Rejoignez-nous

International

Italie: Mario Draghi consulte tous azimuts pour trouver une majorité

Publié

,

le

L'ex-président de la BCE Mario Draghi a débuté jeudi après-midi ses consultations pour trouver une majorité parlementaire, après avoir été appelé à la rescousse pour sortir l'Italie de la crise politique. ( © KEYSTONE/EPA/ANGELO CARCONI)

L'ex-président de la BCE Mario Draghi a débuté jeudi après-midi ses consultations pour trouver une majorité parlementaire prête à soutenir son gouvernement après avoir été appelé à la rescousse pour sortir l'Italie de la crise politique.

M. Draghi a d'abord rencontré des représentants de petits partis et groupes parlementaires, dont l'ex-commissaire européenne Emma Bonino qui a promis leur "plein soutien".

La journée de vendredi sera consacrée aux entretiens avec les grands partis, notamment le Parti démocrate (PD, centre-gauche) et le parti de Silvio Berlusconi Forza Italia (FI, droite).

Samedi matin, il rencontrera les dirigeants des deux partis comptant le plus grand nombre de parlementaires, le Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème jusqu'à son arrivée au pouvoir) et la Ligue (extrême droite) de Matteo Salvini.

Il est déjà assuré du soutien de certaines des grandes formations représentées au Parlement, mais le M5S, qui compte à lui seul près d'un tiers des députés et sénateurs, est loin d'être acquis à sa cause.

Le Premier ministre sortant Giuseppe Conte, soutenu jusqu'au bout par le M5S dont il est très proche sans en être membre, a été contraint de démissionner la semaine dernière après l'effondrement de sa coalition causé par le retrait d'un partenaire clé, Italia Viva (IV), parti de l'ancien Premier ministre Matteo Renzi.

Le M5S et ses alliés du PD ayant échoué dans leur tentative de former un nouveau gouvernement, le président Sergio Mattarella a fait appel à Mario Draghi.

Conte "pas un obstacle"

M. Conte, populaire dans les sondages, a promis jeudi de ne pas être "un obstacle" pour M. Draghi, à qui il a souhaité "bon courage!". "J'ai toujours travaillé pour le bien du pays", a-t-il affirmé au cours d'une allocution, la première depuis la nomination de M. Draghi, qu'il a longuement rencontré mercredi.

La tâche de l'éminent économiste sera difficile: l'Italie est frappée par l'épidémie de Covid-19 qui a fait près de 90'000 morts et le gouvernement doit présenter d'ici fin avril un plan de relance de son économie en récession, grâce à une importante aide financière de l'Union européenne.

Selon le quotidien La Stampa, M. Draghi se retrouve confronté à un "puzzle": le PD et Italia Viva sont prêts à le soutenir, de même que les élus de Forza Italia et quelques forces d'appoint à gauche et au centre.

Mais l'ancien gouverneur de la Banque d'Italie a aussi besoin au moins de l'abstention, si ce n'est du soutien de la Ligue, dont le positionnement, avec celui du M5S, est crucial compte tenu de leur nombre important d'élus.

La Ligue et le M5S

Selon des scénarios élaborés par La Stampa, il n'y aura pas de gouvernement Draghi si la Ligue et le M5S s'y opposent tous deux. En revanche, le soutien de l'un des deux suffirait.

Même s'il a perdu son côté radical depuis son arrivée au pouvoir, le M5S est né comme un parti contre les élites et il est donc délicat pour lui d'approuver une personnalité issue du sérail comme M. Draghi.

L'un des principaux dirigeants du mouvement, le ministre des Affaires étrangères sortant Luigi Di Maio, a invité à former un "gouvernement politique", rejetant l'idée d'un exécutif composé de technocrates.

M. Draghi pourrait donc choisir d'offrir des postes ministériels au M5S et à d'autres partis, mais il n'est pas certain que cela suffise pour surmonter les profondes divisions internes du mouvement.

Des noms circulent déjà concernant les futurs titulaires de portefeuilles d'un éventuel gouvernement Draghi. Le ministre de l'Economie et des Finances sortant, Roberto Gualtieri (PD), pourrait notamment rester à son poste pour assurer la continuité dans ce domaine.

La part du lion

L'Italie espère recevoir la part du lion -- environ 200 milliards d'euros -- du fonds de relance européen adopté en juillet, mais doit soumettre un plan de dépenses détaillé à Bruxelles d'ici fin avril.

Si M. Draghi ne parvenait pas à trouver une majorité parlementaire, ou s'il n'obtenait pas la confiance du Parlement après son entrée en fonction, des législatives anticipées pourraient être envisagées.

Le président Mattarella, le seul à pouvoir provoquer des élections avant le terme normal de la législature en 2023, a cependant clairement expliqué mardi qu'il voulait éviter un scrutin anticipé en pleine crise sanitaire et économique.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Le Français Thomas Pesquet s'est élancé dans le vide spatial

Publié

le

L'astronaute français Thomas Pesquet, au côté de l'Américain Shane Kimbrough, doit installer un nouveau panneau solaire sur la Station spatiale internationale (Archives © KEYSTONE/EPA NASA/NASA HANDOUT

L'astronaute français Thomas Pesquet s'est élancé mercredi pour la troisième fois de sa vie dans le vide spatial, aux côtés de l'Américain Shane Kimbrough. Ils doivent installer un nouveau panneau solaire sur la Station spatiale internationale, une opération complexe.

La sortie, très physique, doit durer environ six heures et demie. Les deux hommes flottent de nouveau ensemble en apesanteur, après avoir déjà effectué deux sorties dans l'espace côte à côte en 2017, accrochés à la Station spatiale filant à 400 kilomètres au-dessus de la Terre.

Ils ont mis en route la batterie interne de leur combinaison à 12H11 GMT, puis ont ouvert l'écoutille du sas de décompression de l'ISS. Thomas Pesquet est sorti dans le vide en premier, suivi de son co-équipier.

Sortie inédite

Cette sortie extra-véhiculaire ("EVA"), la première depuis leur arrivée dans l'ISS fin avril, est inédite sur le plan technique. Les deux "mécanos" vont devoir déployer un panneau solaire nouvelle génération, appelé iROSA, le premier d'une série de six panneaux destinés à augmenter les capacités de production d'énergie de l'ISS.

"On sort dans le vide, je vais être transporté par un bras robotique en tenant des panneaux solaires de 3m de long, on va les brancher et retourner dans la Station 6h30 plus tard", avait tweeté Thomas Pesquet quelques heures avant sa sortie.

Dimanche, la même équipe recommencera l'opération pour en installer un deuxième. La paire a été livrée par un cargo de SpaceX: les panneaux sont pour le moment roulés sur eux-mêmes, et la mission des astronautes est de les fixer au bon endroit et de les déployer.

Avant l'ouverture du sas, la Nasa a montré des images du duo se préparant, engoncés dans leurs scaphandres, assistés par leurs collègues américains Megan McArthur et Mark Vande Hei. Il s'agit de la 239e sortie spatiale de l'histoire de l'ISS.

Contrairement aux deux sorties effectuées par les mêmes co-équipiers en 2017, cette fois les rôles sont inversés: Thomas Pesquet est "EVA 1", Shane Kimbrough "EVA 2".

"Le n°1, c'est le chef en gros. Maintenant je ne suis plus le petit jeune", avait commenté le Français de 43 ans. "J'ai hâte que Thomas soit dans ce rôle et d'être un bon soutien", avait déclaré son collègue de 54 ans. Pour l'Américain, c'est la septième sortie dans l'espace de sa carrière.

Equipement à un million de dollars

"Il y a une appréhension, ce sont des années de boulot pour des centaines de personnes, on n'a pas envie de faire une erreur et de casser un équipement qui a coûté un million de dollars", avait confié Thomas Pesquet dans son journal de bord sur la radio France Inter.

Les astronautes se répartiront les tâches durant l'opération, minutieusement chorégraphiée par la Nasa. Objectif: aller déployer les panneaux solaires à bâbord de l'ISS, tout au bout du mastodonte grand comme un terrain de football.

Thomas Pesquet ira récupérer l'objet de 350 kilos, puis, mû par un bras robotique, longera la Station pour aller le passer à son acolyte. Accrochés au bras par les pieds, ils déplieront le panneau et ses 19 mètres de long.

Continuer la lecture

International

La France lève son couvre-feu dimanche

Publié

le

Les Français pourront fêter la musique le 21 juin, avec gestes barrière et pas sur la voie publique, règles de jauges pour les bars restaurants et lieux de spectacles...). (© KEYSTONE/EPA/LUCAS DOLEGA)

Le couvre-feu prendra fin en France dimanche, a annoncé mercredi le premier ministre française Jean Castex. Le port du masque à l'extérieur ne sera en outre plus obligatoire dès jeudi, sauf dans certaines circonstances (regroupements, lieux bondés ou stades.

Cette décision a été prise car la situation sanitaire "s'améliore plus vite que nous l'avions espéré", a expliqué le premier ministre à l'issue du Conseil de défense et du Conseil des ministres présidé par Emmanuel Macron.

La levée du couvre-feu n'empêchera pas le maintien des protocoles sanitaires pour les lieux publics et la fête de la musique du 21 juin et autres événements jusqu'au 30 juin (organisation de concerts seulement en extérieur avec gestes barrière et pas sur la voie publique, règles de jauges pour les bars restaurants et lieux de spectacles...), a-t-il ajouté.

Les supporters du match France-Portugal de l'Euro de football pourront également profiter de cette levée le 23 juin.

L'objectif a été fixé à 35 millions de Français complètement vaccinés fin août, a-t-il poursuivi, en se félicitant que les contaminations aient baissé à 3200 cas quotidiens en moyenne sur 7 jours.

La France était l'un des trois derniers pays en Europe à imposer un couvre-feu. Il était entré en vigueur le 30 octobre à 21h00 dans toute la métropole, puis avait été avancé à 20h00 pour la période des fêtes de fin d'année avec dérogation pour Noël. Il avait ensuite été avancé à 18h00 pour toute la métropole le 16 janvier, puis repoussé à 19h00 le 20 mars, puis à 21h00 le 19 mai et enfin à 23h00 le 9 juin.

Cet allègement est le plus important depuis le deuxième confinement.

Continuer la lecture

Genève

Sommet historique entre Biden et Poutine à Genève

Publié

le

Le président américain Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine vont discuter dans la Villa La Grange à Genève. (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le président américain Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine se retrouvent ce mercredi à Genève pour un sommet historique. Ils doivent tenter d'apaiser les relations entre leurs deux pays dans une période de tensions.

Plus de 35 ans après la rencontre entre les dirigeants américain Ronald Reagan et soviétique Mikhaïl Gorbatchev à Genève, M. Biden et M. Poutine vont entamer en début d'après-midi leur dialogue dans la Villa La Grange. Leur premier tête-à-tête depuis l'arrivée du démocrate à la Maison Blanche.

M. Biden a multiplié ces derniers jours les réunions avec les alliés des Etats-Unis, du G7 à l'OTAN en passant par l'UE. Il a affiché sa volonté de rassembler "le monde libre" face à la montée de plusieurs autoritarismes, au premier rang desquels la Chine. Il souhaite oeuvrer à une relation "stable et prévisible" avec Moscou.

La réunion de mercredi à Genève est largement saluée comme un succès par le simple fait qu'elle ait lieu. En revanche, les attentes en termes de contenus sont limitées, quelques mois après le renouvellement au dernier moment de l'accord de réduction des armes nucléaires stratégiques (New START). Sur la scène internationale, les divergences sont nombreuses, de la Syrie à l'Ukraine.

Discussion sur des détenus

Avant même la rencontre, le ton est venu refléter les tensions entre Washington et Moscou. Face à celui qu'il a qualifié récemment de "tueur", M. Biden veut aborder des questions liées aux droits humains. Mais la situation au Bélarus ou l'affaire de l'opposant russe Alexeï Navalny sont considérées par la Russie comme ne devant pas faire l'objet d'une interférence internationale.

Vladimir Poutine s'est en revanche dit prêt à un échange de détenus pour réchauffer les relations. Alors même que M. Biden est sous pression pour obtenir la libération de deux Américains, un homme accusé d'espionnage et un second emprisonné pour avoir agressé deux policiers. La Maison Blanche a annoncé que leur situation serait abordée. La Suisse est elle prête à faciliter une possible initiative.

Le sommet est organisé dans une ville de Genève sous un important dispositif de sécurité. Des milliers de membres de forces de l'ordre sont mobilisés.

Continuer la lecture

Genève

Sommet Biden-Poutine à Genève: le suivi en continu

Publié

le

Genève accueillera la rencontre entre les deux Présidents Joe Biden et Vladimir Putin le mercredi 16 juin 2021 (image d'illustration - ©KEYSTONE/POOL/PETER KLAUNZER)

Continuer la lecture

International

Procès Bygmalion: arrivée de Nicolas Sarkozy au tribunal

Publié

le

L'ancien président français Nicolas Sarkozy comparaît pour "financement illégal de campagne" au tribunal correctionnel de Paris (Archives © KEYSTONE/AP/Christophe Ena)

L'ex-président français Nicolas Sarkozy s'est présenté mardi au tribunal pour son interrogatoire dans le cadre du procès sur les dépenses excessives de sa campagne électorale en 2012, débuté il y a trois semaines. Son nom a été très peu évoqué jusque-là.

Nicolas Sarkozy est entré dans la salle d'audience, l'air grave. Il a pris place sur une chaise, au côté des ses co-prévenus, après avoir salué les deux représentants du parquet d'un signe de tête.

A l'ouverture de l'audience et à la demande de la présidente, il s'est levé et s'est installé à la barre, face au tribunal. Nicolas Sarkozy n'avait assisté à aucune audience depuis le début du procès le 20 mai, et se faisait représenter par son avocat historique, Me Thierry Herzog.

Double facturation

Les treize autres prévenus, anciens cadres de Bygmalion - du nom de l'agence événementielle liée à son parti - et de l'UMP (devenu Les Républicains), directeur de campagne, experts comptables - qui ont défilé à la barre, sont soupçonnés d'être impliqués à des degrés divers dans le système de double facturation imaginé pour masquer l'explosion des dépenses autorisées pendant la campagne.

Le prix réel des quelque 40 meetings organisés par Bygmalion avait été drastiquement réduit, et le reste - 80% des factures - réglé par l'UMP (devenu LR), au nom de conventions fictives du parti.

"Financement illégal de campagne"

Contrairement aux autres, renvoyés notamment pour escroquerie ou usage de faux, Nicolas Sarkozy n'est pas mis en cause pour ce système, et comparaît pour "financement illégal de campagne" uniquement. Il encourt un an d'emprisonnement et 3750 euros d'amende.

Début mars, il était devenu le premier ex-président de la Ve République à être condamné à de la prison ferme: il s'était vu infliger par le tribunal correctionnel de Paris trois ans d'emprisonnement, dont deux avec sursis, pour corruption et trafic d'influence. Il avait fait appel.

"Totale improvisation"

Dans le dossier Bygmalion, "l'enquête n'a pas établi" selon l'accusation que Nicolas Sarkozy aurait pu "ordonner", "participer", voire même être informé du système.

Mais le président-candidat, loin d'être "déconnecté de sa campagne", a fait le choix avec son équipe de "meetings spectaculaires et dispendieux", et demandé d'accélérer le rythme - jusqu'à un meeting par jour. Une campagne "d'une rare densité", marquée par une "totale improvisation" des donneurs d'ordre, avait décrit l'accusation.

Elle estime que M. Sarkozy a laissé filer les dépenses, malgré plusieurs alertes sur les risques de dépassement, et ainsi "incontestablement" bénéficié de la fraude, qui lui a permis de disposer de "moyens bien supérieurs" à ce qu'autorisait la loi: au moins 42,8 millions au total, soit près du double du plafond légal à l'époque.

Compte "purgé"

Pour lui éviter de devoir reconnaître publiquement que ses dépenses avaient dérivé "de manière spectaculaire", "avec les conséquences politiques et financières" qui s'en seraient suivies, dit l'accusation, il a été décidé de "purger" le compte de campagne.

Une thèse à laquelle ne croit pas Nicolas Sarkozy: le prix de ses meetings était "parfaitement en ligne" avec ceux de son opposant François Hollande, avait-il dit aux enquêteurs. Alors, "où est passé cet argent ?"

"Les décisions se prenaient à l'Elysée"

L'ex-secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé, blanchi dans cette affaire et entendu comme simple témoin la semaine dernière, a bien une idée. "Il faut toujours se demander à qui cela profite", avait-il répondu au tribunal alors qu'on lui demandait son "hypothèse" sur la question: qui a ordonné la fraude ?

Jérôme Lavrilleux, à l'époque directeur de cabinet de M. Copé et directeur-adjoint de la campagne, et seul à l'UMP à avoir reconnu la fraude, assure que ni son patron ni Nicolas Sarkozy n'avaient été mis au courant.

Les autres anciens cadres de l'UMP et de la campagne ont évité de parler de l'ex-président. "Les décisions se prenaient à l'Elysée", a-t-on tout au plus entendu. Le procès est prévu jusqu'au 22 juin.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Lion

Que vous le vouliez ou pas, perturbations dans le domaine professionnel. Proposition alléchante pour un nouvel emploi.

Publicité

Les Sujets à la Une

X