l'humanité entière", a affirmé mercredi le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. Il a lancé un "Plan de réponse humanitaire mondial" jusqu'à décembre, assorti d'un appel à des dons à hauteur de 2 milliards de dollars.

Face à cette menace, "l'ensemble de l'humanité doit riposter. Une action et une solidarité mondiales sont cruciales", a-t-il ajouté, lors de la présentation via vidéo du plan de l'ONU.

"Les réponses individuelles des pays ne vont pas être suffisantes", a fait valoir l'ancien Premier ministre portugais qui avait évoqué la semaine dernière la perspective de "millions" de morts à défaut de solidarité.

L'objectif du plan "vise à nous permettre de combattre le virus dans les pays les plus pauvres au monde et répondre aux besoins des personnes les plus vulnérables, notamment les femmes et les enfants, les personnes âgées, les handicapés et les malades chroniques", a précisé le chef de l'ONU.

La pandémie a fait au moins 19'246 morts dans le monde depuis son apparition en décembre, selon un bilan établi par l'AFP avec plus de 427'000 cas positifs recensés. Elle touche désormais des pays en crise humanitaire à cause de guerres, de catastrophes naturelles ou du changement climatique.

"Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre les acquis obtenus via les investissements dans l'action humanitaire et les Objectifs de développement durable", a insisté Antonio Guterres.

D'avril à décembre

L'appel aux fonds - modeste au vu des 2000 milliards débloqués par Washington pour l'économie américaine -, lancé mercredi par l'ONU, est destiné à couvrir la période entre avril et décembre 2020, laissant présager une crise majeure qui s'installe dans la durée.

Le montant total recherché est de 2,012 milliards de dollars, intégrant les appels aux dons déjà lancés par différentes agences de l'ONU (Organisation mondiale de la santé, Programme alimentaire mondial, Commissariat aux réfugiés, agence pour l'enfance Unicef...). L'OMS devrait bénéficier de 450 millions de dollars, l'Unicef de 405 millions et le Pam de 350 millions.

Antonio Guterres a aussi réclamé que l'argent fourni par les 193 membres de l'ONU pour l'aide humanitaire déjà dispensée, qui bénéficie chaque année à 100 millions de personnes dans le monde, se poursuive. A défaut de quoi, la pandémie pourrait entraîner d'autres épidémies (choléra, rougeole...), met en garde l'Organisation.

Détaillé dans un livret de 80 pages, le plan humanitaire sera mis en oeuvre par les différentes agences de l'ONU avec un "rôle direct" pour les ONG. Il est coordonné par le secrétaire général adjoint des Nations unies pour les Affaires humanitaires, le Britannique Mark Lowcock.

Les fonds recueillis permettront d'acheter de l'équipement médical pour tester et soigner les malades, d'installer des points de lavage de mains dans les camps de réfugiés, de lancer des campagnes d'information et d'établir des ponts aériens humanitaires avec l'Afrique, l'Asie et l'Amérique latine, a précisé l'ONU.

Les besoins précis de plusieurs pays sont toujours en cours d'élaboration. Le livret cible notamment une vingtaine de pays prioritaires pour une aide, dont plusieurs en conflits - Afghanistan, Libye, Syrie, Centrafrique, Soudan du Sud, Yémen, Venezuela, Ukraine... -, mais d'autres Etats comme l'Iran ou la Corée du Nord font aussi l'objet d'une analyse dans le document.

Deux scénarios

Tout en relevant la difficulté de faire des prédictions sur l'évolution de la pandémie, l'ONU retient deux scénarios.

Le premier est une mise sous contrôle rapide de la maladie avec un ralentissement de sa progression dans les "trois à quatre mois" permettant "une récupération relativement rapide" tant sur le plan de la santé publique que sur la situation économique.

Le deuxième inclut une "progression rapide de la pandémie dans les pays fragiles et en développement", notamment en Afrique, en Asie et dans certaines parties du continent américain. Cela veut dire des frontières fermées plus longtemps comme la poursuite de restrictions aux libertés de mouvements, "contribuant encore davantage à un ralentissement mondial qui est déjà en cours".

Continuer la lecture
1 commentaire

1 commentaire

  1. Notification automatique: Coronavirus - les informations du 25 mars | LFM la radio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Les Suisses soutiennent l'extension du certificat Covid

Publié

le

Il faut désormais présenter un certificat Covid pour entrer dans nombre d'endroits dont les restaurants, une extension soutenue par une majorité de la population, selon un sondage (image d'illustration). (© KEYSTONE/PIERRE ALBOUY)

Plus de deux Suisses sur trois soutiennent l'extension du certificat Covid, selon un sondage de Tamedia et 20 minutes. La fin de la gratuité des tests recueille également une majorité d'opinions favorables. A l'inverse, l'obligation vaccinale est rejetée.

Interrogés s'ils soutenaient la décision du Conseil fédéral d'élargir l'obligation du certificat Covid aux restaurants, musées et salles de fitness, 57% des sondés ont répondu "oui" et 10% "plutôt oui", selon ce sondage publié mercredi dans les journaux de Tamedia.

L'extension est soutenue par les sympathisants de tous les partis, à l'exception de ceux de l'UDC qui la rejettent à 61%. C'est parmi les partisans des Vert'libéraux que le soutien est le plus élevé (82%).

Près de deux tiers des sondés (59%) estiment que le certificat Covid devrait être obligatoire dans les hôpitaux et les maisons de retraite. Son emploi dans les bars et les restaurants récolte environ la même proportion d'avis favorables (58%).

Une majorité (60%) s'oppose en revanche au certificat Covid dans les universités. Les sondés sont en outre peu favorables à son utilisation au travail (28%), dans les transports publics (26%), à l'école (20%) ou dans les commerces (18%).

Majorité pour des tests payants

Près de deux tiers des personnes interrogées (63%) approuvent en outre la fin des tests gratuits. Comme pour l'extension du certificat Covid, cette mesure est soutenue par les sympathisants de tous les partis à l'exception de ceux de l'UDC qui la rejettent à 53%. Ici aussi, le soutien le plus fort se trouve chez les partisans des Vert'libéraux (78%), suivi par ceux du PLR et du Centre (75%).

Quant à la vaccination obligatoire, trois personnes sur cinq s'y opposent. Il existe toutefois des variations selon les classes d'âge. Ainsi, une majorité (56%) des plus de 65 ans y est favorable.

Le sondage a été mené par 20 minutes et Tamedia en collaboration avec l'institut LeeWas. Il a été réalisé du 24 au 26 septembre auprès de 12'743 personnes de toute la Suisse, dont 3576 Romands. La marge d'erreur est de +/- 1,5%.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Les disparités vaccinales entre minorités résorbées aux Etats-Unis

Publié

le

Les disparités vaccinales entre minorités ont été résorbées aux Etats-Unis selon une étude publiée mardi (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP Johnson & Johnson)

Les disparités vaccinales entre minorités, fortes aux Etats-Unis au début de la campagne de vaccination contre le Covid-19, ont été éliminées. En revanche celles entre affiliations politiques persistent, selon un vaste sondage publié mardi.

Environ 70% des adultes noirs, 73% des hispaniques, et 71% des adultes blancs ont reçu au moins une dose de vaccin, selon cette étude de la Kaiser Family Foundation, conduite par téléphone auprès de 1500 personnes représentatives de la population américaine.

Ces chiffres contrastent avec ceux observés par le même sondage en avril: seuls 51% des adultes noirs et 47% des hispaniques avaient alors reçu au moins une injection, contre 60% des Blancs.

Selon Marcella Nunez-Smith, en charge des questions d'égalité dans la crise du Covid-19 pour la Maison Blanche, ce résultat a été obtenu grâce au "travail" mis en place pour remédier au problème. Elle a par exemple cité les événements de vaccination organisés par les églises ou encore dans les salons de coiffure tenus par des Afro-Américains.

Ces chiffres publiés mardi sont par ailleurs similaires à ceux observés par d'autres études - du centre de recherche Pew ou des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique américaine.

Sentiment "anti-science"

En revanche, l'affiliation politique reste un facteur important de division dans la vaccination: selon le sondage de la Kaiser Family Foundation, 90% des personnes se disant démocrates déclaraient avoir reçu au moins une dose, contre 58% des républicains.

Les experts avancent plusieurs explications, parmi lesquelles l'absence de soutien sans équivoque de Donald Trump aux vaccins, et le sentiment "anti-science" s'étant développé récemment au sein de son parti.

Les habitants de zones rurales, les chrétiens évangéliques et les personnes n'ayant pas de diplôme universitaire figurent parmi les groupes les moins vaccinés.

Concernant les personnes vaccinées récemment, parmi les raisons principales données pour franchir le pas sont citées: la poussée de l'épidémie liée au variant Delta, les informations circulant sur des hôpitaux saturés, et le fait de connaître quelqu'un ayant été gravement malade ou décédé de la maladie.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 1284 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 32'357 tests ont été transmis, indique l'OFSP (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

La Suisse compte mardi 1284 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 11 décès supplémentaires et 122 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 32'357 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 3,97%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 20'204, soit 233,71 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,75. Les patients Covid-19 occupent 23,40% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 75,90%.

Au total 10'404'776 doses de vaccin ont été administrées et 57,89% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'816'100 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'222'962 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 837'767 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'759'554 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'687 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 32'792.

Le pays dénombre par ailleurs 13'407 personnes en isolement et 13'840 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. Par contre, aucun personne revenant de voyage d'un pays à risque ayant dû aussi passer par la case de la quarantaine n'a été enregistrée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Certificat Covid obligatoire pour entrer dans le Palais fédéral

Publié

le

Il faudra montrer patte blanche pour entrer au Palais fédéral à Berne (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Le certificat Covid sera obligatoire pour accéder au Palais fédéral à Berne. Après le Conseil des Etats, le Conseil national a accepté mardi par 146 voix contre 27 et 17 abstentions - émanant des rangs de l'UDC - de modifier la loi en conséquence.

Pour permettre à la modification d'entrer en vigueur le plus vite possible, la Chambre du peuple a suivi la proposition du Conseil des Etats d'autoriser les personnes qui n'ont pas été testées, qui ne sont pas vaccinées ou qui ne sont pas guéries à entrer avec un masque.

La population ne va pas comprendre cette exception, a plaidé en vain Marianne Binder (Centre/AG). Les parlementaires sont tenus de siéger, a répondu Gregor Rutz (UDC/ZH). On ne peut pas les en empêcher.

Depuis le 13 septembre, l'obligation de présenter le pass sanitaire a été étendue. Mais la base légale actuelle ne permet pas d'obliger les élus à le présenter afin de garantir les droits des parlementaires et les droits politiques. Les membres de l'Assemblée fédérale doivent être traités sur un pied d'égalité avec les autres citoyens, a expliqué Greta Gysin (Vert-e-s/TI) pour la commission.

Tests gratuits

Les mesures de protection seront levées. Les parlementaires siégeront sans porter le masque s'ils ont le certificat et les parois en plexiglas seront enlevées. Les élus sans pass sanitaire pourront aussi voter à distance.

Les coûts des tests éventuels seront pris en charge pour toutes les personnes qui doivent impérativement être présentes au Parlement. La loi entrera vigueur samedi, si les deux Chambres confirment leur accord lors des votations finales de vendredi. Elle sera valable jusqu'au 1er décembre 2022. Mais la délégation administrative de l'Assemblée fédérale pourra décider d'y mettre un terme de manière anticipée.

Pour Gregor Rutz (UDC/ZH), une évaluation de la situation épidémiologique devrait être effectuée toutes les huit semaines pour décider du maintien ou de la mesure. Il n'est pas question ici de refaire le débat sur la situation particulière, a estimé Kurt Fluri (PLR/SO). Le projet vise à améliorer et faciliter le travail parlementaire.

La demande de rendre le certificat obligatoire émanait des présidents de cinq partis sauf l'UDC. Dans une lettre à la délégation administrative de l'Assemblée fédérale envoyée avant le début de la session, ils jugeaient incompréhensible de renoncer à rendre le certificat obligatoire pour entrer dans le Palais.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Swiss menace le personnel non-vacciné de licenciement

Publié

le

Swiss avait décrété l'obligation de vaccination fin août dernier, jugeant cette étape indispensable pour la stabilité des opérations. (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Swiss avertit ses collaborateurs non-vaccinés qu'ils risquent un licenciement. La compagnie aérienne prononcera probablement des licenciements dès janvier prochain pour les collaborateurs qui ne se seront pas fait immuniser.

Le personnel de cockpit et de cabine qui a besoin de plus de temps pour se décider pourra s'absenter du travail durant six mois et être repris durant cette période, pour autant qu'il soit vacciné, a déclaré un porte-parole de la compagnie lundi soir. Ceux qui ne se seront pas vaccinés seront licenciés.

L'entreprise cherchera par ailleurs des solutions individuelles pour les collaborateurs qui disposeraient d'un certificat médical prouvant qu'ils ne peuvent être vaccinés, a précisé le porte-parole.

Selon Swiss, le fait de ne pas se vacciner représente une violation des devoirs de l'employé selon le contrat de travail, ce qui engendre une série de mesures par étapes. Ces paliers déboucheront sur un licenciement en cas de non vaccination, probablement dès fin janvier.

"Drastique mais conforme"

Actuellement, la menace de licenciement concerne moins de la moitié du personnel. Selon le porte-parole, le taux de vaccination au sein de l'entreprise est légèrement supérieur à celui de la population suisse, qui s'établit à 54,9%.

Swiss avait décrété l'obligation de vaccination le 24 août dernier, jugeant cette étape indispensable pour la stabilité des opérations. Pour pouvoir être intégré dans les plans de vol, le personnel naviguant a jusqu'au 1er décembre prochain pour être entièrement vacciné.

Le syndicat Kapers juge que l'obligation de se vacciner est une "mesure drastique", mais conforme à la convention collective de travail. Il veillera à ce que la mesure soit appliquée de manière socialement responsable, a déclaré à AWP un porte-parole.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Vous voici dans une phase qui favorise l’action constructive… Cette journée peut marquer l’apogée d’une réalisation.

Les Sujets à la Une

X