Rejoignez-nous

Sport

Le football suisse va enfin lever le voile sur son avenir

Publié

,

le

Les joueurs de football du Lausanne Sport lors du premier entrainement ouvert aux médias le jeudi 21 mai 2020 au stade olympique de la Pontaise. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)
Le football suisse s'apprête enfin à y voir clair. L'Assemblée générale de la Swiss Football League (SFL) de vendredi en dira plus sur la suite de la saison, mais également sur la prochaine. Même si d'autres questions pourraient faire débat.

Au Stade de Suisse, les vingt clubs de Super League et de Challenge League auront plusieurs décisions à prendre. On devine les discussions intenses et transversales ces dernières semaines, depuis que la SFL a annoncé la convocation de cette séance extraordinaire.

Chacun y trouve ses intérêts, et la situation sportive y joue un rôle certain. "Compte tenu de la crise actuelle, une relégation serait très compromettante pour le club, souligne Michele Campana, directeur général du FC Lugano. Alors il faut un compromis: une reprise serait logique, mais sans relégation." Les tractations partent de là.

Une reprise qui se précise

Car la question de la reprise demeure la plus centrale, du moins à court terme. En cas d'approbation, on le sait, les championnats reprendront le week-end des 19, 20 et 21 juin. Il restera alors treize journées à disputer, probablement jusqu'au premier week-end d'août, avant le barrage entre le 9e de Super League et le 2e de Challenge League la semaine suivante.

Alors que le Conseil fédéral a donné son feu vert à la reprise des compétitions mercredi, presque tous les obstacles sont tombés. Presque. "Tout le monde serait content, sauf quatre équipes qui sont dans une situation de crise", observe Michele Campana. Référence aux quatre derniers de Super League: Lugano, Sion, Neuchâtel Xamax et Thoune, a priori tous opposés. Et puis, les conditions de reprise ne conviennent pas à tous: les matchs à huis clos (ou devant 300 spectateurs, selon les prescriptions du Conseil fédéral) représentent une perte sèche pour les finances des clubs.

La tendance reste du moins à une approbation de ce plan de reprise. Cela permettrait de trouver une équité sportive: le classement final sera établi, avec un champion désigné et le nom des qualifiés en Coupe d'Europe. Pareil pour les promus en Super League. Côté relégation, le suspense durera encore jusqu'au bout de l'Assemblée. Sauf retournement de situation, on jouera pendant l'été. Pour la suite, c'est un autre débat.

Quelle formule la saison prochaine?

Le comité de la SFL, composé notamment de dirigeants de Bâle, Young Boys, Zurich ou Saint-Gall, a une certaine influence. Puisqu'il a la compétence de décider de l'ordre du jour, il a estimé qu'il fallait en premier lieu voter sur la poursuite de la saison. Un choix qui ne sera pas sans incidence. Car il s'agira également de se prononcer ensuite, sur proposition du Lausanne-Sport, sur la formule des deux premières divisions pour la saison 2020-21.

Pour rappel, un passage à douze équipes en Super League, selon la formule dite écossaise, a été retoqué en avril par les clubs, alors qu'une majorité qualifiée était nécessaire. Qu'en est-il cette fois? Rebelote. La SFL a fait savoir aux clubs qu'un tel changement de règlement nécessitait les deux tiers des votes, soit quatorze voix.

Lausanne, leader de Challenge League et proactif dans ce combat, espérait qu'une majorité simple soit suffisante. "Les règles ont été changées par le comité, regrette Stefan Nellen, vice-président du LS. Mais nous prônons une formule qui donne du répit aux clubs compte tenu de la situation. Une Super League à douze l'année prochaine, donc sans relégation cette saison, et une Challenge League à huit, permettent d'atteindre cet objectif."

Sauf que plusieurs pensionnaires de deuxième division ne sont pas vraiment convaincus par la formule. Car avec huit clubs, l'antichambre de la Super League perdrait une grande partie de son intérêt. "On deviendrait un championnat +nain+, juge Vartan Sirmakes, président de Stade-Lausanne-Ouchy. Il y aurait un déséquilibre entre Super League et Challenge League."

Sans parler des modes de championnat, qui devraient mécaniquement être revus. 12 clubs et quatre tours en Super League? Cela représenterait un championnat à 44 journées. C'est beaucoup, d'autant plus si les treize derniers matchs de la saison actuelle sont disputés pendant l'été. Seulement trois tours et donc 33 matchs? "La solution idéale n'existe pas, accepte Nellen. Mais il faut chercher la moins mauvaise et c'est le moment de changer." Il sera compliqué toutefois d'aller chercher treize autres votes, alors que plusieurs clubs puissants y sont opposés.

Pas de transferts?

Mais en traitant ces questions prioritaires, les clubs évoqueront également d'autres thèmes directement liés. Le plus bouillant concerne les contrats de joueurs, qui se terminent généralement au 30 juin. Autrement dit, certains joueurs pourraient ne pas avoir à finir la saison dans le club où ils évoluent actuellement, ou alors celui-ci devrait trouver une solution pour prolonger de deux mois le bail.

Dans la même veine, la SFL, sur recommandation de la FIFA, n'est pas prête à qualifier en cours de saison des joueurs qui signeraient dans un nouveau club. Le cas Serey Dié, débauché en fin de contrat à Xamax par Sion, sera emblématique de la situation. Pourra-t-il terminer la saison sous ses nouvelles couleurs? A priori non, selon la seule variante que propose la SFL aux clubs. Celle-ci est d'ailleurs directement liée à la reprise. Si cette dernière est votée, alors cela devrait se faire selon les prescriptions de la ligue.

Prévue à 10h30, l'Assemblée générale de vendredi n'aura rien d'une formalité. Cela promet quelques accrochages et des discussions prêtes à se prolonger jusqu'au dernier moment. La journée des longs couteaux du football suisse.

Continuer la lecture
1 commentaire

1 commentaire

  1. Notification automatique: Swiss football will finally lift the veil on its future | En24 News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Coupe de la Ligue anglaise: les Reds iront à Wembley

Publié

le

Diogo Jota inscrit de belle manière son deuxième but (© KEYSTONE/AP/Matt Dunham)

Liverpool s'est qualifié pour la finale de la Coupe de la Ligue anglaise. Les Reds ont battu Arsenal 2-0 en demi-finale retour à Londres grâce à un doublé de Diogo Jota (19e/77e).

L'attaquant portugais, qui a marqué sur deux assists d'Alexander-Arnold, a ainsi pris le relais de Salah et Mané, absents pour cause de CAN. Liverpool aurait même pu l'emporter de manière plus nette en concrétisant plusieurs occasions favorables.

Après le 0-0 qui avait sanctionné le match aller à Anfield Road, Liverpool a retrouvé un jeu offensif bien plus inspiré contre des Gunners assez inoffensifs et privés de Granit Xhaka, suspendu. Arsenal a fini à dix après l'expulsion de Partey (90e), qui n'était sur la pelouse que depuis la 74e...

Les Reds affronteront Chelsea en finale à Wembley le 27 février.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

20 km à Anterselva: Weger aux portes du top 10

Publié

le

Benjamin Weger n'a manqué que deux cibles (© KEYSTONE/EPA/ANTONIO BAT)

Benjamin Weger a effectué un retour convaincant en Coupe du monde après une pause forcée due au Covid-19. Le routinier valaisan s'est classé 11e dans l'épreuve individuelle sur 20 km à Anterselva.

Dans des conditions difficiles, Weger a manqué deux cibles et donc encaissé autant de minutes de pénalité. Il s'est montré aussi assez bon sur les skis et a donc terminé aux portes du top 10.

Deux autres Suisses ont pu se mettre en évidence. Niklas Hartweg a signé le meilleur résultat de sa carrière en prenant la 17e place, alors que Sebastian Stalder a fini 26e. Tous deux ont également touché 18 des 20 cibles.

20/20

Un seul homme a réussi un 20/20 au pas de tir, en l'occurrence le Russe Anton Babikov. Cela lui a permis de signer son deuxième succès en Coupe du monde devant le Norvégien Tarjei Boe et un autre Russe, Said Karimulla Khalili.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

FC Barcelone: Ousmane Dembelé doit partir immédiatement

Publié

le

Ousmane Dembele: ses jours à Barcelone semblent désormais comptés. (© KEYSTONE/EPA EFE/ALEJANDRO GARCIA)

Le divorce semble consommé: en fin de contrat en juin au FC Barcelone, Ousmane Dembelé "doit partir immédiatement" du club catalan, déclare le directeur sportif du Barça Mateu Alemany.

"Il nous semble évident que le joueur ne veut pas continuer à Barcelone et s'impliquer dans le futur projet du Barça. Dans ces conditions, nous lui avons donc dit à lui et à ses agents qu'il devait partir immédiatement", précise Mateu Alemany aux médias du club catalan.

Champion du monde en 2018, Ousmane Dembelé (24 ans) évolue au FC Barcelone depuis l'été 2017. Il n'a jamais vraiment pu donner sa pleine mesure sous le maillot catalan en raison de multiples blessures.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Nico Hischier marque mais perd

Publié

le

Nico Hischier (13) face à Janis Moser: le dernier mot reviendra au Biennois d'Arizona. (© KEYSTONE/AP/Adam Hunger)

Malgré l'ouverture du score de Nico Hischier, New Jersey s'est incliné 4-1 sur sa glace face à Arizona. Les Devils concèdent une troisième défaite de rang qui les éloigne encore plus des play-off.

Le capitaine a trouvé le chemin des filets pour la huitième fois de la saison sur une séquence de power play à la 7e minute. Mais les Coyotes avec un Janis Moser aligné durant 16'39'' pour un bilan neutre, ont renversé la situation dans le tiers médian grâce à des réussites de Dysin Mayo, de Lawson Crouse et de Travis Boys.

Janis Moser a disputé jeudi son onzième matche avec Arizona pour une cinquième victoire. Les chiffres ne mentent pas: l'apport du défenseur biennois s'avère précieux pour une formation qui n'était pas vraiment habituée à gagner près d'un match sur deux.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Lausanne doit se trouver une identité

Publié

le

Joël Genazzi très critique envers son jeu contre Genève (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Face à Genève, Lausanne a obtenu un point chanceux (défaite 4-3 ap). Dominés et très empruntés pour poser leur jeu, les Vaudois ont donné le sentiment d'y aller au feeling, sans plan d'attaque.

"Honnêtement, je ne sais pas comment on a pu prendre un point, on n'était pas terrible et Genève a bien joué." Ces mots de Joël Genazzi ont le mérite d'être forts, mais ils résument bien ce qui a transpiré de la performance des Lions mardi soir aux Vernets. Une impression de jeu sans véritable schéma identifiable, comme un livre sans fil rouge.

"De mon point de vue de défenseur, je n'ai jamais vraiment eu le sentiment qu'on pouvait gagner ce match, mais tout d'un coup c'était 2-2 puis 3-3, raconte le numéro 79 lausannois. Alors c'était plutôt positif. Notre jeu en 2022 est assez simple. Mais je pense que ce qui n'a pas fonctionné, c'est la connexion entre les attaquants et les défenseurs. On n'a pas bénéficié du support dont on avait besoin. Si tu n'as pas le travail avant de récupérer le puck, c'est difficile parce que tu n'as pas d'options pour faire une passe. Ou alors une seule, et Genève va pouvoir lire ça."

Merci à Glauser

Le Lausannois ajoute encore une composante essentielle à son analyse: "En jouant de la sorte, tu te fatigues davantage en zone de défense. Et lorsque tu récupères le puck, tu vas chercher avant tout à le sortir pour pouvoir changer et non pas pour tenter de créer quelque chose dans la zone adverse."

Quand on lui rappelle que Lausanne possède plusieurs hommes capables de monter le puck depuis les bases arrière, Joël Genazzi coupe rapidement: "Vous pouvez avoir Tömmernes et Josi. Sans support, impossible d'aller seul contre cinq gars. On doit avoir un meilleur contrôle de l'espace, histoire de réagir si l'adversaire dumpe le puck en fond de zone par exemple."

Toujours très critique envers sa propre performance, le partenaire d'Andrea Glauser sur la glace n'a pas apprécié son effort du soir: "Franchement, je ne me sens pas bien après ce match. En zone d'attaque j'étais bien, j'ai fait des jeux, j'ai tiré et délivré des passes. Mais en défense, heureusement que Glauser m'a aidé, parce que c'était pas ça."

Pas de JO pour Joël

Alors que Christoph Bertschy a reçu le fameux coup de fil de Patrick Fischer lui annonçant qu'il était sélectionné pour les JO, le portable de Joël Genazzi est resté muet. Mais le défenseur des Lions ne s'en offusque pas: "Fischi avait eu la correction de m'appeler avant Riga l'an dernier pour me dire qu'il ne me prendrait pas, alors qu'il n'y avait pas eu de compétition pendant deux ans. Là, je savais qu'avec mon début de saison je n'allais pas être appelé."

Et Genazzi de conclure: "Je me suis fait avoir il y a quatre ans parce que les plus âgés avaient été convoqués. Je pense donc que c'est mieux de faire confiance aux jeunes et de ne pas recommettre la même faute. Mais depuis que je le sais, je n'ai plus la pression et ça va mieux, je ne sais pas comment l'expliquer. A mon âge, quand il y a la pause de l'équipe nationale, tu peux planifier un truc en famille ou avec ta copine. J'étais souvent sur le ballant à ne pas savoir si j'y allais ou pas jusqu'au dernier moment. De ne plus avoir ça, ça m'aide à être plus tranquille."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Bélier

Vos buts se modifient. Il importe de bien saisir les enjeux d'une telle disposition : séminaires, stages, études sont favorisés…

Les Sujets à la Une

X