Rejoignez-nous

Suisse

Keller-Sutter candidate au Conseil fédéral

Publié

,

le

Candidate malheureuse en 2010 face à Johann Schneider-Ammann, Karin Keller-Sutter (PLR/SG) se lance à nouveau dans la course au Conseil fédéral, pour lui succéder, cette fois-ci (archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Karin Keller-Sutter (PLR/SG) se lance dans la course au Conseil fédéral. La présidente du Conseil des Etats l’a annoncé mardi après-midi dans son fief de Wil (SG). La St-Galloise brigue l’investiture libérale-radicale pour la succession de Johann Schneider-Ammann.

« Après avoir consulté mon mari, ma famille, mes amis et mes compagnons de route politiques la semaine dernière, j’ai décidé, après mûre réflexion, de me mettre à la disposition de mon parti pour une candidature à l’élection au Conseil fédéral », a déclaré Karin Keller-Sutter aux médias. « Ce serait un honneur et une joie de représenter mon canton et la Suisse orientale au gouvernement. »

Agée de 54 ans, Karin Keller-Sutter siège à la Chambre des cantons depuis sept ans. Elle est considérée comme la favorite de cette élection. Les pressions sont fortes pour que son parti mise sur un ticket unique portant son nom.

Dame de fer adoucie et bilingue

Ministre st-galloise de la sécurité de 2000 à 2012, elle a fait acte de candidature une première fois au Conseil fédéral en 2010, pour succéder à l’Appenzellois Hans-Rudolf Merz. Sa défaite face à Johann Schneider-Ammann constituait alors une surprise. Championne de la promotion des femmes, la gauche a pourtant préféré soutenir l’entrepreneur face à la « dame de fer » en matière d’immigration.

Aujourd’hui, la gauche ne considère plus Karin Keller-Sutter comme une alliée de l’UDC. Le binôme st-gallois qu’elle compose au Conseil des Etats avec le président de l’USS Paul Rechsteiner s’illustre par son harmonie et son pragmatisme. La libérale-radicale a convaincu des parlementaires en dehors des rangs de son parti en s’attaquant à des dossiers comme la santé ou l’UE.

Parfaitement bilingue, Karin Keller-Sutter a suivi une partie de sa scolarité à Neuchâtel. Interprète et traductrice, puis enseignante dans une école professionnelle, elle dispose d’un bagage universitaire en sciences politiques et en pédagogie.

Deux papables renoncent

Au sein du PLR, deux autres candidats potentiels ont déjà renoncé à se lancer dans la course au gouvernement. Le conseiller aux Etats appenzellois des Rhodes-Extérieures Andrea Caroni a jeté l’éponge la semaine dernière, invoquant une charge de travail incompatible avec ses responsabilités familiales.

Il a même plaidé en faveur d’une candidature de sa collègue Karin Keller-Sutter. « Notre gouvernement a besoin d’une présence plus forte de la Suisse orientale, de femmes et surtout de personnalités fortes et compétentes », avait-il expliqué.

Autre personnalité pressentie au PLR, la ministre zurichoise de l’économie Carmen Walker Späh ne veut pas non plus devenir conseillère fédérale. Elle explique son refus par ses fonctions au gouvernement zurichois.

(ATS / KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

La corruption reste un problème en Suisse

Publié

le

Les scandales de corruption touchant les fédérations sportives en Suisse, comme celui de la FIFA, dont plusieurs dirigeants ont été arrêtés dans un hôtel à Zurich, ternissent l'image de la Suisse, selon Transparency International (archives). (©KEYSTONE/AP/MICHAEL PROBST)

La Suisse ne peut dresser qu’un bilan mitigé en matière de lutte contre la corruption, regrette Transparency International dans un communiqué vendredi. Une situation « indigne » qui appelle à des mesures urgentes.

La Suisse ne fait pas partie des bons élèves dans la lutte contre la corruption. « Les nombreuses failles dans son dispositif de prévention et les scandales qui ont éclaté récemment devraient enfin nous faire prendre conscience que chaque affaire de corruption est une affaire de trop », souligne Eric Martin, président de Transparency International Suisse.

Selon l’ONG, la Suisse est touchée par une série de problème de corruption, dont notamment des frais excessifs et cadeaux inappropriés offerts à des agents publics, l’opacité du financement de la vie politique, des failles du dispositif antiblanchiment d’argent ou des insuffisances relevées dans le domaine des entreprises et des fédérations sportives internationales.

Confiance indispensable

Dans les cas touchant « des agents publics impliqués, un simple indice de corruption est déjà nuisible à lui seul », prévient M.Martin. Ces cas risquent de remettre en question « la confiance dans nos institutions, indispensable au bon fonctionnement de toute démocratie. »

Transparency International appelle donc à la mise en place de mesures urgentes. Elle demande entre autre une stratégie globale de lutte anti-corruption, une amélioration de la loi sur le blanchiment d’argent, un code de conduite contraignant pour les responsables politiques, ainsi que la transparence du financement de la vie politique et un meilleur contrôle des fédérations sportives internationales ayant leur siège en Suisse.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Suisse

Les avions de combat soumis au peuple

Publié

le

Le peuple suisse devra se prononcer rapidement sur l'achat de nouveaux avions de combat (archives). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Parlement veut soumettre au peuple la question de l’acquisition des avions de combat. Après le National, le Conseil des Etats a adopté par 22 voix contre 18 une motion du groupe bourgeois-démocrate en ce sens.

Le texte exige que le peuple suisse puisse se prononcer rapidement sur l’achat de nouveaux avions de combat. La question devrait être tranchée indépendamment du type d’avion, de la quantité et du coût du matériel, et s’effectuer dans le cadre du budget de l’armée.

S’ils ne contestent pas la nécessité de remplacer les avions actuels, les sénateurs se sont toutefois écharpés sur la voie à emprunter. Pour la majorité, l’adoption du texte renforce la démarche du Conseil fédéral.

Les acquisitions d’armement ne sont pas soumises à référendum. Toutefois, vu l’ampleur du renouvellement des moyens de protection, le gouvernement a choisi la voie d’un arrêté de planification soumis à référendum. Le projet mis en consultation porte sur 8 milliards et intègre la défense sol-air. Le Conseil fédéral doit bientôt décider s’il maintient le cap, après les critiques émises de tout bord.

Question rhétorique

Inquiets d’un nouveau refus après la votation sur les Grippen, les conservateurs ont poussé pour ne soumettre qu’une question de principe au peuple et le plus rapidement possible, soit avant les discussions sur l’acquisition elle-même au Parlement. Ils entendent ainsi éviter un débat de fond sur le nombre ou le prix de nouveaux avions.

Une position vivement critiquée. « Il faut solliciter le peuple au bon moment. Les Chambres doivent d’abord donner un visage à ces avions. Demander au peuple de voter sans savoir sur quoi, c’est aller un peu vite », a tenté de faire valoir Claude Hêche (PS/JU).

Et le Jurassien d’ajouter que la question posée est rhétorique. « Demander à quelqu’un de voter pour une armée opérationnelle dotée d’avions de combat modernes, c’est comme demander à quelqu’un s’il souhaite une voiture qui roule. »

Initiative populaire possible

D’autres sénateurs ont argumenté qu’un rejet de la motion pourrait être interprété comme une opposition à la votation populaire. Et les projets du Conseil fédéral pourraient être combattu par une initiative populaire, ce qui retarderait le processus d’acquisition et provoquant des surcoûts.

Un référendum sur une question de principe maintenant n’empêcherait pas une initiative populaire plus tard, une fois les types d’avions et leurs coûts définis, a fait remarquer le ministre de l’armée. Guy Parmelin a cependant jugé la possibilité faible.

Crainte d’un référendum financier

Pour Hans Wicki (PLR/NW), l’acceptation de la motion mène sur la voie du référendum financier. Pourquoi ne devrions-nous soumettre que les avions au peuple et pas l’artillerie par exemple, a-t-il lancé, appelant à rejeter le texte.

Un argument balayé par le conseiller fédéral. Ni le nombre d’avion, ni le prix, ni encore les détails des équipements ne seront soumis au vote, a souligné Guy Parmelin. « Il ne s’agit donc pas d’un référendum financier. Le Parlement garde toutes ses compétences. »

(ATS)

Continuer la lecture

Suisse

La presse salue l’élection de deux femmes au Conseil fédéral

Publié

le

Les deux nouvelles conseillères fédérales, la Valaisanne Viola Amherd (à droite) et la Saint-Galloise Karin Keller-Sutter, huitième et neuvième femmes à accéder au pouvoir en Suisse. (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Unanime, la presse suisse salue jeudi l’élection de deux femmes au Conseil fédéral. Mais, entre « symbole » et « hasard », elle s’interroge aussi sur la signification de l’arrivée au gouvernement des huitième et neuvième ministres élues de l’histoire suisse.

« Le plus réjouissant, dans la double élection de ce 5 décembre, réside toutefois dans la large reconnaissance non pas d’un genre, mais de compétences (nom féminin pluriel), écrit La Liberté, revenant sur les aptitudes des deux nouvelles ministres. Car la PLR saint-galloise Karin Keller Sutter et la PDC haut-valaisanne Viola Amherd « ont été choisies non pas en raison d’un quota, mais parce qu’elles ont convaincu plus que la concurrence masculine », souligne le Tages-Anzeiger.

Cet état de fait permettra, espère le journal zurichois, de porter un coup aux discours parfois tenaces sur la question du genre. Pour les publications romandes de Tamedia, cette double élection au premier tour ne doit en tout cas rien au hasard. Elle est un « symbole. Une leçon même que le parlement a voulu envoyer à la Suisse ».

Pour 24 Heures et la Tribune de Genève, « la représentativité des femmes fera désormais partie des règles non écrites des élections au Conseil fédéral ». Elle est « désormais aussi un des éléments de l’équation de la fameuse formule magique », lui fait écho Le Journal du Jura.

Romands surreprésentés

Plusieurs commentateurs, prudents, notent qu’il faudra attendre les élections fédérales de 2019 pour savoir si cette « parité retrouvée » « n’était malheureusement pas qu’un heureux hasard », comme le résume Le Quotidien jurassien. Et, d’ailleurs, estime La Liberté, ce retour à la normale est « imparfait »: « l’accès au gouvernement demeure réservé à des politiciennes sans enfants.

La présence des femmes au sommet ne va visiblement pas encore de soi, constate avant tout Le Temps. « La vraie jubilation viendra le jour où le choix des femmes s’imposera sans bataille, sans qu’on y pense, parce que les femmes, tout simplement, sont là, au même titre que les hommes ».

Le Quotidien Jurassien souligne également que la journée est aussi bonne pour la Suisse romande. « Les deux Alémaniques élues, parfaites bilingues, ont toutes deux la fibre latine ». Après tout la Haut-Valaisanne vient d’un canton majoritairement francophone.

Ce qui justement ne fait pas le beurre de la Luzerner Zeitung pour qui « les parlementaires ont manifestement accordé trop peu de poids à la ‘représentation appropriée’ des régions, inscrite dans la Constitution », rappelle le quotidien de Suisse centrale. Désormais, résume-t-il, la Suisse romande est surreprésentée.

Stabilité idéologique

Outre ce choix de femmes, lors de ce vote, « c’est plutôt une stabilité certaine qui s’est manifestée à Berne. Le vrai glissement à droite a déjà eu lieu avec le remplacement de Didier Burkhalter – qui n’avait pas molli sur certains principes – par un Ignazio Cassis plus sensible aux attentions des lobbies », lance depuis Genève Le Courrier.

La NZZ en convient en quelque sorte en rappelant que « ce sont deux bourgeoises qui ont été élues et à ce titre, on attend d’elles une politique allant dans ce sens ». Et les positions de deux nouvelles élues étant similaires à celles de leurs prédécesseurs, l’impact sur la politique du Conseil fédéral ne devrait dans les grandes lignes pas être énorme, complètent les journaux du groupe CH Media.

Ce changement de têtes, un « vent rafraîchissant » glisse le St.Galler Tagblatt, pourrait en revanche permettre d’améliorer la dynamique de l’exécutif. Le gouvernement dans sa nouvelle composition doit se trouver une voix forte, car « un Conseil fédéral uni qui défend ses solutions vent debout facilite le processus démocratique, estime le Bund. Et surtout s’il continue sur sa lancée, soit sans se coordonner et en s’appuyant sur un consensus minimal, il n’ira pas bien loin, prévient le quotidien bernois.

Qui prend quoi?

Cela pourrait passer par une redistribution des portefeuilles. Ainsi le Blick donnerait par exemple bien le département de la Défense à Karin Keller Sutter, histoire de reprendre le département des mains de l’UDC après 22 ans et un « bilan accablant ». La NZZ estime que les Finances et les Affaires étrangères resteront en mains respectives de Ueli Maurer et Ignazio Cassis. Un constat que partage le Journal du Jura.

En revanche, note ce dernier, les deux socialistes Simonetta Sommaruga et Alain Berset ainsi que l’UDC Guy Parmelin auront peut-être envie de changement. « Reste à savoir qui gagnera au petit jeu des chaises musicales… »

Continuer la lecture

Suisse

Viola Amherd et Karin Keller-Sutter élues au Conseil fédéral

Publié

le

Les noms des personnes qui succéderont à Johann Schneider-Ammann et Doris Leuthard au Conseil fédéral seront connus mercredi (archives) (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

L’Assemblée fédérale a élu mercredi deux femmes au Conseil fédéral. La PDC valaisanne Viola Amherd succédera à Doris Leuthard. Au PLR, Karin Keller-Sutter remplacera Johann Schneider-Ammann.

10h35: Z’graggen « très heureuse »

« Je suis aussi heureuse aujourd’hui. Je voudrais d’abord féliciter les nouvelles élues au Conseil fédéral. Je suis fière d’avoir trois femmes au gouvernement », a dit la candidate non-élue Heidi Z’graggen (PDC).

Je ne regrette pas du tout. C’était une expérience très riche, souligne l’Uranaise. Elle connaît désormais mieux les institutions de la Suisse, le Parlement et les parlementaires.

10h30: vers une valse des départements

Cette double élection au Conseil fédéral pourrait entraîner une large redistribution des départements. Le portefeuille de Doris Leuthard risque d’être très convoité et la vacance à l’Economie ouvre le jeu.

Rien n’assure à un nouveau conseiller fédéral de reprendre le dicastère laissé vacant par son prédécesseur. La tradition veut que les ministres déjà en poste puissent faire valoir leur préférence par ordre d’ancienneté. S’ils ne se mettent pas d’accord, les conseillers fédéraux votent.

Le Département de l’environnement, des transports, de l’énergie et la communication (DETEC) pourrait intéresser tous les partis. Les conseillers fédéraux socialistes pourraient vouloir laver l’affront fait au PS en 2010. Sous pression bourgeoise, le DETEC avait filé sous le nez du parti. Le département était aux mains de Moritz Leuenberger.

10h20: les compétences de Viola Amherd

« Viola Amherd sera une excellente ministre », estime Mathias Reynard (PS/VS). C’est une femme très compétente, malgré sa discrétion. Viola Amherd a su travailler avec efficacité. Cette élection est la « preuve que le travail ça paie », a souligné le Valaisan.

Le PLR valaisan Philippe Nantermod salue le « score extraordinaire » de Viola Amherd. Il a également souligné que ses excellentes relations avec le Parlement et sa prestation lors des hearings avec les groupes lui ont permis d’accumuler un nombre impressionnant de soutiens ces derniers jours.

De son côté, le conseiller national Yves Nidegger « regrette l’élection de Viola Amherd ». Selon lui, cette élection « va changer l’équilibre du Conseil fédéral. » En ce moment, entre conservateurs, pro-économie, anti-économie et progressistes, le gouvernement reflète bien l’équilibre du Parlement. Maintenant, « on va repartir vers la gauche ».

10h15: KKS prête à collaborer

En Suisse, on ne peut gagner qu’ensemble, a déclaré la nouvelle conseillère fédérale Karin Keller-Sutter, au moment d’accepter son élection. Il faut vouloir collaborer et trouver des solutions au-delà des frontières partisanes pour trouver une majorité auprès du peuple.

La politique européenne, sociale, fiscale, l’énergie ou l’environnement préoccupent les Suisses. Les solutions ne se trouvent pas en parfaite harmonie, mais par un dialogue constructif, a déclaré la libérale-radicale saint-galloise à la tribune de l’Assemblée fédérale après son élection.

« Dans notre pays, un seul être humain n’a qu’une influence limitée ». On ne peut résoudre les problèmes qu’ensemble, a-t-elle dit. Il en va de même au gouvernement. Karin Keller-Sutter a aussi relevé que son élection constitue la fin d’un chapitre difficile pour les femmes du PLR. Il aura fallu attendre près de 30 ans pour que l’une d’entre elles retrouve un fauteuil au gouvernement, la dernière étant Elisabeth Kopp.

10h15: des régions mieux représentées

Les différentes régions du pays seront désormais mieux représentées au sein du gouvernement. La Suisse orientale et l’Arc alpin ne sont plus laissés de côté. Avec le départ du PLR bernois Johann Schneider-Ammann, l' »Espace Mitteland » n’a plus que deux conseillers fédéraux: le Fribourgeois Alain Berset et la Bernoise Simonetta Sommaruga. Vaud est représenté par Guy Parmelin, Zurich par Ueli Maurer et le Tessin par Ignazio Cassis.

La Suisse orientale n’est plus laissée à l’écart, grâce à la PLR Karin Keller-Sutter. L’Arc alpin n’a pas été oublié. Pour la quatrième fois de l’histoire, le Valais est représenté au Conseil fédéral avec la démocrate-chrétienne Viola Amherd.

L’équilibre entre les langues au sein du Conseil fédéral reste quant à lui le même, soit quatre germanophones, deux francophones et un italophone.

10h05: un gouvernement rajeuni

L’arrivée de Karin Keller-Sutter, 54 ans, et de Viola Amherd, 56 ans, va légèrement rajeunir le Conseil fédéral. La moyenne d’âge va passer de 59 ans à 57 ans et 5 mois.

Ueli Maurer, 68 ans sera le doyen d’âge, Alain Berset, 46 ans, le benjamin. Simonetta Sommaruga a 58 ans, Guy Parmelin 59 ans, Ignazio Cassis 57 ans. Les démissionnaires Johann Schneider-Ammann et Doris Leuthard ont quant à eux soufflés respectivement 66 et 55 bougies.

10h00: Karin Keller-Sutter élue au premier tour

Pas de suspense pour l’élection au siège PLR. La conseillère aux Etats Karin Keller-Sutter a été élue dès le premier tour avec 154 voix sur 237.

09h40: le PLR a droit à son deuxième siège

Le groupe PLR est sans conteste la troisième force du Parlement. Notre droit à un deuxième siège est indiscutable, a déclaré Beat Walti (ZH) chef du groupe PLR avant l’élection du successeur de Johann Schneider-Ammann.

Les autres partis n’ont apparemment pas remis ce droit en question lors des auditions, s’est félicité le Zurichois. Le PLR a présenté deux candidats aux compétences confirmées, mais aux orientations politiques différentes. Tous deux s’engageront pour des institutions fortes qui fonctionnent.

09h40: quatrième fois pour le Valais

C’est la quatrième fois de l’histoire que le Valais est représenté au Conseil fédéral. La démocrate-chrétienne a la même appartenance partisane que le premier représentant du canton au gouvernement Josef Escher, qui a siégé au Conseil fédéral de 1950 jusqu’à son décès fin 1954.

Tout comme lui, Viola Amherd vient du Haut-Valais. Les deux autres ministres étaient romands: le PDC Roger Bonvin (1962-1973) et le radical Pascal Couchepin (1998-2009).

09h30: favoriser les compromis

La nouvelle conseillère fédérale Viola Amherd veut préserver la voie du compromis au sein du gouvernement. « Je suis consciente de la tâche qui m’incombe et je l’accomplirai avec sincérité et collégialité », a-t-elle dit après son élection à la tribune de l’Assemblée fédérale.

« C’est un grand honneur pour moi et mon canton », a-t-elle ajouté. La démocrate-chrétienne valaisanne s’est dite prête à relever le mandat pour lequel elle a été élue en favorisant des solutions pragmatiques et efficaces pour la Suisse et ses habitants. « Je promets que je ferai tout pour relever les défis et servir notre pays ».

09h20: Viola Amherd élue au premier tour

Viola Amherd remplacera Doris Leuthard au Conseil fédéral. L’Assemblée fédérale a élu au premier tour la conseillère nationale valaisanne par 148 voix sur 240 bulletins valables.

Heidi Z’graggen obtient 60 voix. Dix-sept voix sont allées au président du PDC suisse Gerhard Pfister. Il y a eu quinze voix éparses. L’ancienne présidente de la ville de Brigue a accepté son élection.

09h00: le PDC défend ses candidates

Le PDC tient à la formule magique et a droit à un siège au Conseil fédéral, a rappelé mercredi le président du groupe démocrate-chrétien Filippo Lombardi (TI). Il a procédé sérieusement au choix des candidats qu’il présente.

Les deux candidates sont de haute qualité et sont toutes deux aptes à occuper la fonction de conseillère fédérale, a dit M. Lombardi. Le PDC en appelle donc au respect de la concordance et au respect de son choix: la conseillère nationale valaisanne Viola Amherd et la conseillère d’Etat uranaise Heidi Z’graggen.

08h55: début de la procédure de vote

Les conseillers fédéraux ont quitté la salle du Conseil national, la procédure de vote va pouvoir débuter. Le premier scrutin concerne la succession de Doris Leuthard. L’Assemblée fédérale devra trancher entre la Valaisanne Viola Amherd et l’Uranaise Heidi Z’graggen.

08h50: plaidoyer pour le bien du pays

Honnêteté, fiabilité et courage: ces trois vertus doivent conduire l’action politique pour le bien du pays, a déclaré Johann Schneider-Ammann devant l’Assemblée fédérale. Gouverner selon ces trois qualités signifie ne pas faire de fausses promesses, agir à temps et viser le bien du pays et non des intérêts individuels.

La Suisse est un petit Paradis, a-t-il rappelé dans son discours prononcé en trois langues. Durant ses huit années au Conseil fédéral, le Bernois s’est principalement soucié d’atteindre des résultats concrets: l’emploi pour le plus de monde possible, une économie concurrentielle, la formation et la recherche et la cohésion sociale.

Les défis pour l’avenir ne manquent pas. « Nous devons encore gagner en flexibilité et libéralisme, oser au lieu de réguler », a-t-il déclaré. « La Suisse doit miser sur ses liens avec le monde plutôt que le repli ». Car la souveraineté ne signifie pas regarder en arrière. La souveraineté, c’est agir au service des intérêts à long terme du pays.

08h40: un patron ouvert au dialogue

Johann Schneider-Ammann était apprécié pour son ouverture au dialogue et au compromis. Dans son discours d’hommage, la présidente de l’Assemblée fédérale Marina Carobbio a rappelé le rôle de patron du ministre de l’économie.

C’est d’ailleurs en tant qu’entrepreneur que le libéral-radical avait été élu au Conseil national puis au Conseil fédéral. Au gouvernement, le Bernois s’est aussi intéressé à la formation et la recherche, il s’est engagé pour le système dual de formation professionnelle. Il en a été un des plus importants promoteurs à l’étranger. Le ministre de l’économie s’est aussi distingué en finalisant treize accords de libre-échange.

08h30: plaidoyer pour plus de coopération

Dans son discours d’adieu à l’Assemblée fédérale, Doris Leuthard a mis en garde contre un affaiblissement du multilatéralisme et plaidé pour plus de coopération entre les Etats. « Les problèmes globaux ne peuvent se résoudre au niveau national », a-t-elle souligné.

« Malgré sa petite taille, la Suisse joue un rôle important, car nous sommes crédibles et fiables, et nous agissons de manière indépendante », a-t-elle dit. Des qualités qui seront nécessaires pour trouver une solution indispensable, à ses yeux, avec l’Union européenne (UE).

« Plus nous mettrons de temps à trouver une solution, plus le prix à payer sera élevé. Les accords bilatéraux perdront de leur pertinence. Suspendre les relations avec l’UE est une régression », a-t-elle insisté. La ministre sortante a encore salué le système démocratique suisse, qui « constitue une des forces de notre pays », et appelé à poursuivre à l’avenir la concordance, le consensus et le compromis.

08h20: hommage à Doris Leuthard

Après lecture de la lettre de démission de Doris Leuthard, la présidente de l’Assemblée fédérale Marina Carobbio a rendu hommage à la conseillère fédérale démissionnaire. Doris Leuthard a toujours été populaire. Elue au premier tour au Conseil fédéral, elle est entrée dans l’histoire en convainquant le gouvernement de tourner le dos à l’atome.

C’était non seulement une grande dame politique, mais surtout « une grande dame », a salué Marina Carobbio. Doris Leuthard a engrangé de nombreux succès au Département de l’économie, a rappelé la socialiste dans son discours d’hommage. Mais elle restera dans les mémoires comme patronne du Département de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication, a estimé la socialiste.

Le peuple lui a toujours fait confiance, elle a gagné 16 votations populaires sur 18. La ministre pouvait répondre spontanément aux questions et a démontré au quotidien sa mémoire phénoménale et sa capacité à vulgariser des choses complexes. Dotée d’un instinct politique sûr, c’était aussi une femme de coeur, une raison de sa popularité, a estimé Mme Carobbio.

07h50: pas de recommandation de vote du PS

Le parti socialiste a décidé de laisser la liberté de vote pour le ticket PDC à l’élection au Conseil fédéral. Le chef de groupe Roger Nordmann l’a annoncé à l’issue de leur réunion tôt mercredi matin. Pour le PLR, il avait déjà annoncé soutenir la candidature de Karin Keller-Sutter.

Roger Nordmann n’a pas commenté la décision du groupe. La veille, il avait relevé que Viola Amherd et Heidi Z’graggen étaient toutes deux d’excellentes candidates, au profil politique très proche. Alors que le choix de Karin Keller-Sutter s’est imposé à la quasi-unanimité, celui pour le PDC est plus délicat.

04h30: le suspense va prendre fin

La Suisse connaîtra ce mercredi les noms des personnes qui vont succéder à Doris Leuthard et Johann Schneider-Ammann au Conseil fédéral. Karin Keller-Sutter semble bien partie pour reprendre le siège libéral-radical. Le match est plus ouvert au PDC.

Ce sera toutefois le nom de la prochaine conseillère fédérale démocrate-chrétienne qui sera dévoilé en premier. Après les hommages de rigueur aux ministres démissionnaires et les dernières déclarations des groupes, l’Assemblée fédérale élira la personne qui reprendra le flambeau de Doris Leuthard.

Il faudra peut-être plus d’un tour pour départager la conseillère nationale valaisanne Viola Amherd de la conseillère d’Etat uranaise Heidi Z’graggen. L’expérience parlementaire de la première est mise en avant par la plupart des partis. Mais Heidi Z’graggen pourrait séduire à droite et sa carte environnementale lui servir pour grappiller des soutiens à gauche. Chaque voix comptera.

Et les dernières manoeuvres de la nuit dans la Berne fédérale pèseront de tout leur poids. Jusqu’à mardi soir, le PLR, le PS et les Verts n’ont pas dit officiellement vers qui ira leur préférence. Les socialistes pourraient affiner leur stratégie mercredi matin. La majorité de l’UDC soutiendrait l’Uranaise alors que le PVL et le PBD appellent à voter pour la Valaisanne.

Les parlementaires trancheront dans un deuxième temps la succession de Johann Schneider-Ammann. Avec le soutien de l’UDC, du PS, des Verts, du PBD et du PVL, la conseillère aux Etats saint-galloise Karin Keller-Sutter part favorite. Seul le PDC ne l’a pas choisie officiellement au détriment de l’autre candidat officiel, le conseiller aux Etats nidwaldien Hans Wicki.

Karin Keller-Sutter avait échoué il y a huit ans face à Johann Schneider-Ammann. Le parti n’a pas eu de conseillère fédérale depuis Elisabeth Kopp.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Suisse

Karin Keller-Sutter, la « Dame de fer » de St-Gall

Publié

le

Après avoir présidé cette année le Conseil des Etats, Karin Keller-Sutter était la favorite mercredi (archives). (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

La grande favorite Karin Keller-Sutter a été élue au Conseil fédéral. Elle est la première femme libérale-radicale à occuper cette fonction depuis Elisabeth Kopp. La Suisse orientale est ainsi à nouveau représentée à l’exécutif fédéral.

Karin Keller-Sutter a été donnée favorite dès l’annonce de sa candidature. Durant toute la campagne, il n’y a jamais eu de doute sur le fait qu’elle allait être élue. On ne lui a pas trouvé de point faible.

La St-Galloise a suivi un parcours classique à tous les échelons de la politique. Issue d’une famille PDC, elle a choisi le PLR, tourné le dos au conservatisme et soutenu le droit à l’autodétermination de la femme.

Dans sa jeunesse, puis comme étudiante, Karin Keller-Sutter a été fascinée par les Lumières et le libéralisme. Plus tard, elle s’est distinguée de son environnement familial en soutenant la solution des délais en matière d’avortement. « Le droit à l’autodétermination de la femme, capable de prendre une décision adéquate, est important pour moi », expliquait-elle il y a quelques années.

Traductrice

Parfaitement bilingue, Karin Keller-Sutter a suivi une partie de sa scolarité à Neuchâtel. Interprète et traductrice diplômée, puis enseignante dans une école professionnelle avant de devenir une professionnelle de la politique, elle dispose aussi d’un bagage universitaire en sciences politiques et en pédagogie.

En 1992, elle a été élue au parlement communal de Wil (SG), qu’elle a présidé cinq ans plus tard. Dès 1996, elle siège au Grand Conseil st-gallois, avant d’être élue au gouvernement cantonal quatre ans plus tard seulement. Elle y dirige le département de justice et police durant douze ans.

« Dame de fer » à St-Gall

Durant ses trois mandats de ministre, Karin Keller-Sutter s’est forgé une image de fermeté dans le domaine migratoire, notamment en tant que présidente de la Conférence des directeurs cantonaux de justice et police. Elle a mis en oeuvre des contrats d’intégration aux objectifs précis à atteindre par les migrants.

Sous son impulsion, St-Gall a aussi été l’un des premiers cantons à édicter une réglementation sévère en matière de débordements de fans de football et de hockey sur glace. L’ancienne conseillère d’Etat a été également très active dans la lutte contre la violence conjugale et les mariages forcés.

Echec en 2010

En 2010, elle brigue la succession de Hans-Rudolf Merz au Conseil fédéral. Donnée alors déjà favorite, du moins sur le papier, elle échoue pourtant, devancée par Johann Schneider-Ammann (PLR). Jean-François Rime (UDC) la double même lors de l’avant-dernier tour.

De son propre aveu, cet échec fait partie des moments les plus sombres de sa vie. Peut-être parce que sa carrière politique s’était quasiment déroulée sans accroc jusque-là.

En 2011, la libérale-radicale entre au Conseil des Etats. Elle est réélue aisément quatre ans plus tard et préside la Chambre des cantons depuis décembre 2017.

Santé et économie aux Etats

Eloquente, ambitieuse, dotée d’une grande maîtrise des dossiers, Karin Keller-Sutter a fait de la politique économique et sociale son domaine de prédilection à la Chambre des cantons. Membre des commissions de l’économie, de la santé et de la politique extérieure, la sénatrice a activement combattu la réforme des retraites, rejetée par le peuple en septembre 2017.

Aujourd’hui, la gauche ne considère plus Karin Keller-Sutter comme une alliée de l’UDC. La libérale-radicale a formé un binôme pragmatique au Conseil des Etats avec son compatriote st-gallois Paul Rechsteiner (PS), futur ex-président de l’USS. Elle convainc en s’attaquant à des dossiers comme la santé ou l’UE.

Selon les observateurs, la sénatrice ne voulait pas se lancer une nouvelle fois dans la course au Conseil fédéral sans la garantie d’être largement soutenue cette fois. Cette condition a été réunie, à tel point qu’Hans Wicki a fait figure de candidat alibi. L’élection de Karin Keller-Sutter a pris des allures de formalité, trente ans après la démission de la première conseillère fédérale, sa collègue de parti Elisabeth Kopp.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Vierge

Certains natifs vont opter, dans leurs activités professionnelles, pour la continuité dans l'effort, mais souffriront d'un environnement agité. Restez bien centré !

Publicité

Les Sujets à la Une

X