Rejoignez-nous

Suisse

Revue de presse de ce dimanche 26 mai

Publié

,

le

La Suisse n'a pas modernisé sa loi sur la protection des données depuis 1992, lorsque Internet n'existait pas encore (image symbolique). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

L'accord-cadre avec l'Union européenne, la protection des données ou encore le fisc suisse sont quelques-uns des thèmes qui occupent la presse dominicale. 

Le Matin Dimanche/SonntagsZeitung: Pour 26% des Suisses, l'actuel projet d'accord-cadre avec l'Union européenne doit être rejeté une fois pour toutes. Telle est la conclusion d'un sondage représentatif mené par Tamedia en collaboration avec les politologues de l'entreprise LeeWas. L'étude publiée dans Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung révèle aussi que 20% se disent pour une signature rapide du document et 41% sont d'avis que Berne devrait renégocier certains points du traité avec Bruxelles. Pour 32% de ces derniers, c'est la protection salariale qui doit être améliorée. Fin mars, un sondage de l'institut gfs.bern mené sur mandat de la faîtière de la pharma, avait conclu que 60% des Helvètes soutenaient, plus ou moins fortement, l’accord-cadre, s'ils devaient voter à ce moment-là.

NZZ am Sonntag: Le préposé fédéral à la protection des données Adrian Lobsinger et son équipe sont submergés de travail. Entre le 1er avril 2018 et le 31 mars de cette année, ils ont reçu environ 3500 demandes de renseignements, plaintes et notifications, rapporte la NZZ am Sonntag. Selon lui, le règlement de base européen sur la protection des données, qui a renforcé la protection des données des citoyens, a également suscité des attentes à l'égard de son autorité. Des attentes "auxquelles nous ne pouvons guère répondre", regrette-t-il. La Suisse n'a elle pas encore modernisé sa loi en la matière qui remonte à 1992, lorsque Internet n'existait pas encore. Ce retard pose un autre problème à Adrian Lobsinger. "Les autorités nationales chargées de la protection des données sont désormais réunies au sein du Comité européen de la protection des données. Et celui-ci a formellement décidé que la Suisse ne pouvait pas avoir de statut de simple observateur", explique-t-il. Résultat, le préposé et son équipe se retrouvent coupés de certaines informations.

Le Matin Dimanche: Le contribuable a en moyenne une chance sur six de gagner contre le fisc devant le Tribunal fédéral, révèle Le Matin Dimanche dans son édition du jour citant une étude de l'Université de Zurich qui a analysé plus de mille arrêts du TF entre 2007 et 2016. Résultat: l’État obtient gain de cause dans 85,7% des recours, une entreprise (personne morale) dans 24,6% des cas et un particulier dans 12,1% seulement. Une moyenne confirmée au journal par un porte-parole du TF. A titre de comparaison, en Allemagne les chances de succès des contribuables contre le fisc s’élèvent à 42%.

Mais ce n'est pas tout, lorsque c’est le fisc suisse qui fait recours au TF, il gagne dans 50% des cas. Les deux chercheurs à l'origine de cette étude Grégoire Buntschu et Julia Krieg avancent plusieurs pistes pour expliquer cette différence. Le fisc choisirait notamment avec soin les cas où il ira en justice. Et selon les deux scientifiques, "l’Administration fédérale des contributions dispose d’un a priori favorable des juges du Tribunal", dont rares sont ceux qui disposent d’une véritable expertise fiscale. Une autre piste met en cause la question de l’indépendance de la justice face au pouvoir politique. En Suisse, les juges fédéraux sont membres d’un parti.

SonntagsBlick: Après les conclusions cette semaine d'une étude de l'Université de Genève sur la mauvaise qualité du sperme suisse, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a décidé de prendre le problème à bras-le-corps, indique-t-il au SonntagsBlick. La Confédération prévoit de mener une étude nationale sur la biosurveillance humaine. L'objectif sera de déterminer si et dans quelles mesures les produits chimiques avec lesquels la population est en contact quotidiennement ont des répercussions négatives sur le corps afin de limiter à terme ces substances si nécessaire, explique l'OFSP. Un projet pilote va démarrer à l'automne: 1000 personnes issues de Suisse alémanique et romande seront suivies médicalement pendant un an. Si cette phase est concluante, l'étude sera alors étendue à 100'000 participants.

Le Matin Dimanche: Deux élus suisses issus des rangs de l'UDC refusent de jouer la carte de la transparence expressément requise à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), affirme Le Matin Dimanche. L'organisation internationale regroupant 47 pays européens engagés à respecter les droits de l'homme, la démocratie et la primauté de droit demande depuis l'an dernier à ces membres de notamment déclarer leurs revenus, leurs mandats, leurs intérêts afin d'éviter tout scandale de corruption. 21% des membres de l'APCE qui siège à Strasbourg ne veulent pas jouer le jeu, dont deux Suisses, à savoir le conseiller aux États Hannes Germann (UDC/SH) et le conseiller national Thomas Müller (UDC/SG). Ce refus de coopérer les prive donc du droit d'occuper certains postes et de rédiger des rapports de commission. Les dix autres membres de la délégation helvétique se sont pliés au règlement.

SonntagsZeitung: Des entreprises chinoises ont engagé deux "agents" pour voler des "plans de construction d'équipements et des secrets de fabrication protégés par des brevets" à Besi Switzerland, une entreprise de haute technologie basée à Zoug. C'est le résultat d'une enquête menée par le bureau du Procureur général de la Confédération, affirme la SonntagsZeitung. Besi Suisse est une filiale du groupe technologique néerlandais Besi qui fabrique des machines pour le traitement des puces informatiques. Opérant depuis Singapour, les agents sont parvenus à corrompre un cadre de la filiale qui habitait en Suisse au moment des faits. Au moins 700 documents volés par le technicien sont parvenus en Chine. En échange, l'employé a reçu environ 35'000 francs. La combine démasquée, les deux agents se sont volatilisés. Et le ministère public a condamné le technicien à une amende de... 35'000 francs.

KEYSTONE-ATS

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

La stratégie de sortie de crise au coeur des débats

Publié

le

Le Conseil des Etats étudie jeudi la révision de la loi Covid-19 (Archives © KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

La loi Covid-19 a fait jeudi son retour sur les pupitres des sénateurs. L'entrée en matière n'a pas été contestée. La stratégie de sortie de crise du Conseil fédéral a en revanche essuyé des critiques.

Plusieurs orateurs ont loué le travail du gouvernement. Le rapporteur de commission Christian Levrat (PS/FR) l'a remercié pour sa flexibilité et son agilité dans sa réponse à la pandémie.

"Le Conseil fédéral a fait un très bon travail et la majorité de la commission lui fait confiance", a rappelé Paul Rechsteiner (PS/SG). La stratégie de tests et de vaccinations est sur les rails.

Pas de changement de capitaine

D'aucuns ont toutefois appelé à un changement de stratégie. "Le capitaine reste le même. Un autre ne ferait pas mieux", a reconnu Andrea Gmür-Schönenberger (Centre/LU). "Mais le Conseil fédéral doit donner des perspectives et de la confiance à la population."

Peter Hegglin (Centre/ZG) a plaidé pour apprendre à vivre avec le virus. Les mutations se poursuivront et seront toujours plus nombreuses. Ce n'est pas possible d'enchainer les confinements.

"On ne peut pas juste envoyer la population en lock down et lui donner de l'argent", a abondé Ruedi Noser (PLR/ZH). "Tout le monde veut retrouver sa vie. Des perspectives de réouverture sont nécessaires." Une stratégie doit être élaborée d'ici l'été, quand les vaccins seront disponibles. Et les jeunes doivent être privilégiés. "Il est problématique qu'une étudiante commence ses études sans avoir jamais mis les pieds à l'université."

Heidi Z’graggen (Centre/UR) s'est également demandé si des mesures alternatives ne pourraient pas être prises. De nouveaux chemins doivent être explorés et il faut accorder une plus grande confiance à la population et aux cantons.

Prendre en compte tous les avis

Hannes Germann (UDC/SH) a quant à lui critiqué les multiples erreurs du gouvernement. Les masques ont manqué, tout comme les tests d'anticorps. Le Schaffhousois a encore dénoncé un micromanagement.

Le Conseil fédéral doit prendre en compte les différents avis, a complété Hansjörg Knecht (UDC/AG). Il ne peut ignorer les cantons ou encore la population. "Ne travaillez pas contre l'économie, mais avec elle. Laissez les gens retourner au travail avec des concepts de protection et une vaccination expéditive", a-t-il lancé à l'adresse du gouvernement.

Les débats se poursuivent. Entre l'augmentation de l'enveloppe pour les cas de rigueur, la prolongation des indemnités pour chômage partiel et l'ouverture des commerces le dimanche, les sénateurs auront fort à faire.

Continuer la lecture

International

La Suisse à la pointe des écoles hôtelières, Lausanne en tête

Publié

le

L'Ecole hôtelière de Lausanne (EHL) confirme sa position de leader mondial parmi les écoles de gestion hôtelière (archives - ©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Huit des dix meilleures écoles hôtelières du monde se trouvent en Suisse, selon le classement annuel établi par Quacquarelli Symonds (QS). L'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) occupe elle la tête dans trois domaines.

Au total, 29 programmes suisses se classent cette année parmi les dix premiers au monde, contre 26 en 2020 et 22 en 2019, relève mercredi QS. Le système d'enseignement supérieur suisse prend ainsi le 3e rang mondial, derrière les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Le classement couvre 51 disciplines et évalue plus de 1400 universités du monde entier.

Dans quatre disciplines, les universités suisses sont même les meilleures du monde. L'Ecole hôtelière de Lausanne (EHL) confirme par exemple sa position de leader parmi les écoles de gestion hôtelière. Au total, huit institutions suisses figurent parmi les dix meilleures mondiales en matière de gestion de l'hôtellerie et des loisirs, dont beaucoup pour la première fois cette année.

C'est le cas de l'Hotel Institute Montreux, qui a fait un bond de la 24e à la 6e place. "L'institut a obtenu de bons résultats en grande partie grâce aux retours positifs des employeurs sur les diplômés", a indiqué à Keystone-ATS Jack Moran, porte-parole de QS. Ce dernier a toujours constaté que la Suisse propose une formation de pointe en matière d'hospitalité.

L'EPFZ parmi les 10 premiers dans 15 disciplines

L'EPFZ a de nouveau obtenu la première place mondiale dans trois branches, à savoir les sciences de la Terre et de la Mer, la géologie et la géophysique. Dans douze autres disciplines, elle se classe parmi les dix premiers au monde, même si elle a reculé de quelques places dans sept de ces branches.

Selon M. Moran, il n'y a aucune raison particulière à ce léger repli de l'EPFZ. Au sommet, où la concurrence est féroce, même des changements minimes dans la "réputation académique", par exemple, peuvent entraîner une note légèrement inférieure, explique-t-il.

L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) se classe quant à elle dans le top 10 en chimie, en Informatique et systèmes d'information, en Génie civil et structurel, ainsi qu'en Génie électrique et électronique. L'Université de Berne se classe 9e en médecine dentaire et la faculté commune Vetsuisse des universités de Berne et de Zurich prennent le 7e rang en médecine vétérinaire.

Quatre facteurs

L'évaluation de QS se base sur quatre facteurs-clés, pondérés différemment selon les matières. D'une part, des académiciens jugent la réputation académique des domaines des différentes hautes écoles. Les employeurs fournissent également une évaluation des diplômés. Par ailleurs, le classement évalue la productivité des chercheurs et la fréquence à laquelle leurs travaux sont cités.

Continuer la lecture

Suisse

Swiss plonge dans les chiffres rouges en 2020

Publié

le

Le transporteur national a subi en 2020 une perte opérationnelle de 654 millions de francs, après un bénéfice opérationnel 578 millions en 2019. (Image d'archives - ©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Swiss a essuyé une lourde perte l'an dernier, la première en 15 ans. Pour faire face à l'effondrement de la demande liée à la crise sanitaire et rester compétitive, la compagnie aérienne examine notamment un redimensionnement de sa flotte.

"La pandémie de coronavirus et les restrictions de voyage qu'elle a entraînées nous ont mis à rude épreuve. La crise nous a par ailleurs frappé beaucoup plus durement que d'autres secteurs en raison de la forte proportion de coûts fixes", a souligné le nouveau directeur général de Swiss Dieter Vranckx, cité dans le communiqué diffusé jeudi.

Le transporteur national a subi en 2020 une perte opérationnelle de 654 millions de francs, après un bénéfice opérationnel 578 millions en 2019, a annoncé jeudi la filiale du groupe allemand Lufthansa dans un communiqué.

Le chiffre d'affaires a suivi la même trajectoire, plongeant de 65,2% à 1,85 milliard de francs. Le nombre de passagers transportés a quant à lui chuté de 74,5% comparé à 2019 à 4,79 millions de personnes.

Les difficultés de Swiss se sont encore accentuées en fin d'année, avec la seconde vague de la pandémie et de nouvelles mesures de restrictions sanitaires. Sur le seul quatrième trimestre, les recettes se sont effondrées de 75,7% à 311 millions de francs et la société a inscrit une perte opérationnelle de 239 millions, contre un bénéfice de 89 millions un an plus tôt.

Mesures "draconiennes"

Pour faire face à cette situation, la compagnie aérienne a pris de nombreuses mesures pour réduire ses coûts et préserver ses liquidités. Elle a notamment instauré le chômage partiel et suspendu les investissements non essentiels.

"Grâce aux mesures draconiennes de réduction des coûts (...) nous sommes parvenus à maintenir la perte dans des limites raisonnables", a estimé le directeur financier Markus Binkert. Selon ce dernier, "la situation s'est aggravée depuis le début de l'année 2021" et l'entreprise perd environ deux millions de francs par jour.

"Nous devons donc intensifier nos mesures d'économies", a averti M. Binkert. L'objectif de supprimer quelque 1000 postes à temps plein d'ici la fin de l'année reste d'actualité. Une "série de mesures" a par ailleurs été négociée avec les partenaires sociaux du personnel de cabine et au sol, tandis que les négociations se poursuivent avec les pilotes.

Thomas Frick, directeur d'exploitation, quittera quant à lui ses fonctions fin mars, mais continuera à travailler pour Swiss dans divers projets.

Face à ces difficultés, Swiss "évalue d'autres mesures" pour rester compétitive, alors que la compagnie aérienne ne proposait plus en mars que 25% de son offre de 2019.

"La situation s'est extrêmement détériorée depuis le début de l'année", a lancé M. Vranckx, selon lequel Swiss devra "envisager un redimensionnement plus important que ce qui a été projeté jusqu'à présent".

Quant aux perspectives, la direction n'anticipe pas une reprise avant l'été et compte revenir au troisième trimestre à environ 65% de ses capacités d'avant-crise.

Continuer la lecture

Suisse

Soins infirmiers - Le National ne cède pas dans le contre-projet à l'initiative

Publié

le

(Photo d'illustration © KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Les cantons devraient verser une subvention aux infirmières et aux infirmiers en formation pour les aider à subvenir à leurs besoins et les encourager à poursuivre leurs études. Le Conseil national tient à les y obliger dans le cadre du contre-projet indirect à l'initiative populaire "Pour des soins infirmiers forts".

Par 115 voix contre 72, les députés ont gardé cette disposition qui veut obliger les cantons à participer financièrement aux besoins des futurs infirmiers pour encourager la formation. La Confédération participerait à ces coûts sur huit ans. La mesure coûterait 469 millions de francs.

Rendre les aides à la formation facultative, comme le souhaite le Conseil des Etats, permettrait d'atténuer les frais de 100 millions de francs.

Par 109 voix contre 84, le Conseil national s'est aussi opposé à la condition apportée par les sénateurs sur la facturation des prestations. Tous les infirmiers, services d'aide et de soins à domicile et établissements médico-sociaux devraient pouvoir facturer certains soins sans la prescription ou le mandat d'un médecin. Et ce, qu'ils aient conclu ou non une convention préalable avec les assureurs.

Le contre-projet reprend les principales exigences de l'initiative populaire "Pour des soins infirmiers forts", lancée par l'Association suisse des infirmières et infirmiers. L'initiative demande aux cantons et à la Confédération d'investir davantage dans la formation, d'améliorer les conditions de travail et surtout de renforcer les compétences du personnel soignant.

Le dossier retourne au Conseil des Etats.

Continuer la lecture

Suisse

Le référendum contre la loi Covid-19 a abouti

Publié

le

Les Suisses s'exprimeront dans les urnes sur la loi covid-19. (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Le peuple suisse votera le 13 juin sur la loi Covid-19. La Chancellerie fédérale a annoncé mercredi que 90'789 des 97'878 signatures déposées en janvier par le comité référendaire étaient valables.

Les référendums contre la loi sur le CO2 et la loi fédérale sur les mesures policières de lutte contre le terrorisme (MPT) ont également abouti. Le peuple suisse va voter sur ces trois objets le 13 juin prochain.

Les deux comités référendaires contre la loi CO2 ont déposé un total de 123'879 signatures, dont 72'622 étaient valables. Quant au référendum contre la loi sur les mesures policières, 141'264 personnes l'avaient signé, et 76'926 étaient des signatures valables.

Loi inutile

Le comité référendaire opposé à la loi Covid-19 veut empêcher que les pouvoirs d'urgence du Conseil fédéral pendant la pandémie soient légitimés rétroactivement et prolongés jusqu'à fin 2021. La loi Covid-19 est inutile, soulignent les critiques, car la majorité du texte traite de prestations financières que le Conseil fédéral peut réglementer par des arrêtés fédéraux.

La nouvelle loi sur le CO2, validée en septembre après près de trois années de débats, doit permettre à la Suisse de réduire d'ici 2030 ses émissions de CO2 de 50% par rapport à 1990 et de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré.

Un comité référendaire issu des milieux économiques la juge "coûteuse et inefficace". Une partie des activistes de la Grève du climat lui reprochent son manque d'ambition.

Libertés individuelles restreintes

La loi sur les mesures policières de lutte contre le terrorisme prévoit que les personnes qui soutiennent des organisations criminelles ou terroristes peuvent être punies d'une peine privative de liberté de dix ans au plus. Le comité référendaire issu de la gauche estime que la loi restreint les droits fondamentaux et les libertés individuelles.

Les comités avaient, pour la première fois, la possibilité de déposer leur demande de référendum, sans les attestations de la qualité d’électeur, précise la Chancellerie fédérale.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Sagittaire

Les influx bénéfiques du moment sont de très bons outils pour progresser vers vos objectifs ! Et vous saurez vous en servir !

Publicité

Les Sujets à la Une

X