Rejoignez-nous

International

Le Conseil de sécurité octroie à Guterres un deuxième mandat

Publié

,

le

Antonio Guterres a vu son mandat comme chef de l'ONU être renouvelé (Archives © KEYSTONE/EPA/MAXIM SHEMETOV / POOL)

Le Conseil de sécurité a approuvé mardi l'attribution d'un deuxième mandat à Antonio Guterres, 72 ans, pour diriger l'ONU entre 2022 et 2026. Durant cette période, il sera attendu sur la résolution de conflits.

Secrétaire général depuis janvier 2017, l'ex-Premier ministre portugais était seul en lice. Une dizaine de candidatures individuelles n'ont pas été retenues au motif qu'elles n'étaient pas soutenues par l'un des 193 pays membres de l'Organisation.

Lors d'une brève session à huis clos, le Conseil de sécurité, clé dans le processus de nomination, a été unanime pour recommander à l'Assemblée générale de l'ONU de prolonger son chef, a annoncé son président en exercice, l'ambassadeur estonien Sven Jürgenson. La confirmation formelle de l'Assemblée est attendue prochainement.

Après un premier mandat consacré à limiter les conséquences potentiellement drastiques pour l'Organisation de la politique unilatéraliste de Donald Trump, Antonio Guterres devra avoir "un plan de bataille pour toutes les crises brûlantes", juge un diplomate.

Dans ce domaine, son bilan est maigre depuis cinq ans, Syrie, Yémen ou Mali restant désespérément en panne d'une solution politique. Un nom a été trouvé pour la Macédoine du Nord et une pacification s'amorce en Libye mais l'ONU y a surtout un rôle d'accompagnement d'un processus engagé par les Libyens.

Diplomatie de coulisses

Adepte d'une diplomatie de coulisses, Antonio Guterres assure se dépenser sans compter, pour éviter ici une aggravation du conflit à Chypre, là pour tenter de contenir les velléités guerrières du pouvoir éthiopien au Tigré et mobiliser le Conseil de sécurité. Avec des résultats limités, concèdent plusieurs sources diplomatiques sous couvert d'anonymat, dont certaines rappellent la passivité de l'ONU face au génocide à partir de 2017 des Rohingyas en Birmanie.

Début mai, Antonio Guterres soulignait que "les éléments clés de ses activités" reposaient sur la discrétion. "Parfois, pour être efficace, il faut le faire discrètement, pour établir des canaux de liaison entre les parties". Ceux-ci sont "essentiels pour éviter le pire dans les confrontations et essayer de trouver des solutions", précisait-il alors.

Fin politique, sous pression constante des grandes puissances comme des plus petites, le chef de l'ONU ne s'est mis à dos aucun des cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Etats-Unis, Chine, Russie, France et Royaume-Uni), verrouillant ainsi sa reconduction.

"On lui est redevable que l'ONU n'ait pas explosé sous Trump, ce qui aurait pu être le cas. Ce n'est pas assez mais ça sera le défi du second mandat", prédit un diplomate issu de l'un de ces cinq pays. "Il a eu du mal à peser pour résoudre des crises mais ses prédécesseurs ont-ils fait mieux?", ajoute une autre source, également sous anonymat.

Changement climatique

Sans levier majeur face aux grandes puissances qui continuent à se livrer souvent des guerres par procuration, Antonio Guterres s'est investi dans la lutte contre le changement climatique. "Nous ne pourrons pas atteindre nos objectifs face au changement climatique si nous n'avons pas une approche combinée des trois domaines" que sont les océans, la pollution et la biodiversité, où l'absence de progrès est flagrante, relevait-il récemment.

Face au Covid-19, il a souvent trouvé les mots justes comme lanceur d'alertes sur les ravages en cours et à venir de la pandémie. Mais là aussi, sa marge de manoeuvre est restée limitée face à des nations qui ont préféré le repli individuel plutôt que la coopération face à un ennemi commun.

Les critiques les plus virulentes à l'égard de l'ex-Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés (2005-2015) viennent d'ONG qui lui reprochent de ne pas en faire assez sur les droits humains. Lui s'en défend, assurant en privé en faire bien davantage dans les réunions de dirigeants que ces derniers.

Pour Kenneth Roth, directeur de l'ONG Human Rights Watch, "le premier mandat de Guterres s'est traduit par son silence public sur les violations des droits humains commises par la Chine, la Russie et les Etats-Unis". Il "devrait utiliser les cinq prochaines années pour devenir un ardent défenseur des droits" comme il a commencé à le faire pour le Bélarus et la Birmanie depuis le coup d'Etat, a-t-il ajouté dans un communiqué.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Zoo de Rome: des glaces pour aider les animaux face à la canicule

Publié

le

Les félins du zoo de Rome ont droit à des parfums de glaces très originaux: viande et sang. (© KEYSTONE/EPA/FABIO CIMAGLIA)

Des glaces à la viande, aux poissons, aux fruits ou encore aux céréales: il y en avait pour tous les goûts mardi au zoo de Rome dont les pensionnaires affrontaient la canicule accablant la capitale italienne.

Le personnel du zoo semble avoir trouvé la bonne recette face aux 39 degrés enregistrés mardi dans la ville éternelle. Près de l'entrée du parc, un groupe de macaques du Japon se jettent sur les glaces à base de fruits frais (prunes, bananes, melons) et de céréales lancées par les employés directement dans leur piscine, sous le regard amusé des visiteurs.

Un peu plus loin, Samantha et Boomer, le couple d'otaries du parc, ont la chance de déguster de délicieux glaçons à base de poisson, tandis que les félins ont droit à des parfums de glaces également très originaux: viande et sang!

Douches froides

Mais il n'y a pas que de la nourriture pour rafraîchir les animaux. Sofia, une éléphante d'Asie, reçoit des douches froides et dispose d'une grande baignoire. Elle a aussi recours à ses propres techniques: se rouler dans la boue et s'asperger de sable et de terre avec sa trompe.

Nonobstant les aides mises en place, le directeur du zoo ne cache pas sa préoccupation: "La chaleur est arrivée plus tôt, et je suis un peu inquiet pour nos animaux. Ce n'est pas facile pour eux. J'espère que cela ne durera pas tout l'été, parce que ces températures records ne sont faciles à supporter pour personne", a-t-il confié.

Selon les prévisions météorologiques, les températures devraient rester élevées à Rome dans les semaines prochaines, rendant les distributions de glaces encore plus indispensables.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Tombé en disgrâce, Woody Allen n'écarte pas d'arrêter le cinéma

Publié

le

Woody Allen, 86 ans, est tombé en disgrâce aux Etats-Unis après que sa fille adoptive l'a accusé de l'avoir agressée sexuellement quand elle était enfant (archives). (© KEYSTONE/AP/LUCA BRUNO)

Woody Allen n'a pas écarté que son prochain film, qui sera tourné à Paris, soit le dernier. Le réalisateur de 86 ans, en disgrâce après que sa fille adoptive l'a accusé de l'avoir agressée sexuellement, dit avoir perdu "beaucoup de [son] enthousiasme" pour le cinéma.

Dans une rare interview, Woody Allen a parlé mardi pendant une demi-heure environ à son compatriote américain, l'acteur Alec Baldwin. Ce dernier s'est, lui aussi, retrouvé récemment dans la tourmente après avoir tué accidentellement lors d'un tournage en octobre la directrice de la photographie d'un de ses films, en manipulant une arme à feu.

"Je vais probablement faire ce film supplémentaire, mais beaucoup d'enthousiasme s'est évaporé", a dit le réalisateur d'"Annie Hall" dans un direct sur le compte Instagram d'Alec Baldwin, ponctué de problèmes techniques.

Accusations pas évoquées

"Je ne m'amuse plus autant à faire un film et à le faire projeter sur grand écran", a-t-il ajouté, évoquant les changements dans l'industrie du cinéma avec l'arrivée du streaming. "Je vais en faire un autre, puis je vais voir, comment je me sens", a-t-il encore dit.

Alec Baldwin avait annoncé cette interview dimanche, disant qu'il allait s'entretenir avec Woody Allen du dernier livre du réalisateur, "Zero Gravity".

Anticipant de possibles critiques, l'acteur avait tenu à souligner qu'il n'était "absolument pas intéressé par les jugements ou messages moralisateurs" qui lui seraient adressés.

Les accusations contre Woody Allen n'ont pas été évoquées lors de cet entretien.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Les 27 de l'UE approuvent la fin des moteurs thermiques en 2035

Publié

le

Les voitures à moteur thermique seront interdites dans l'UE à partir de 2035 (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les 27 Etats membres de l'UE ont approuvé dans la nuit de mardi à mercredi le projet de la Commission européenne de réduire à zéro les émissions de CO2 des voitures neuves en Europe à partir de 2035. Cette mesure impose de facto la fin des moteurs thermiques.

Elle doit contribuer à atteindre les objectifs climatiques du continent, en particulier la neutralité carbone à l'horizon 2050.

A la demande de quelques pays, dont l'Allemagne et l'Italie, les Vingt-Sept ont cependant accepté d'envisager un possible feu vert à l'avenir pour des techniques alternatives, comme les carburants synthétiques ou les motorisations hybrides rechargeables si celles-ci permettent d'atteindre l'objectif de supprimer totalement les émissions de gaz à effet de serre des véhicules.

"Amendement Ferrari"

Les ministres européens de l'environnement, réunis à Luxembourg, ont également approuvé une extension de cinq ans de l'exemption des obligations en matière de CO2 accordée aux constructeurs "de niche" ou ceux produisant moins de 10'000 véhicules par an, jusqu'à la fin 2035. Cette clause, dite parfois "amendement Ferrari", profitera notamment aux marques de luxe.

Ces mesures doivent désormais être négociées avec les eurodéputés, qui ont également déterminé ce mois-ci leur position sur la proposition de l'exécutif européen. "Cela constitue un grand défi pour notre industrie automobile", a reconnu la ministre française de la transition écologique, Agnès Pannier-Runacher, qui présidait la réunion de mardi.

Elle a cependant estimé qu'il s'agissait d'une "nécessité" face aux concurrences chinoise et américaine, qui ont largement misé sur les véhicules électriques considérés comme l'avenir de l'industrie. Ces décisions "en amont" vont "permettre une transition planifiée et accompagnée", a ajouté la ministre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Coronavirus

Des experts en faveur d'un rappel de vaccin spécifique à Omicron

Publié

le

Omicron et ses sous-variants ont dominé les contaminations au cours de l'année 2022, à tel point qu'ils représentent désormais la grande majorité des infections du monde entier (archives). (© KEYSTONE/AP CDC/HANNAH A. BULLOCK, AZAIBI TAMIN)

Un comité d'experts américains s'est prononcé mardi en faveur d'un rappel de vaccin visant spécifiquement le variant Omicron du SARS-CoV-2. Cette décision laisse augurer un besoin d'injections annuelles contre le Covid-19, à l'instar de la grippe.

Les scientifiques, conviés par l'agence américaine du médicament, la FDA, ont approuvé la mesure par 19 voix contre 2 au terme d'une journée passée à examiner les données disponibles, dont des projections concernant les futures vagues et des résultats préliminaires fournis par les fabricants de vaccins.

Un scientifique de la FDA a résumé la complexité de la situation: anticiper l'évolution d'un virus qui a souvent défié les prédictions et mute encore plus vite que la grippe. "Nous travaillons aujourd'hui dans un domaine très compliqué, car aucun d'entre nous ne dispose d'une boule de cristal", a-t-il dit.

Large protection visée

Membre du comité, le professeur de médecine Michael Nelson de l'université de Virginie a indiqué avoir voté en faveur de la mesure, car il craignait que l'efficacité déclinante des vaccins ne se traduise par des cas graves pour les personnes à risque. "Il faut que nous passions à l'action sans tarder."

Pfizer et Moderna, qui ont récemment annoncé que leurs vaccins développés spécifiquement contre le variant Omicron présentaient des résultats prometteurs, se sont adressés au comité d'experts mardi, ainsi que Novavax.

La plupart des scientifiques ont semblé vouloir privilégier un vaccin qui ciblerait à la fois la première souche du virus, pour obtenir une large protection, et les derniers sous-variants d'Omicron BA.4 et BA.5. Pfizer et Moderna ont indiqué être en mesure de passer à la production de tels vaccins dans les trois mois.

Contrairement aux variants Alpha et Delta, qui avaient fini par fléchir, Omicron et ses sous-variants ont dominé les contaminations au cours de l'année 2022, à tel point qu'ils représentent désormais la grande majorité des infections du monde entier, a indiqué au comité Jerry Weir, de la FDA.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Un Américain de huit ans joue avec une arme et tue un bébé d'un an

Publié

le

Le drame s'est déroulé le week-end dernier dans un motel d'Escambia (cliché symbolique/Keystone archives). (© KEYSTONE/AP/JOHN RAOUX)

Un garçon de huit ans a tué un nouveau-né d'un an et blessé une fillette en Floride, en jouant avec l'arme à feu de son père. L'homme de 45 ans a été arrêté et inculpé pour négligence coupable, possession illégale d'armes à feu et dissimulation de preuves.

La scène s'est déroulée le week-end dernier dans un motel, où le quadragénaire au lourd casier judiciaire avait retrouvé sa petite amie, a déclaré mardi le shérif d'Escambia. Lui était venu avec son fils, elle avec ses jumelles de deux ans et sa fillette d'un an.

A un moment, l'homme s'est absenté en laissant son arme "dans un placard", a précisé le shérif. "Son fils s'en est emparé et a commencé à jouer avec".

"Il a tiré sur le nouveau-né d'un an et l'a tué. Après l'avoir traversé, la balle a blessé une des jumelles qui devrait s'en sortir", a poursuivi le shérif, en notant que la mère des victimes était alors endormie.

40'000 morts par an

Quand le père est revenu, il a emporté l'arme et des substances, probablement de la drogue, hors de la chambre, avant l'arrivée de la police.

Cette mort s'inscrit dans une série effarante d'accidents comparables. L'organisation Everytown For Gun Safety, qui milite pour un meilleur encadrement des armes à feu, estime que ces "tirs non intentionnels" de mineurs causent en moyenne 350 morts chaque année.

Plus globalement, les armes à feu causent environ 40'000 morts par an aux Etats-Unis, en incluant les suicides, selon le site Gun Violence Archive.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Verseau

Pour les couples, harmonie sans faille. Pour les solitaires, une amourette va leur faire chavirer le cœur… et la raison !

Les Sujets à la Une

X