Rejoignez-nous

Suisse

La vaccination des infirmiers doit être encouragée, pas forcée

Publié

,

le

Les infirmiers ont déjà fait de grand sacrifice lors de la pandémie. Ils ne devraient pas être contraints de se faire vacciner, selon l'ASI. (Image d'illustration - ©KEYSTONE/DPA/MARIJAN MURAT)

Le débat autour de la vaccination du personnel de santé se poursuit. Si elle la recommande, l'Association suisse des infirmières et infirmiers (ASI) refuse toute obligation ou stigmatisation.

"La vaccination est la meilleure option pour se protéger et protéger les autres et pour maîtriser la pandémie", pointe jeudi l'association dans un communiqué. C'est pourquoi elle soutient la campagne nationale et encourage tous les soignants à tendre le bras.

Goutte d'eau en trop

Rendre la vaccination obligatoire pour le personnel infirmier, comme c'est déjà le cas dans plusieurs pays, n'est en revanche pas la bonne voie à suivre, à ses yeux. Ce serait même contre-productif.

"Pendant la pandémie, les soignants ont tout donné pour sauver des vies et éviter des souffrances. Ils l'ont souvent fait au prix d'un grand sacrifice personnel et, faute d'équipement de protection adéquat, en courant un risque élevé de contracter le Sars Cov-2", explique Roswitha Koch, responsable du développement des soins infirmiers de l’ASI.

Une vaccination obligatoire pourrait être la goutte d'eau qui fait déborder le vase, poursuit-elle. Encore plus d'infirmières pourraient être poussées à quitter la profession. Les employeurs pourraient alors avoir des difficultés à trouver de nouveaux soignants et la qualité des soins en pâtirait.

Taux de vaccination similaire

Des questions éthiques et juridiques sont également soulevées, selon l'ASI. La proportionnalité d'une telle intervention dans l'intégrité corporelle et le droit à l'autodétermination par rapport aux bénéfices pour l'ensemble de la population doit être clarifiée en justice, si nécessaire.

Pour l'association, le respect des mesures de protection et l'extension de la stratégie de dépistage sont plus efficaces qu'une vaccination obligatoire. Et de noter que des chiffres, non représentatifs, suggèrent un taux de vaccination aussi élevé, voire même plus élevé, chez le personnel infirmier que dans le reste de la population.

Rejet d'un badge

L'association rejette encore toute stigmatisation de ses membres. Pas question de faire porter un badge ou tout autre signe distinctif aux infirmiers non vaccinés. Une telle mesure, juridiquement discutable et disproportionnée, serait une atteinte inadmissible à la vie privée. Les soignants ne pouvant pas se faire vacciner pour des raisons médicales seraient particulièrement stigmatisés.

Pour le moment, les autorités suisses ont toujours refusé de rendre la vaccination obligatoire pour certaines catégories de la population. Elles préfèrent miser sur l'information et l'accessibilité aux vaccins.

Appel à se faire vacciner

Ne prenant pas position sur l'obligation de vaccination pour le personnel de soins, Médecins de famille et de l'enfance Suisse (mfe) a toutefois aussi thématisé jeudi la problématique. L'association a appelé la population à se faire piquer pour maintenir la "normalité" retrouvée.

Aujourd'hui, il est de nouveau possible d'aller au concert, d'assister à un match de foot ou de voyager, souligne-t-elle. La pandémie n'est cependant pas finie. Les cas augmentent à nouveau et la propagation du variant delta inquiète.

Ce sont surtout les jeunes qui sont atteints. Ils développent peut-être des maladies moins graves, mais peuvent aussi être atteints de "Covid long" ou de problèmes au niveau du cerveau. Pour se protéger et éviter de nouvelles restrictions, mfe encourage la population à se faire vacciner. Et ce d'autant plus que c'est toujours plus simple.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Le climat social empoisonné par le Covid-19 est "inquiétant"

Publié

le

Marcel Salathé est professeur associé à l'École polytechnique fédérale de Lausanne (archives). (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Les conséquences sociales de la pandémie de Covid-19 sont inquiétantes, s'alarme l'épidémiologiste. Les gens n'osent presque plus tenir une conversation sur la vaccination contre le coronavirus, au cours de laquelle ils ne sont pas d'accord, remarque-t-il.

Des amitiés se brisent, des familles se disputent et le climat devient de plus en plus toxique en politique, ajoute l'ancien membre de la task force scientifique Covid-19 de la Confédération dans un entretien diffusé samedi par les journaux alémaniques du groupe de presse Tamedia.

Cette situation est, selon lui, extrêmement dangereuse, car de telles tendances ne disparaîtront pas de sitôt. Il dit avoir vécu une telle polarisation de la société aux Etats-Unis d'Amérique. M. Salathé pointe les réseaux sociaux. "C'est probablement dû aussi au fait que de nombreuses discussions ont lieu virtuellement".

Le professeur à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) préconise une stratégie d'ouverture plus offensive en Suisse. "Nous ne pouvons pas rester dans cet état pour toujours". Maintenant que le vaccin est disponible pour presque tout le monde et qu'il est très efficace, les restrictions ne sont plus proportionnées, poursuit-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Alternatif, reformaté et au féminin, le 1er août cette année

Publié

le

Les conseillères fédérales Simonetta Sommaruga et Viola Amherd se rendront sur le Grütli (UR), renommé le "Grütli des femmes" à l'occasion des 50 ans du droit de vote des femmes. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Malgré la menace du coronavirus qui plane toujours, plusieurs communes osent à nouveau célébrer la fête nationale, ce week-end. Certaines optent pour un format plus réduit, tandis que d'autres innovent en proposant des événements alternatifs.

Ce qui reste immuable, ce sont les marathons auxquels se livrent la plupart des conseillers fédéraux. Le président de la Confédération Guy Parmelin s'exprimera ainsi samedi déjà à Villars-sur-Ollon (VD) et Herzogenbuchsee (BE). Il enchaînera dimanche soir, en tant qu'invité d'honneur à Lausanne. Plus tôt dans la journée, il participera également au brunch à la ferme à Bouloz (FR).

La manifestation de l'Union suisse des paysans peut compter sur la présence d'un autre membre du Conseil fédéral dans une des 200 exploitations agricoles ouvertes au public ce jour-là. Karin Keller-Sutter dégustera un "Buurezmorge" dans une ferme lucernoise.

Le ministre de l'intérieur Alain Berset s'exprimera lui à Gruyères (FR), tandis que son collègue des affaires étrangères Ignazio Cassis prononcera un discours à l'ambassade de Suisse à Bangkok, en Thaïlande. Le ministre des finances Ueli Maurer n'a quant à lui rien au programme pour la fête nationale.

Droit de vote des femmes célébré

Les conseillères fédérales Simonetta Sommaruga et Viola Amherd se rendront elle sur le Grütli (UR), renommé le "Grütli des femmes" à l'occasion des 50 ans du droit de vote des femmes. L'événement sera par ailleurs marqué dans plusieurs communes, comme à Bienne (BE), où un discours sera prononcé par un membre du comité Femmes en réseau Bienne. Aucun feu d'artifice n'est prévu.

A Yverdon-les-Bains (VD), la partie officielle sera animée par des personnalités féminines du canton de Vaud. Divers événements et activités gratuites seront en outre organisés dans toute la cité.

Célébrations en musique à Lausanne

Dans le reste du canton, les stratégies divergent. Plusieurs communes ont préféré maintenir les festivités à un minimum, voire les annuler compte tenu de la situation sanitaire toujours instable. C'est le cas notamment de Vevey ou de Renens.

De son côté, la municipalité de Morges a prévu des animations ainsi que son traditionnel discours officiel. A Lausanne, le grand feu d'artifice au bord du lac est annulé. Des festivités seront tout de même organisées à Montbenon, au centre-ville, dans le cadre du festival gratuit Riposte!, avec la présence de Guy Parmelin.

Le Quai de Montreux accueillera un marché artisanal durant la journée. Après la cérémonie officielle, des feux d'artifice seront tirés depuis le lac.

Pas de feux à Genève

Pour les célébrations genevoises, cette année, l'eau est à l'honneur. Eau du lac, du Rhône ou des fontaines: divers concerts, visites guidées et autres activités sur ce thème rythmeront la journée du 1er Août en cinq lieux différents. La traditionnelle cérémonie officielle se tiendra à la Rotonde du Mont-Blanc. Le grand retour des feux d'artifice n'est toutefois pas au programme.

A Meyrin (GE), les citoyens sont invités à une randonnée urbaine semée d'animations. Chaque site pourra accueillir jusqu'à 500 personnes. Après le discours du maire, une zone de tir de feux d'artifice sera prévue pour le public.

Zurich sans défilé ni musique

Pour éviter que des foules ne se forment au bord du lac de Neuchâtel, la ville n'a organisé aucune animation ou discours officiel. En revanche, un double feu d'artifice synchronisé décorera le ciel. Il sera visible loin à la ronde pour permettre aux habitants d'en profiter depuis leur commune.

Même chose à Sion, où un feu d'artifice sera tiré depuis le coteau mais où la fête populaire sur la place de la Planta a été annulée. De son côté, la Ville de Porrentruy (JU) propose un 1er Août alternatif avec une soirée grillade et un spectacle pyrotechnique sur les champs.

Le canton de Bâle-Campagne est d'humeur festive avec des événements organisés dans plusieurs communes, dont Liestal. La Ville de Zurich mise quant à elle sur une fête plus modeste, sans défilé ni musique.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Aucun joueur ne devine la bonne combinaison de l'Euro Millions

Publié

le

Lors du prochain tirage de l'Euro Millions, 77 millions de francs seront en jeu (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions vendredi soir. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 10, 23, 33, 35 et 37, ainsi que les étoiles 5 et 10.

Lors du prochain tirage mardi, 77 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Bukolik Freeride: trois jours pour manger du bitume aux Avants

Publié

le

Quelque 150 riders s'élanceront ce week-end sur le bitume lors de la 18 édition du Bukolik Freeride aux Avants (archives - ©Keystone/MARTIAL TREZZINI)

La 18e édition du Bukolik Freeride débute vendredi aux Avants sur la commune de Montreux. Jusqu'à dimanche, quelque 150 riders dévaleront la piste de 2,4 km sur leurs rollers, planches, "street luges" ou encore "drifts trikes".

Sur les quelque 150 riders inscrits, 80 participeront à la compétition. Le festival accueille en effet à la fois le championnat suisse et la coupe du monde de roller, a expliqué vendredi à Keystone-ATS l'un des organisateurs, Nicolas Gachoud.

L'événement a aussi pour but de favoriser la relève. Un grand nombre de juniors est attendu pour cette édition. La moitié des amateurs de glisse provient de Suisse, les autres de pays limitrophes, en raison des difficultés de déplacement dues à la pandémie. La moyenne d'âge se situe entre 20 et 25 ans, a-t-il précisé.

Le Bukolic attend entre 1500 et 200 visiteurs sur les trois jours. "Cela dépendra de la météo encore et toujours capricieuse", note M. Gachoud. L'entrée est gratuite.

Impérativement regoudronner

A petite jauge, l'événement n'est pas soumis au plan covid, mais les consommateurs devront donner leur identité dans les cantines. Des animations sont prévues en soirée, notamment pour le 1er août.

Les organisateurs espèrent pérenniser la manifestation qui avait failli mettre la clé sous le paillasson en 2017. Leur objectif: accueillir le championnat du monde en 2023 pour la 20e édition. Pour ce faire, il est nécessaire d'entretenir le tracé et de refaire rapidement le bitume de la route, glisse M. Gachoud.

Et de rappeler que la descente Souloup-les Avants est une tradition qui perdure depuis 125 ans dans le village. En hiver comme en été.

Continuer la lecture

Suisse

Deux fois plus de faons sauvés de la mort grâce à la technologie

Publié

le

Ces jumeaux ont également été sauvés d'une mort certaine grâce à des drones et à des caméras thermiques (photo de presse - ©Sauvetage Faons Suisse)

Sauvetage Faons Suisse a sauvé 2569 petits des lames de la faucheuse cette année, soit presque deux fois plus que l'année dernière. Une amélioration rendue possible grâce aux drones et aux caméras thermiques. L'association a par ailleurs mobilisé davantage de forces.

Parmi les 200 équipes de sauvetage déployées, plus de 300 volontaires ont répondu présents. Dans l'ensemble, cela représente une augmentation de 160% des effectifs par rapport à l'année précédente, a indiqué Sauvetage Faons Suisse vendredi dans un communiqué.

Les sauveteurs ont survolé près de 16'500 hectares de champs de céréales et de prairies à la recherche de faons qui avaient été déposés par leur mère afin de les cacher des prédateurs.

La météo a mis toutefois les équipes sous pression, a ajouté l'association. Avec le retour des beaux jours, tous les agriculteurs ont sorti la faucheuse en même temps. La zone contrôlée était malgré tout deux fois plus grande qu'en 2020.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X