Rejoignez-nous

Santé

Les nouvelles infections du VIH ont reculé de 30% en dix ans

Publié

,

le

La directrice exécutive d'ONUSIDA Winnie Byanyima est inquiète de la situation sur le VIH avec la pandémie dans les différents pays (Archives © KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les nouvelles infections du VIH ont baissé de 30% en dix ans. L'année dernière, 1,5 million de personnes supplémentaires ont été contaminées dans le monde, a affirmé jeudi à Genève ONUSIDA. Mais la pandémie menace les avancées.

Au total, le virus est présent chez plus de 37 millions d'individus. En 40 ans, l'épidémie a fait 34,7 millions de victimes, selon les nouvelles estimations publiées par le dispositif onusien. Celles-ci étaient 690'000 l'année dernière, en baisse de plus de 40% en dix ans.

Les nouvelles infections continuent surtout d'être observées chez les jeunes femmes en Afrique subsaharienne. Chaque semaine, environ 5000 d'entre elles viennent s'ajouter au total. L'Afrique rassemble plus de la moitié des personnes atteintes du virus, plus d'un tiers de celles infectées l'année dernière et près de la moitié des décès liés au virus l'année dernière.

Les objectifs de lutte contre le VIH établis pour la fin de l'année dernière n'ont pas été atteints, comme l'avait anticipé ONUSIDA. Ils cherchaient à faire baisser les nouveaux cas et les décès de 500'000 chacun. Or, le nombre d'infections est supérieur de 3,5 millions et celui des décès de centaines de milliers par rapport à ce qui avait été envisagé, selon des données publiées en fin d'année dernière.

Il y a quelques mois, la directrice exécutive Winnie Byanyima avait alerté sur les effets de la pandémie. "Les avancées des dernières années sont menacées", avait-elle ajouté. Le coronavirus pourrait provoquer en trois ans de 125'000 à plus de 290'000 cas supplémentaires et de 69'000 à 150'000 décès qui pourraient être évités.

Nouvelles approches

ONUSIDA a lancé récemment trois nouvelles approches pour 2025. Au total, 95% des personnes infectées devraient savoir qu'elles sont malades et 95% de celles-ci devraient être prises en charge. Et 95% d'entre elles devraient ensuite être débarrassées du virus.

Autre souhait, 95% de femmes devraient avoir accès à des soins de santé sexuelle et reproductive. Ces objectifs devraient permettre de réduire à moins de 500'000 les nouvelles infections et à environ 300'000 les décès en 2025.

L'année dernière, environ 85% des malades savaient qu'ils étaient contaminés, dont près de 88% avaient accès à des soins. Mais, selon les estimations, six millions l'ignoraient. Parmi les personnes soignées, la charge virale avait été supprimée chez 90% d'entre elles, seul objectif atteint.

Une réunion de haut niveau de l'Assemblée générale de l'ONU est prévue en juin prochain. Selon ONUSIDA, elle constituera un "moment important" pour que les pays membres s'activent.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

PFAS dans les sols et l'eau mais pas de risque pour la population

Publié

le

KEYSTONE/Laurent Gillieron

Le site du Centre de formation de la Rama, à Montheron (Cugy), est pollué par des PFAS. La Ville de Lausanne rassure toutefois: il n'y a pas de risque au niveau de l'eau du robinet.

Le Centre de formation de la Rama est utilisé par les sapeurs-pompiers pour des exercices. Des préoccupations ont été émises concernant les PFAS dans cette zone, car on retrouve notamment ces produits dans les mousses anti-incendie. C’est pour cela que le site de la Rama a été analysé. Des évaluations menés par le Service de l'eau, le Service de protection et sauvetage (SPSL) et l'Unité environnement de la Ville
de Lausanne, en collaboration avec la Direction générale de l'environnement de l’Etat de Vaud. Et les tests ont confirmé la présence de ces PFAS dans les sols et les eaux.

Pour rappel, il s’agit de produits chimiques polluants éternels, connus notamment pour leurs propriétés hydrofuges, antigraisse et antisalissure. Mais concernant les résultats, Pierre-Antoine Hildbrand, municipal en charge de la sécurité et de l’économie, se veut rassurant.

Pierre-Antoine HildbrandMunicipal en charge de la sécurité et de l'économie

Il n'y a effectivement pas d'usage à risque du site, comme une place de jeu où les enfants risqueraient de porter de la terre à la bouche. Il n'y a donc pas de risque pour les sapeurs-pompiers qui s'exercent.

Une pollution qui date et qui reste

Le problème principal de ces PFAS, c'est qu'ils ne se dégradent pas naturellement. D'ailleurs, la pollution du site de la Rama ne date pas d'aujourd'hui. On l'a dit, les mousses extinctrices contiennent des PFAS. Celles comportant les substances les plus problématiques ne sont plus utilisées dans le Canton de Vaud depuis 2011, mais on peut dire que "le mal était fait".

"Ils ne perdent pas leur caractère dangereux, développe Pierre-Antoine Hildbrand. On a quelque chose qui s'accumule dans les tissus des animaux par exemple. Et nous, on est en bout de chaîne alimentaire et on risque de développer des cancers ou des maladies à force d'accumuler ces substances dans notre corps."

Le Canton de Vaud a donc inscrit le site au cadastre des sites pollués comme «site pollué, nécessite une investigation». Qu’est-ce que ça signifie? Les explications de Pierre-Antoine Hildbrand.

Pierre-Antoine HildbrandMunicipal en charge de la sécurité et de l'économie

D'après les observations et la topologie du site, les risques de propagations sont cependant faibles.

Pierre-Antoine HildbrandMunicipal en charge de la sécurité et de l'économie

De manière plus large, ces produits posent également problème du côté du droit. Il n'y a en effet pas de bases légales spécifiques au niveau fédéral pour les PFAS dans le sol. "Nous découvrons cette pollution. Les pays qui nous entourent, les pays européens, les États-Unis, la Grande-Bretagne, sont plus avancés que nous face à ce phénomène et ont mis des normes plus élevées. Il faut qu'on s'aligne sur ces normes pour continuer à bénéficier d'un environnement sain."

S'il est nécessaire de traiter cette question à l'échelle du pays, cela n'a pas empêché la Ville de s'aligner sur nos voisins européens.

Pierre-Antoine HildbrandMunicipal en charge de la sécurité et de l'économie

 

Continuer la lecture

Santé

L'Association suisse des fibromyalgiques appelle à l'aide

Publié

le

La fibromylagie est un trouble fréquent, se manifestant par une douleur chronique dans plusieurs parties du corps (image d'illustration). © (KEYSTONE/Gaetan Bally)

Les personnes atteintes de fibromyalgie souffrent d’un manque de reconnaissance: alors que l'Organisation mondiale de la santé reconnaît la maladie, ce n'est pas le cas de l'Assurance Invalidité en Suisse.

La fibromyalgie touche entre 1 et 5% de la population dans les pays industrialisés occidentaux, et les femmes sont deux à cinq fois plus touchées que les hommes. La maladie provoque notamment des douleurs musculaires, comme l'explique Philippe Schüpbach, président de l’Association suisse des fibromyalgiques.

Philippe SchüpbachPrésident de l'Association suisse des fibromyalgiques

La fibromyalgie est reconnue par l’Organisation mondiale de la santé, mais pas par l’Assurance Invalidité en Suisse. Un réel problème, selon Philippe Schüpbach.

Philippe SchüpbachPrésident de l'Association suisse des fibromyalgiques

Plus d'informations sur le site de l'Association suisse des fibromyalgiques.

Continuer la lecture

Santé

Briser le tabou autour de la prématurité

Publié

le

La prématurité concerne une naissance sur dix dans le monde (photo d'illustration). (© KEYSTONE/Gaetan Bally)

C’est la Journée mondiale de la prématurité, une situation qui concerne une naissance sur dix dans le monde. Et qui est souvent difficile à vivre pour les parents.

Un bébé sur dix naît de manière prématurée, c’est-à-dire avant 36 semaines de grossesse. Et l’association Né trop tôt a été créée pour accompagner les parents de bébés nés prématurément et hospitalisés en néonatologie. Les bénévoles de l’association sont tous des parents qui ont vécu une naissance hors norme. Ils apportent du soutien matériel, mais aussi et surtout émotionnel, car l’expérience peut s’avérer traumatisante pour les parents. Cristina Guillet, coordinatrice générale pour l’association Né trop tôt.

Cristina Guillet Coordinatrice générale de Né trop tôt

Le sujet de la prématurité reste tabou, même dans le milieu médical.

Cristina Guillet Coordinatrice générale de Né trop tôt

Cristina Guillet nous explique par quel biais les parents sont soutenus par l'association "Né trop tôt".

Cristina Guillet Coordinatrice générale de Né trop tôt

L’association "Né trop tôt" organise aussi régulièrement des cafés-discussions. Ce vendredi 17 novembre, à l'occasion de la journée mondiale de la prématurité, elle est présente au CHUV à Lausanne, aux HUG à Genève, Pourtalès à Neuchâtel, au HFR à Fribourg et dans les établissements du Nord-Vaudois à Yverdon pour faire de la sensibilisation.

Né trop tôt

Continuer la lecture

Santé

Les recherches sur le VIH se poursuivent

Publié

le

On commence à mieux connaître le VIH: une équipe du CHUV a découvert la présence de réservoirs actifs. Le virus n'est pas pour autant plus contagieux que ce qu’on pensait (photo d'illustration). © KEYSTONE/Gaetan Bally

Une équipe du CHUV a découvert il y a quelques semaines que le virus du VIH contenait des réservoirs actifs. C’est-à-dire que des cellules du virus ne sont donc pas complètement dormantes, contrairement à ce qui avait été établi jusqu’ici. Mais cela ne veut pas dire pour autant que le virus est plus contagieux que ce qu’on pensait, comme l'explique Daniel Kaufmann, professeur et chef de la division des maladies infectieuses au CHUV.

Daniel KaufmannProfesseur et chef de la division des maladies infectieuses au CHUV

Pour l’équipe du CHUV, il ne s’agit pas de trouver une cure, mais déjà, pour l’heure, de mieux comprendre le virus.

Daniel KaufmannProfesseur et chef de la division des maladies infectieuses au CHUV

Si les cas de guérison du VIH sont encore rares, six dans le monde à ce jour, c’est parce que les traitements administrés ne pourraient pas être généralisés. Il s’agit souvent de remèdes lourds et coûteux, tels que des chimiothérapies. Pour éviter de contracter le VIH, en plus de l'utilisation d’un préservatif, il existe aussi la PrEP, la prophylaxie pré-expositionnelle.

Vanessa Christinet Médecin-responsable du checkpoint de PROFA à Lausanne

Mais l’utilisation de la PrEP fait débat au sein du milieu médical. Les nouveaux cas de VIH sont moins nombreux en terre vaudoise ces dernières années: 38 cas en 2022, contre 84 en 2017 par exemple. Mais les professionnels de la santé recommandent cependant de prendre ces chiffres avec des pincettes. L’une des explications possibles à cette baisse: l’utilisation de la PrEP justement. La majorité des personnes qui contractent le VIH restent les hommes gays. Mais le regard sur la maladie a évolué.

Vanessa Christinet Médecin-responsable du checkpoint de PROFA à Lausanne

A noter encore que le Service des maladies infectieuses du CHUV, avec d'autres partenaires dont l’Université de Lausanne (UNIL), a lancé "Positive Life Festival". Ce cycle d’actions et d’événements vise à créer tout au long de 2023 de nouvelles représentations de la vie avec le VIH.

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Taureau

Oubliez la pression et laissez place à la sérénité. Votre amour est LA priorité entre toutes et donc, vous voici prêt/e à tout pour le préserver.

Les Sujets à la Une

X