Rejoignez-nous

Suisse

Keller-Sutter candidate au Conseil fédéral

Publié

,

le

Candidate malheureuse en 2010 face à Johann Schneider-Ammann, Karin Keller-Sutter (PLR/SG) se lance à nouveau dans la course au Conseil fédéral, pour lui succéder, cette fois-ci (archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Karin Keller-Sutter (PLR/SG) se lance dans la course au Conseil fédéral. La présidente du Conseil des Etats l’a annoncé mardi après-midi dans son fief de Wil (SG). La St-Galloise brigue l’investiture libérale-radicale pour la succession de Johann Schneider-Ammann.

« Après avoir consulté mon mari, ma famille, mes amis et mes compagnons de route politiques la semaine dernière, j’ai décidé, après mûre réflexion, de me mettre à la disposition de mon parti pour une candidature à l’élection au Conseil fédéral », a déclaré Karin Keller-Sutter aux médias. « Ce serait un honneur et une joie de représenter mon canton et la Suisse orientale au gouvernement. »

Agée de 54 ans, Karin Keller-Sutter siège à la Chambre des cantons depuis sept ans. Elle est considérée comme la favorite de cette élection. Les pressions sont fortes pour que son parti mise sur un ticket unique portant son nom.

Dame de fer adoucie et bilingue

Ministre st-galloise de la sécurité de 2000 à 2012, elle a fait acte de candidature une première fois au Conseil fédéral en 2010, pour succéder à l’Appenzellois Hans-Rudolf Merz. Sa défaite face à Johann Schneider-Ammann constituait alors une surprise. Championne de la promotion des femmes, la gauche a pourtant préféré soutenir l’entrepreneur face à la « dame de fer » en matière d’immigration.

Aujourd’hui, la gauche ne considère plus Karin Keller-Sutter comme une alliée de l’UDC. Le binôme st-gallois qu’elle compose au Conseil des Etats avec le président de l’USS Paul Rechsteiner s’illustre par son harmonie et son pragmatisme. La libérale-radicale a convaincu des parlementaires en dehors des rangs de son parti en s’attaquant à des dossiers comme la santé ou l’UE.

Parfaitement bilingue, Karin Keller-Sutter a suivi une partie de sa scolarité à Neuchâtel. Interprète et traductrice, puis enseignante dans une école professionnelle, elle dispose d’un bagage universitaire en sciences politiques et en pédagogie.

Deux papables renoncent

Au sein du PLR, deux autres candidats potentiels ont déjà renoncé à se lancer dans la course au gouvernement. Le conseiller aux Etats appenzellois des Rhodes-Extérieures Andrea Caroni a jeté l’éponge la semaine dernière, invoquant une charge de travail incompatible avec ses responsabilités familiales.

Il a même plaidé en faveur d’une candidature de sa collègue Karin Keller-Sutter. « Notre gouvernement a besoin d’une présence plus forte de la Suisse orientale, de femmes et surtout de personnalités fortes et compétentes », avait-il expliqué.

Autre personnalité pressentie au PLR, la ministre zurichoise de l’économie Carmen Walker Späh ne veut pas non plus devenir conseillère fédérale. Elle explique son refus par ses fonctions au gouvernement zurichois.

(ATS / KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Ex-Sergent de l’armée coupable d’avoir servi une armée étrangère

Publié

le

Les débats ont été dirigés par le colonel Mario Bazzi (au centre). (©KEYSTONE/TI-PRESS/ALESSANDRO CRINARI)

Le Tribunal militaire a condamné vendredi à Bellinzone un ex-sergent de l’armée suisse à une peine de 90 jours-amende à 50 francs la journée, avec sursis pendant trois ans, et à 500 francs d’amende. Il avait servi dans une milice chrétienne syrienne.

La cour, présidée par le colonel Mario Bazzi, s’est montrée plus indulgente que l’accusation. Elle a reconnu les motifs humanitaires qui ont poussé ce Tessinois de 37 ans, d’origine turque araméenne, à prendre le chemin de la Syrie en 2011 après le printemps arabe.

Tout en comprenant les raisons personnelles du prévenu à vouloir défendre sa communauté chrétienne-araméenne de l’avancée de l’Etat islamiste, la cour a estimé qu’en servant au sein d’une milice syrienne de 2013 à 2015, il avait violé l’article 94 du code pénal militaire. Le prévenu s’est donc rendu coupable d’affaiblissement de la force défensive du pays pour avoir servi dans une armée étrangère « sans le consentement du Conseil fédéral ».

La peine requise par l’accusation, 180 jours-amende et 2500 francs d’amende, a été revue à la baisse en considération des circonstances atténuantes retenues par la cour. « Il s’agit d’un cas isolé qui ne doit pas en faire un exemple » a lancé le colonel Mario Bazzi. L’ex-sergent devra s’acquitter d’un tiers des frais de la cause, fixés à 3293 francs, le reste étant mis à la charge de la Confédération.

Acquittés sur le recrutement

L’ex-sergent et son cousin, co-inculpé, ont en revanche tous deux été acquittés des accusations de recrutement et tentative de recrutement de ressortissants suisses pour une armée étrangère. La cour n’a pas été en mesure d’évaluer l’importance de la publication de photos, vidéos et autre matériel de propagande sur le profil Facebook du co-inculpé, un Tessinois de 30 ans lui aussi d’origine araméenne.

Le tribunal a en fait établi qu’aucun ressortissant suisse n’a jamais pris le chemin de la Syrie à la suite de ces appels.

Histoire personnelle dramatique

Le procès, qui a débuté mercredi, a été pris d’assaut par la nombreuse diaspora araméenne accourue du Tessin et du reste de la Suisse. Au terme des débats, le public a laissé éclater sa joie, entonnant des chants dans la salle d’audience.

Interrogé par l’agence de presse Keystone-ATS, l’avocat de l’ex-sergent Me Yasar Ravi, de Lugano, a indiqué qu’il allait néanmoins recourir contre le verdict : « J’avais requis l’acquittement sur toute la ligne, mon client a été condamné pour violation de l’article 94 du code pénal militaire, nous allons donc faire appel ».

L’histoire personnelle de l’ex-sergent, actif actuellement entre le Tessin et le nord de l’Irak pour une association humanitaire, est tragique: son père, lui aussi parti en Syrie en 2011 pour prêter main forte à son peuple, y a été arrêté en août 2013. Depuis, sa famille est sans nouvelles.

« Nous avons tenté toutes les voies: le Département fédéral des affaires étrangères, les ambassades, les organisations humanitaires, mais en vain », conclut l’avocat Ravi.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Suisse

Une start-up suisse qui mise tout sur l’hydrogène

Publié

le

Active dans le stockage d’énergie, une start-up suisse mise tout sur l’hydrogène. Elle s’appelle GRZ Technologies et elle est issue de l’EPFL Valais. Le stockage d’énergie, notamment sous forme d’hydrogène, est une des technologies les plus prometteuses.

Deux constats. Le premier, l’énergie, qu’elle soit solaire, éolienne ou hydraulique, ne produit pas toujours de l’électricité lorsqu’on en a besoin, pour faire tourner une pompe à chaleur, une machine ménagère ou recharger une voiture électrique. Le deuxième, les batteries standards sont coûteuses et polluantes à fabriquer.

Le défi, dès lors, est de trouver un moyen meilleur marché de stocker de manière plus écologique et durable tout excès d’énergie. Pour ce faire, l’excès d’énergie est transformé en hydrogène. Hydrogène qui est ensuite stocké, dans un réservoir par exemple. Il peut alors être injecté dans un réseau et être utilisé directement sous forme de carburant. Il peut aussi être reconverti en électricité au moyen d’une pile à combustible. L’énergie peut ainsi être utilisée la nuit ou en hiver. Le hic, stocker de l’hydrogène à haute pression dans une bonbonne est à la fois volumineux et dangereux.

GRZ Technologies a élaboré une nouvelle façon innovante de stocker l’hydrogène : lier l’élément chimique à de la poudre métallique.

Pamela Canjura, étudiante en Master de génie chimique, travaille pour la société :

Pamela Canjura
GRZ Technologies
Pamela Canjura GRZ Technologies

Et Pamela Canjura l’affirme, produire ce système de stockage d’hydrogène est moins coûteux qu’une batterie standard en termes d’énergie grise :

Pamela Canjura
GRZ Technologies
Pamela Canjura GRZ Technologies

A court terme, GRZ Technologies souhaite collaborer avec les réseaux de distribution d’électricité. A plus petite échelle, les cabanes de montagne sont une cible :

Pamela Canjura
GRZ Technologies
Pamela Canjura GRZ Technologies

GRZ Technologies veut aller plus loin encore, produire un système de stockage d’hydrogène pour particuliers :

Pamela Canjura
GRZ Technologies
Pamela Canjura GRZ Technologies

GRZ Technologies est basée à Sion, en Valais.

Crédit Photo : EPFL

Continuer la lecture

Suisse

Elections fédérales : PLR et PS au coude-à-coude derrière l’UDC

Publié

le

Avant d'opter pour un parti, les Suisses regardent la position qu'il adopte sur la question européenne. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le « ticket vert » continue de gagner du terrain neuf mois avant les élections fédérales, selon le baromètre électoral de la SSR. L’UDC perd des points, mais reste le premier parti de Suisse, suivi par le PS et le PLR au coude-à-coude pour la 2e place.

Après le coup de frein subi par le « ticket vert » lors des élections de 2015, celui-ci a de nouveau le vent en poupe, crise climatique oblige. Les intentions de vote en leur faveur se sont encore renforcées depuis le dernier baromètre d’octobre.

Les Verts enregistrent la plus forte hausse avec +2,4 points de pourcentage et 9,5% d’intentions de vote. Le parti n’en est ainsi qu’à un dixième de point de son résultat record de 2007.

Les Vert’libéraux (PVL) suivent. Pour l’instant, 6,4% des électeurs choisissent ce parti, soit une hausse de 1,8 point par rapport aux élections de 2015.

UDC: 27% d’intentions de vote

L’UDC perd 2,4 points de pourcentage, mais reste clairement le premier parti de Suisse avec 27% d’intentions de vote. Derrière lui, la lutte est serrée pour la deuxième place.

Le PLR et le PS sont tous deux à 17,4%. Les chances que le PLR atteigne son objectif de dépasser le PS restent intactes, même s’il enregistre une hausse plutôt modeste de 1%, selon le sondage électoral actuel.

PS en baisse

C’est surtout le PS qui fait moins bien. Un recul de -1,4 point est enregistré par rapport au dernier baromètre électoral où il était à +0,5 point.

De son côté, le PDC peut respirer. Sa part électorale est de 11,3%, à peine inférieure à son résultat de 11,6% aux élections de 2015. Le PDC n’a cessé de perdre des plumes aux élections fédérales depuis 1979, à une exception près.

L’autre parti du centre bourgeois n’a quant à lui guère de raisons d’espérer. Le PBD en est à 3,3%, soit un recul de 0,8 point.

Pas de bascule attendue

Les intentions de vote actuelles ne compensent que partiellement le glissement du Parlement à droite de 2015. Toutefois, selon les auteurs de l’étude, il en faut peu pour faire basculer la majorité de 101 sièges sur 200 au Conseil national, détenue actuellement par l’UDC et le PLR.

Le sondage montre à ce stade un léger transfert des forces politiques de la droite vers la gauche. L’UDC et le PLR, les deux partis les plus forts à droite, perdent 1,4 point de pourcentage alors que le PS et les Verts gagnent ensemble un point. Mais les gains des Verts sont relativisés par les pertes du PS et les pertes de l’UDC par les gains du PLR.

Le centre sous pression a légèrement pu remonter dans le baromètre. Les gains du PVL compensent les pertes plutôt modérées en points de pourcentage du PBD et du PDC.

La santé, l’UE et le climat

Près d’un sondé sur deux (47%) considère que les coûts de l’assurance-maladie et du système de santé sont l’un des défis majeurs à relever en politique fédérale. Les relations avec l’UE grimpent aussi dans les préoccupations des Suisses, passant de 28% à 47% depuis le dernier baromètre en automne.

Vient ensuite la question climatique, qui a gagné du terrain ces derniers mois passant de 30% à 38%. Cette préoccupation a d’ailleurs éjecté du podium la réforme de la prévoyance vieillesse. Selon les chercheurs, cela indique que la perception des problèmes par la population est aussi fortement marquée par le programme politique du Conseil fédéral et du Parlement.

Les chercheurs ont encore voulu savoir quels sujets poussent un électeur à élire un représentant de tel ou tel parti. C’est actuellement la question européenne qui est la plus déterminante en la matière.

Ce sondage en ligne a été mené du 1er au 7 février auprès de 12’085 électeurs. Grâce à une pondération, sa représentativité est jugée comparable à celle d’un échantillonnage aléatoire, avec une marge d’erreur de +/-1,5%.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Suisse

Du soutien pour les PME qui allient innovation et durabilité

Publié

le

« Protéger le climat. Promouvoir les PME ». C’est la devise de la Fondation Suisse pour le Climat. Elle a été créée en 2008 par des prestataires de services tels que des banques, des assurances et des sociétés de conseil.

Depuis plus de dix ans maintenant, la Fondation Suisse pour le Climat soutient des projets de petites et moyennes entreprises qui contribuent à la protection du climat. Soit par le biais d’économies d’énergie au sein de l’entreprise, soit par le développement de produits favorables à l’environnement. En Suisse et au Liechtenstein, 1’400 PME ont ainsi pu bénéficier de plusieurs millions de francs de subsides. Premier secteur visé, celui de l’innovation.

Vincent Eckert, directeur de la Fondation Suisse pour le Climat :

Vincent Eckert
Fondation Suisse pour le Climat
Vincent Eckert Fondation Suisse pour le Climat

Deuxième secteur, celui de l’efficience énergétique :

Vincent Eckert
Fondation Suisse pour le Climat
Vincent Eckert Fondation Suisse pour le Climat

De nature optimiste, Vincent Eckert est persuadé que tous les gestes comptent, à grande ou à plus petite échelle :

Vincent Eckert
Fondation Suisse pour le Climat
Vincent Eckert Fondation Suisse pour le Climat

Plus d’informations sur la Fondation Suisse pour le Climat.

Continuer la lecture

Suisse

Dépolluer la nature et la régénérer sans intervention chimique

Publié

le

Dépolluer un élément naturel et le régénérer, sans intervention chimique. C’est le savoir-faire de Bioma, une entreprise suisse basée au Tessin.

Bioma est active dans trois grands domaines, l’agriculture, l’élevage et la dépollution des environnements. L’entreprise travaille dans plusieurs pays européens, aux Etats-Unis aussi et au Mexique. En Suisse, 700 fermes font partie de ses clients. Objectifs : restaurer ou renforcer l’équilibre microbiologique de l’exploitation.

Les explications de Paolo Bassanini, CEO de Bioma :

Paolo Bassanini
CEO Bioma
Paolo Bassanini CEO Bioma

Bioma, sans intervention chimique, soutient donc le travail entrepris naturellement par les sols eux-mêmes :

Paolo Bassanini
CEO Bioma
Paolo Bassanini CEO Bioma

En parlant de fermes qui pratiquent l’élevage, Bioma est capable d’éliminer les émissions d’ammoniac provenant des stabulations bovines. La santé des êtres humains et des animaux ainsi que la productivité des bêtes sont améliorées selon Paolo Bassanini :

Paolo Bassanini
CEO Bioma
Paolo Bassanini CEO Bioma

Soutenabilité environnementale et soutenabilité économique sont ainsi réunies:

Paolo Bassanini
CEO Bioma
Paolo Bassanini CEO Bioma

Bioma et ses produits naturels soutiennent donc une vision durable de l’agriculture et de l’élevage, permettant à la fois de préserver l’environnement et de nourrir la planète. C’est le credo de Bioma et de son CEO Paolo Bassanini :

Paolo Bassanini
CEO Bioma
Paolo Bassanini CEO Bioma

Plus d’informations sur Bioma

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Lion

Vous conjuguerez parfaitement sagesse et décontraction tout au long de ce samedi. Dégustez ces instants à la petite cuillère…

Publicité

Les Sujets à la Une

X