Rejoignez-nous

Suisse

Le coeur de la Suisse a battu à Vevey pour le 1er Août

Publié

,

le

La patrouille suisse était accompagnée d'un avion de Swiss aux couleurs de la Fête des vignerons. (©police VD)

Le 1er août bat son plein à Vevey. La ville qui accueille la Fête des vignerons s'est transformée en coeur de la Suisse avec la visite du président de la Confédération et des gardes du Vatican sans oublier un show de la patrouille suisse. 

"C'est la fête", a lancé jeudi à 14h00 le président de la Confédération. Ueli Maurer a brièvement pris la parole dans l'arène sous un soleil éclatant devant les milliers de spectateurs venus voir le spectacle.

Une double fête, celle du 1er août et celle des vignerons. S'exprimant en français, le président a loué les traditions, les valeurs et les racines de la Suisse, que l'on retrouve dans l'emblématique travail de la vigne.

Cette journée particulière de double fête avait commencé tôt avec un défilé de la Garde suisse du pape à travers les rues de Vevey, suivie à midi par un show aérien de la Patrouille suisse, avec F/A-18 et un avion de Swiss tournoyant au-dessus du lac Léman, bruit et fumigènes compris.

Des milliers de spectateurs ont admiré et applaudi, alors que de nombreux amateurs appréciaient le spectacle dans des dizaines d'embarcations sur le lac. Un feu d'artifice doit terminer en beauté la soirée.

Record de fréquentation au Grütli

Jamais autant de personnes ne s'étaient pressées sur la prairie du Grütli un 1er août avec près de 2200 personnes, selon l'Association des communes suisses (ACS). Pompiers et élus communaux, invités d'honneur, sont venus chanter les vertus du travail de milice.

Des centaines de personnes ont traversé le lac des Quatre-Cantons en bateau depuis Brunnen (SZ) jusqu'au "berceau de la Confédération suisse". Les organisateurs ont invité la Fédération suisse des sapeurs-pompiers (FSSP) et l'ACS, présidée par le conseiller aux Etats Hannes Germann (UDC/SH). La première souffle ses 150 bougies, la seconde célèbre cette année l'activité de milice.

Dans son allocution, la conseillère d'Etat uranaise Heidi Z'graggen a souligné la grande importance de la reconnaissance du travail de milice. "Nous devons certainement discuter de meilleures conditions pour l'activité de milice, comme sa reconnaissance en tant que formation continue ou la rémunération des allègements fiscaux", a souligné l'élue, citée par dans un communiqué de l'ACS.

Quant au conseiller national Laurent Wehrli (PLR/VD), président de la Fédération suisse des sapeurs-pompiers, il a expliqué que le système de milice offre à tous la possibilité de mettre ses propres capacités au profit de l'autre, pour le bien de la société.

Ignazio Cassis fait l'éloge de l'Etivaz

Après s'est rendu dans un fief de l'Emmental à Krauchthal (BE) mercredi soir, et avant de rejoindre Chiasso en soirée, Ignazio Cassis s'est exprimé jeudi matin sur un alpage vaudois du Pays-d'Enhaut, réputé pour son Etivaz. Ignazio Cassis a déclaré que la Suisse doit jouer avec confiance son rôle sur la scène internationale, dans son discours orienté au-delà des frontières helvétiques.

Le chef de la diplomatie a expliqué sa vision de la politique étrangère à l'horizon 2028. "J'ai demandé à des experts de réfléchir au rôle de la Suisse dans le monde dans dix ans", a-t-il rappelé. Ce rapport suggère une Suisse qui s'impose comme un acteur politique d'influence, tout en gardant sa neutralité. La Suisse jouit d'une grande estime internationale, a expliqué M. Cassis sur l'alpage.

"Vous pouvez être fiers d'avoir inventé le premier fromage suisse qui a obtenu l'Appellation d'origine protégée en 2000", a encore relevé jeudi le chef de la diplomatie suisse lors d'un brunch sur le territoire de Château d'Oex (VD).

Alain Berset encense le compromis et insiste sur la solidarité

Alain Berset a insisté sur l'importance du compromis et de la solidarité lors du son allocution à Yverdon-les-Bains (VD). Ces deux valeurs ont permis à l'Union patronale suisse et aux syndicats de proposer une réforme du deuxième pilier, selon le conseiller fédéral.

"La Suisse s'est construite sur une solide culture du compromis, pas sur un pseudo-dialogue autour de positions maximalistes et têtues", a estimé le ministre de l'intérieur, pour qui solidarité et recherche du compromis nécessitent du courage. Selon le Fribourgeois, la démocratie directe helvétique "nous rend uniques". A chaque fois, des compromis issus de longs débats font avancer le pays.

Des évènements "importants" ont marqué l'année 2018. Le Belfagien relève notamment le projet de réforme du deuxième pilier, le développement d'un soutien pour ceux qui ne retrouvent pas de travail après le chômage et la votation sur le projet de réforme fiscale et de financement de l'AVS.

Brunch à la ferme: 150'000 personnes

Quelque 150'000 hôtes ont participé jeudi au brunch à la ferme du 1er août. Plus de 350 familles paysannes de toute la Suisse avaient préparé le populaire petit-déjeuner paysan pour le plus grand plaisir de leurs invités.

Guy Parmelin, qui a profité du brunch du 1er août un jour plus tôt, est parti en randonnée dans son canton de Vaud natal. Il a participé à un copieux petit-déjeuner dans le domaine viticole de la famille Métroz de Begnins.

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
1 commentaire

1 commentaire

  1. Richner

    4 juillet 2021 à 17:14

    Bonjour
    Je m’appelle Bernard vous pensez que le cirque Knie peux Revenir à vevey Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Sensibiliser les jeunes aux risques du cyberharcèlement

Publié

le

Pour les sénateurs, une sensibilisation qui vise directement les jeunes et les enfants à travers les médias sociaux serait une solution très efficace (image d'illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les jeunes doivent être sensibilisés aux risques du harcèlement et du cyberharcèlement. Le Conseil des Etats a tacitement adopté lundi une motion du National demandant une campagne nationale via les médias sociaux.

Selon une étude européenne, plus de 30'000 enfants de 9 à 16 ans ont plusieurs fois été confrontés à du cyberharcèlement et 42'000 à du harcèlement dans le monde réel. Ces actes ont des conséquences sur les victimes et pour les auteurs.

Les premières peuvent développer des problèmes psychiques et psychosomatiques. Les cas les plus graves peuvent les conduire au suicide ou leur laisser des traces jusqu'à l'âge adulte. Les auteurs, eux, ont souvent des problèmes dans leur parcours formatif et un risque plus élevé de devenir toxicodépendants.

Le problème est grave et il y a lieu d'agir de manière urgente, a dit Andrea Gmür (Centre/LU) au nom de la commission. A ses yeux, une sensibilisation qui vise directement les jeunes et les enfants à travers les médias sociaux - l'espace où ils passent beaucoup de temps et où une grande partie des harcèlements ont lieu - serait une solution très efficace.

La lutte contre le harcèlement et le cyberharcèlement est en première ligne une tâche dévolue aux cantons. Mais il est possible d'agir via la plateforme nationale Jeunes et médias de l'Office fédéral des assurances sociales, a souligné Mme Gmür. Son objectif est d'apprendre aux jeunes comment utiliser les médias de façon sûre, responsable et adaptée à leur âge.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Endettement : une campagne pour ne pas hésiter à demander de l'aide

Publié

le

Tout le monde peut être concerné par un problème de dettes. Le canton de Vaud a lancé lundi une campagne de sensibilisation, rappelant que le programme "Parlons cash" est là pour soutenir les personnes qui en ont besoin. (Photo prétexte © KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Vaud lance une nouvelle campagne sur les réseaux sociaux pour lutter contre le surendettement. Le canton incite les personnes concernées à ne pas rester seules face à des dettes ou à une situation financière difficile. Il propose de faire appel au programme de prévention "Parlons Cash" et à sa ligne téléphonique anonyme et gratuite, qui a conseillé 1800 appelants en 2020.

"Tout le monde peut s’endetter, sans distinction d’âge, de genre, de formation, de condition sociale ou de revenu", a déclaré la conseillère d'Etat en charge du DSAS Rebecca Ruiz lundi lors d'une conférence de presse à Lausanne. "Un seul événement peut chambouler la vie et déclencher la spirale de l'endettement", a abondé Lou Tremblais, cheffe de projet au DSAS :

Lou Tremblais
Cheffe de projet - Département de l'action sociale
Lou TremblaisCheffe de projet - Département de l'action sociale

En 2020, plus de 1800 personnes ont ainsi été conseillées par la ligne "Parlons Cash" (0840 43 21 00). Porte d'entrée du dispositif cantonal de prévention du surendettement, ses vingt répondants reçoivent en moyenne de 9 à 18 appels par jour.

Le besoin en conseil augmente d'année en année: de 2015 à 2019, le nombre d'appels a doublé, notamment suite à une campagne d'information en 2018. Et 2019 a été une année record avec 2249 appels. Neuf personnes sur dix qui appellent la ligne sont déjà endettées, voire surendettées, a précisé Mme Ruiz.

Stabiliser et accompagner

Mise en place il y a 15 ans, la ligne permet de les diriger vers le programme adapté à leur situation, a rappelé la ministre. Cela limite les conséquences négatives de l’endettement pour la personne concernée, mais aussi pour toute la société.

Le volet curatif les aide à stabiliser leurs finances ou à sortir des dettes. Le préventif propose de la sensibilisation ou un accompagnement pour apprendre à gérer un budget, a-t-elle précisé.

Risques liés à la pandémie

Depuis 2020, un nombre important de personnes sans poursuites appellent pour demander une aide ponctuelle. Le risque de se retrouver dans une situation difficile pourrait augmenter avec la pandémie de coronavirus. Rebecca Ruiz :

Rebecca Ruiz
Conseillère d'Etat en charge de l'action sociale
Rebecca RuizConseillère d'Etat en charge de l'action sociale

Il peut exister un décalage de deux à cinq ans entre le début des problèmes et le moment où l'aide est demandée, a déclaré Olivier Cruchon, chef du secteur de l'aide sociale chez Caritas Vaud. "Souvent on ne s'adresse à nous qu'en désespoir de cause, après avoir emprunté à droite à gauche et eu recours au petit crédit".

C'est pourquoi la campagne de prévention lancée sur les réseaux sociaux sensibilise à l’importance de demander de l’aide en cas de problèmes d’argent. Ce sur un ton léger et grâce une nouvelle vidéo. Plus une personne demande de l'aide rapidement, plus il sera facile de mettre en place un désendettement, ont insisté les responsables. Un constat partagé par Rebecca Ruiz :

Rebecca Ruiz
Conseillère d'Etat en charge de l'action sociale
Rebecca RuizConseillère d'Etat en charge de l'action sociale

Les jeunes et les impôts

Une autre capsule vidéo informe les jeunes sur les acomptes d’impôt, à payer dès qu’ils débutent une activité professionnelle. Des activités de prévention et de communication s’adressent par ailleurs spécifiquement aux jeunes de 13 à 25 ans, a rappelé Cesla Amarelle, cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture.

Si les jeunes ne sont pas davantage surendettés que les adultes, la prévention est essentielle car "certaines habitudes à risque en matière de consommation et de gestion d’argent s’installent dès l’adolescence", a souligné la ministre :

Cesla Amarelle
Conseillère d'Etat en charge de la formation
Cesla AmarelleConseillère d'Etat en charge de la formation

Pour la ministre, il est important de pouvoir sensibiliser les jeunes à ces questions :

Cesla Amarelle
Conseillère d'Etat en charge de la formation
Cesla AmarelleConseillère d'Etat en charge de la formation

Selon leur âge et leur lieu de formation, les jeunes bénéficient de différentes actions. Ateliers, stands de prévention, pièces de Théâtre-forum participatifs ont permis de toucher des milliers de jeunes, année après année, au secondaire II et dans les Hautes écoles spécialisées mais aussi en milieu extrascolaire: maisons de quartiers, centres socioculturels, etc.

Nouveau concept

Un nouveau concept de demi-journée pédagogique pour l’école obligatoire (10e et 11e) sous la forme d’une pièce de Théâtre-forum accompagné de deux ateliers va être testé à Orbe dès 2022. "À la suite de l’évaluation qui sera faite de cette phase de test, l’action sera ajustée et mise à la disposition d’autres établissements intéressés", conclut la conseillère d’Etat en charge de la formation.

Cesla Amarelle
Conseillère d'Etat en charge de la formation
Cesla AmarelleConseillère d'Etat en charge de la formation

Le programme "Parlons cash" est financé par le Département de la santé et de l’action sociale (DSAS). En 2020, il y a consacré 2,1 millions, a précisé Rebecca Ruiz.

La ligne téléphonique de "Parlons cash" est ouverte du lundi au jeudi de 8h30 à 13h au 0840 43 21 00 ou sur www.parlons-cash.ch

Robin Jaunin avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Vaud

Lausanne invite à questionner notre consommation d'écrans

Publié

le

La campagne de sensibilisation vise notamment les jeunes et leur entourage familial. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Les écrans font plus que jamais partie de notre quotidien. La ville de Lausanne lance une campagne de sensibilisation pour "réfléchir à notre utilisation" de smartphones, tablettes et autres ordinateurs.

Après plusieurs mois de pandémie, les écrans ont joué un rôle central dans notre quotidien, avec tous leurs avantages, mais aussi leurs limites.

Dans ce contexte, les autorités lausannoises estiment qu’il est plus important que jamais de se questionner sur l’utilisation des technologies. Leur campagne de sensibilisation «– d'écran, + de ...» s’adresse en priorité aux jeunes, et elle s’est même réalisée en collaboration avec eux.

Une quarantaine de jeunes ont été impliqués dans le développement de la campagne, notamment dans la création des slogans. Coordinatrice de la campagne, Delphine Corthésy s’en explique.

Delphine Corthésy
Coordinatrice de la campagne
Delphine CorthésyCoordinatrice de la campagne

Parmi les actions prévues, une campagne d’affichage va orner les rues, bus et métros lausannois. De jeunes ambassadeurs iront à la rencontre du public tandis que l’association vaudoise des ligues d’improvisation jouera des saynètes.

La Ville de Lausanne a pu bénéficier dans sa réflexion de l’expertise de la Fondation Action Innocence, qui depuis plus de 20 ans agit pour la promotion d’un usage sain et modéré des écrans et une pratique sûre et responsable des technologies de l’information et de la communication (TIC).

Tiziana Bellucci
Directrice d'Action Innocence
Tiziana BellucciDirectrice d'Action Innocence

La démarche est accompagnée et soutenue par un comité de pilotage, composé notamment d’experts du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), de l’unité de promotion de la santé et de prévention en milieu scolaire (PSPS), de la Direction psychologie, psychomotricité, logopédie en milieu scolaire (DPPLS), de l’Association CIAO, de l’Association Cybercoachs et du Conseil des jeunes.

Dans le cadre de la campagne «– d'écran, + de ...», le municipal David Payot entend faire réfléchir, et surtout pas donner de leçons.

David Payot
Municipal en charge de la Direction de l’enfance, de la jeunesse et des quartiers de Lausanne
David PayotMunicipal en charge de la Direction de l’enfance, de la jeunesse et des quartiers de Lausanne

La campagne se déclinera dans l’espace public et au sein des écoles. Parmi les actions prévues, on compte notamment de jeunes «ambassadeur·drice·s écrans» (15 à 20 ans) qui iront à la rencontre du public pour promouvoir la campagne et distribuer du matériel de prévention. Des saynètes d'improvisation ponctueront leurs interventions, avec la complicité de l’Association vaudoises des ligues d’improvisation. Des actions seront aussi proposées dans les centres et les maisons de quartier par l’Association Cybercoachs, et des activités seront tenus pour les élèves de la 7P à la 11S, dont une journée connexion / déconnexion et un concours de slogans.

Continuer la lecture

Coronavirus

Une commission tient à maintenir la gratuité des tests

Publié

le

Les tests rapides antigéniques doivent rester gratuits aussi longtemps que le certificat Covid est obligatoire, estime la commission de la santé du National (archives) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les tests rapides antigéniques doivent rester gratuits aussi longtemps que le certificat Covid est en vigueur. La commission de la santé du Conseil national a à nouveau émis lundi cette recommandation dans une lettre au Conseil fédéral.

Le gouvernement a proposé vendredi dernier de financer jusqu'à fin novembre les tests rapides antigéniques et tests PCR salivaires groupés des personnes ayant reçu une première dose de vaccin. Pour la commission, on ne peut pas imposer une obligation vaccinale, même si le vaccin est essentiel pour lutter contre la pandémie.

Par 17 voix contre 7, la commission recommande par conséquent au Conseil fédéral de prévoir la prise en charge des coûts des tests rapides antigéniques aussi longtemps que le certificat Covid sera exigé à l'intérieur des restaurants, des lieux de culture et de loisirs, ainsi que lors des manifestations se déroulant à l'intérieur, indique-t-elle dans un communiqué.

Elle recommande aussi aux cantons de délivrer un certificat Covid aux personnes qui prennent part à un dépistage groupé (en entreprises et dans les établissements de formation) et dont le test PCR est négatif. La décision a été prise cette fois à l'unanimité.

Elle a par contre renoncé à obliger le Conseil fédéral à maintenir la gratuité des tests aussi longtemps que l'obligation de présenter un certificat Covid sera en vigueur. La motion envisagée a été rejetée par 11 voix contre 11, 2 abstentions et avec la voix prépondérante de sa présidente.

Elle renonce également à proposer elle-même des modifications urgentes de loi pour changer les règles de prise en charge des coûts des tests. Deux propositions d'initiatives parlementaires ont été repoussées par 15 voix contre 9 et 11 voix contre 9 et 4 abstentions.

Le Conseil fédéral se décidera vendredi prochain.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus - Vaccination

Vaud lance une action de vaccination sans rendez-vous

Publié

le

Des centres de vaccination de proximité ont déjà été mis sur pied ailleurs dans le canton de Vaud, comme ici au Flon à Lausanne. (Images d'archives - ©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le canton de Vaud poursuit ses efforts pour faciliter la vaccination contre le Covid-19. Trois centres d'injection sans rendez-vous sont mis sur pied temporairement à Aigle, Aubonne et Orbe.

Toutes les personnes âgées de 16 ans ou plus et n'ayant pas été testées positives au coronavirus dans les quatre semaines précédentes peuvent se présenter spontanément dans ces sites de proximité, a communiqué lundi l'Etat de Vaud. Elles pourront y recevoir une première dose et s'inscrire sur place pour la deuxième.

A Aigle, la structure est ouverte depuis ce lundi à côté de la gare, de 12h00 à 20h00, jusqu'au 1er octobre. A Orbe, c'est la salle du Casino qui sera réquisitionnée, du 4 au 8 octobre, de 09h00 à 18h00. A Aubonne, les piqûres seront effectuées dans l'entrée principale du magasin de meubles Ikea, du 11 au 13 octobre de 10h00 à 19h00 et les 14 et 15 octobre de 13h00 à 21h00.

Cette opération fait suite à d'autres actions de proximité menées dans le canton, par exemple au Flon, à Lausanne. La vaccination sans rendez-vous est aussi possible dans des structures fixes, comme au vaccinodrome de Beaulieu à Lausanne ou au Centre Covid-19 de l'Ensemble hospitalier de la Côte, à Morges.

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

Rien de très excitant en ce moment, mais rien de désastreux, non plus. Et si, vous arrêtiez de vous prendre la tête pour rien ?

Les Sujets à la Une

X