Rejoignez-nous

Suisse

Trois quarts des réductions de CO2 en Suisse

Publié

,

le

Avec la loi sur le CO2 débattue au Parlement, la Suisse devrait pouvoir concrétiser les objectifs de l'Accord de Paris pour limiter le réchauffement climatique qui affecte notamment les glaciers comme celui d'Aletsch en Valais (archives). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les contours de la nouvelle loi sur le CO2 se confirment. Le Conseil des Etats a suivi lundi le Conseil national dans les grandes lignes, tout précisant certains points. Trois quarts des réductions d'émissions de gaz à effet de serre devront être réalisées en Suisse.

La révision de la loi sur le CO2 doit permettre à la Suisse de concrétiser ses engagements contre le réchauffement climatique dans le cadre de l'Accord de Paris. Elle vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 50% par rapport à leur niveau de 1990 d'ici 2030 et à limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré.

La part des réductions à réaliser en Suisse sera de 75%. Le Conseil des Etats s'est rallié par 23 voix contre 18 au Conseil national sur ce point qui va plus loin que les 60% prévus par le Conseil fédéral. Mais cela renforce aussi les objectifs de la Suisse, a reconnu la ministre de l'environnement Simonetta Sommaruga. Les entreprises pourront en tirer plus d'avantages grâce aux contrats qui en résulteront.

Une minorité aurait souhaité s'en tenir aux 60% initialement prévus. Au-delà, l'objectif serait trop ambitieux et irait à l'encontre des intérêts de l'économie, a estimé Hansjörg Knecht (UDC/AG). La crise du coronavirus l'a déjà suffisamment mise à mal, a-t-il argumenté en vain.

Cantons entendus

Dans le domaine des bâtiments, les émissions de CO2 des nouvelles installations de chauffage devront être drastiquement réduites. Il faudra donc avoir une maison bien isolée pour pouvoir installer un chauffage à mazout à l'avenir.

Les sénateurs sont d'accord d'introduire un délai transitoire de trois ans pour les cantons qui ont déjà pris des mesures en ce sens. Mais ils souhaitent améliorer la collecte des données. Les cantons devraient inscrire les informations sur l'exécution des valeurs limites d'émission de CO2 dans le Registre fédéral des bâtiments et logements.

Concernant le transport routier, les importateurs de carburants devront compenser les émissions liées au trafic routier et le prix du litre d'essence renchérira de 12 centimes au maximum. Le Conseil des Etats ne veut toutefois pas exempter les voitures électriques d'entreprise.

Cette question n'a pas à être réglée dans le cadre de cette loi, a indiqué Damian Müller (PLR/LU) au nom de la commission. Autre divergence: les sénateurs veulent laisser aux importateurs de carburants la possibilité de choisir comment effectuer leurs compensations.

Pour accélérer la conversion écologique des transports publics, ils veulent supprimer le remboursement de l'impôt sur les huiles minérales pour ces véhicules dès 2030. Par 23 voix contre 16 et contre l'avis de sa commission, la Chambre des cantons a en revanche refusé que les fonds économisés servent à encourager les nouveaux modes de propulsion.

Avions privés moins taxés

Pour réduire les émissions de CO2 dues au trafic aérien, une taxe incitative de 30 à 120 francs sera perçue sur les billets d'avions de ligne ou charters. Les vols privés seront aussi taxés.

Alors que le National avait prévu une taxe entre 500 et 5000 francs en fonction de la taille de l'appareil pour les vols privés, les Etats ont limité le montant à 500 francs. Contre l'avis de la commission, ils ont suivi Beat Rieder (PDC/VS) en ce sens. Une taxe unique de 500 francs permettrait de soutenir des aéroports régionaux dévolus à ce genre de vols, comme Sion ou Berne-Belp, selon lui.

Le montant de la taxe sera fixé selon la masse maximale autorisée au décollage et la distance parcourue. Le Conseil fédéral devra tenir compte des mesures de réduction des émissions de CO2 prises par les propriétaires ou les exploitants d'appareils.

Fonds pour le climat

Le financement du Fonds pour le climat a été âprement discuté. Ce nouvel instrument doit permettre d'encourager les mesures en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique. Jusqu'à un tiers de la taxe sur le CO2 (maximum 450 millions de francs par an) et moins de la moitié du produit de la taxe sur les billets d'avion et du produit de la taxe sur l'aviation seront affectés à ce fonds.

Grâce à la voix prépondérante du président Hans Stöckli (PS/BE), les sénateurs n'ont pas voulu que le produit des sanctions contre les importateurs de véhicules soit entièrement affecté à l'élimination ou à la réduction des dommages causés au climat. Seule la moitié sera destinée à cet effet, le reste allant au fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération (FORTA).

Le Conseil national tentera d'éliminer les divergences jeudi. Le Parlement a prévu de mettre la loi sous toit durant cette session.

Le peuple aura probablement le dernier mot. L'UDC a averti qu'elle soutiendra le référendum.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

Genève-Servette passe une bonne soirée à Berne

Publié

le

Le portier Connor Hughes, prêté par Fribourg-Gottéron, a disputé son premier but devant la cage de Genève-Servette. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Genève-Servette poursuit sa belle série en National League. Les Genevois se sont imposés 4-1 sur la glace du CP Berne. Rien à faire pour Ajoie face aux Zurich Lions (1-6).

Avec huit victoires à l'occasion des neuf derniers matches, les Genevois se sont remis dans le bon chemin. Il paraît pratiquement impossible qu'ils rejoignent le top 6, mais ils devraient pouvoir se préparer sereinement pour les pré-play-off. Cette fois-ci, c'est l'équipe de la capitale qui fait les frais du redressement des Genevois. Un jeu défensif retrouvé, une attaque opportuniste avec des joueurs comme Joël Vermin ou Tyler Moy bientôt au sommet de leur forme. Pour l'occasion, les Genevois alignaient leur sixième (!) gardien de la saison avec Connor Hughes, généreusement prêté par Fribourg-Gottéron. Le Canado-Suisse a rendu une copie propre.

Pour Berne, étonnamment amorphe, il s'agit de la quatrième défaite de suite. Privé de leur "âme", Tristan Scherwey, les joueurs de la capitale paraissent manquer de caractère.

Les Ajoulots ont concédé leur douzième revers de suite. Face à une des grosses machines du Championnat, les joueurs de Gary Sheehan n'ont pas fait le poids. Privés de compétition depuis le 23 décembre, avec seulement deux seuls renforts étrangers Philip-Michael Devos et Jerome Gauthier-Leduc, difficile pour les Jurassiens de rivaliser avec une équipe zurichoise où certains des joueurs suisses sont supérieurs aux étrangers comme Denis Malgin, décisif. L'international helvétique a d'abord "piqué" le palet à trois Jurassiens mal positionnés près de la bande pour ouvrir la marque (11e). Il a ensuite inscrit le 4-0. Les Lions comptent désormais sept succès consécutifs.

Même dans l'attente de Gregory Hofmann, Zoug possède une armada offensive d'une efficacité redoutable. Lugano en a subi les conséquences (5-0). Le Suédois Carl Klingberg a réussi un doublé, bien aidé par un rebond de la bande sur l'ouverture du score. A 3-0, Chris McSorley a sorti son gardien Niklas Schlegel pour le remplacer par Thibaut Fatton. Sans effet surtout par la faute de l'offensive tessinoise bien tendre.

Les Rapperswil-Jona Lakers ne sont pas prêts d'abandonner leur place dans les six premiers. Ils ont piégé Davos (2-0), un adversaire direct. Sandro Forrer et Andrew Rowe ont joué les marqueurs dans les rangs saint-gallois.

Classement: 1. Fribourg-Gottéron 34/71 (115-84). 2. Rapperswil-Jona Lakers 37/70 (120-93). 3. Zoug 34/68 (110-79). 4. Zurich Lions 37/67 (125-99). 5. Bienne 36/66 (112-90). 6. Davos 37/65 (107-91). 7. Genève-Servette 36/53 (97-101). 8. Lugano 36/51 (101-106). 9. Lausanne 34/49 (92-97). 10. Berne 36/46 (104-106). 11. Ambri-Piotta 37/43 (91-103). 12. Langnau Tigers 37/32 (103-136). 13. Ajoie 35/18 (62-154).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

20,7 millions sont en jeu au prochain tirage (Archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 4, 6, 18, 31, 35 et 42. Le numéro chance était le 3, le rePLAY le 9 et le Joker le 978898.

Lors du prochain tirage mercredi prochain, 20,7 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Les Verts veulent une relance du dossier européen

Publié

le

Les Verts, présidés par Balthasar Glättli, veulent relancer le dossier européen. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Les Verts suisses veulent accélérer le règlement du dossier européen. Dans une résolution adoptée samedi, ils demandent au Conseil fédéral de retourner à la table des négociations avec l'UE et de cesser de repousser le problème.

La résolution - adoptée à une écrasante majorité - actualise la position des Verts sur le dossier européen, après que le Conseil fédéral a mis fin aux discussions sur un accord institutionnel avec l'UE, ont expliqué les dirigeants des Verts suisses lors de l'assemblée des délégués du parti tenue en ligne.

Les Verts constatent que "la voie bilatérale s'érode inexorablement" et que le Conseil fédéral "refuse de faire son travail". Il fait preuve d'un "manque de courage", selon les mots du conseiller national genevois Nicolas Walder, vice-président du parti. "Nous attendons une feuille de route pour un plan B", a-t-il dit.

A plus large échelle

Les Verts considèrent qu'une grande partie des problèmes qui leur tiennent à coeur ne peuvent être réglés qu'à l'échelon européen: protection du climat et de la biodiversité, numérisation "au service de l'être humain" d'abord et pas des multinationales, "globalisation durable" et droits démocratiques. "Mais cela ne signifie pas que nous acceptons tout ce qui nous vient de l'Europe", a précisé M. Walder.

La résolution n'a pas valeur de proposition institutionnelle. En l'état, les Verts estiment que les trois options possibles (voie bilatérale, adhésion à l'EEE ou à l'UE) doivent rester sur la table.

Cette résolution vient compléter et appuyer le projet d'initiative populaire annoncé l'automne dernier par Les Verts et Opération Libero visant à forcer le Conseil fédéral à coopérer avec l'UE.

Les Verts ont aussi voté une résolution défendue par la conseillère nationale vaudoise Léonore Porchet en faveur d'une approche "holistique" de la santé. Il s'agit de mettre en place une politique sanitaire globale intégrant pleinement les transports, le social et surtout le climat.

Deux "oui", deux "non"

Concernant les objets soumis à votations le 13 février, les Verts - à de très larges majorités - recommandent de glisser deux "oui" et deux "non" dans les urnes.

Sans surprise, le parti est opposé à la suppression du droit de timbre sur le capital "qui occasionnerait une baisse des recettes de la Confédération de 250 millions de francs par an".

La loi sur un train de mesures en faveur des médias, également soumise à référendum, a en revanche été plébiscitée par les délégués. Ils ont estimé que la chute des rentrées publicitaires des médias devait être en partie compensée afin de maintenir un journalisme de qualité.

L'initiative demandant l'interdiction de l'expérimentation animale et humaine a été jugée extrême et donc refusée. Les Verts lui ont reproché par exemple de conduire à l'impossibilité, en cas de oui, de mener des prises de sang chez les animaux ou de faire des observations de comportements, des actes qui n'occasionnent pourtant aucune souffrance.

Enfin, l'initiative visant à protéger les enfants et les jeunes de la publicité pour le tabac a été largement soutenue.

Fidèle au PS

Par ailleurs, le président du parti Balthasar Glättli a souligné l'importance de l'alliance avec le PS. Si la droite offrait aux Verts un siège socialiste au Conseil fédéral après les élections fédérales de 2023, le parti écologiste le refuserait, a-t-il dit dans une interview aux journaux francophones de Tamedia.

"Ce siège, nous le revendiquons pour faire avancer la cause écologique et, pour y arriver, nous avons besoin de deux socialistes", a-t-il ajouté. Le président des Verts continue cependant à revendiquer un siège à l'exécutif fédéral.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Les Verts réclament une accélération du dossier européen

Publié

le

Le conseiller national Nicolas Walder (GE), au nom des Verts, a demandé que le Conseil fédéral reprenne en main le dossier européen. (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les Verts demandent au Conseil fédéral de retourner à la table des négociations avec l'Union européenne (UE). Ils ont adopté samedi une résolution pour "faire pression" sur le gouvernement afin qu'il cesse de repousser la recherche d'une solution.

La résolution - adoptée à une écrasante majorité - actualise la position des Verts sur le dossier européen, après que le Conseil fédéral a mis fin aux discussions sur un accord institutionnel avec l'UE, ont expliqué les dirigeants des Verts suisses lors de l'assemblée des délégués du parti tenue en ligne.

Valeurs communes

Les Verts constatent que "la voie bilatérale s'érode inexorablement" (sans être morte pour autant) et que le Conseil fédéral "refuse de faire son travail". Il fait preuve d'un "manque de courage" sur ce dossier, selon les mots du conseiller national genevois Nicolas Walder, vice-président et membre de la direction du parti. "Nous attendons une feuille de route pour un plan B", a-t-il dit.

Les Verts considèrent qu'une grande partie des problèmes qui leur tiennent à coeur ne peuvent être réglés qu'à l'échelon européen: protection du climat et de la biodiversité, numérisation "au service de l'être humain" d'abord et pas des multinationales, "globalisation durable" et droits démocratiques. "Mais cela ne signifie pas que nous acceptons tout ce qui nous vient de l'Europe", a précisé M. Walder.

De fait, certains délégués, romands en particulier, ont souligné un "déficit démocratique" de l'UE et son orientation "très atlantiste", ainsi que ses accords de libre-échange parfois déséquilibrés notamment avec l'Afrique.

Les trois options possibles

La résolution n'a pas valeur de proposition institutionnelle. En l'état, les Verts estiment que les trois options possibles (voie bilatérale, adhésion à l'EEE ou à l'UE) restent sur la table.

Cette résolution vient en complément et en appui du projet d'initiative populaire annoncé l'automne dernier par Les Verts et Opération Libero visant à forcer le Conseil fédéral à coopérer avec l'UE

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne: le Grand-Pont est désormais fermé pour 10 mois

Publié

le

Le Grand-Pont a été fermé à la circulation dans la nuit de vendredi à samedi à Lausanne. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Grand-Pont à Lausanne a été fermé dans la nuit de vendredi à samedi au trafic motorisé. Suivront, dès lundi, les piétons et les cyclistes. L'ouvrage restera ensuite bouclé 10 mois pour des travaux d'assainissement, chamboulant complètement les déplacements au centre-ville.

Le Grand-Pont voit défiler en moyenne 16'000 véhicules chaque jour, 11'000 piétons et 1600 vélos. Avec sa fermeture complète, toutes les formes de mobilités sont impactées. A commencer pour les automobilistes, pour lesquels les autorités recommandent d'éviter le centre-ville et de privilégier les parkings périphériques ainsi que les transports publics.

Les accès aux parkings du centre restent toutefois garantis. Des parcours voitures alternatifs ont aussi été imaginés et la signalétique a été adaptée "afin d'assurer une circulation aussi fonctionnelle que possible", indique la Ville de Lausanne. Une circulation qui s'annonce malgré tout "difficile".

Nouveau réseau de bus

Tout aussi concernés, les Transports publics de la région lausannoise (tl) ont dû repenser leur réseau. Dix lignes suivent désormais un itinéraire modifié. Certaines ont conservé leur numéro, tandis que d'autres ont fait place à des lignes temporaires.

Une zone de rebroussement des bus a été instaurée sur la place Saint-François. C'est la Riponne qui devient l'interface clef des tl avec le passage de cinq lignes de bus, contre deux jusqu'ici.

"Comme pour tout nouveau réseau, une phase de rodage est nécessaire et des adaptations pourraient avoir lieu après la mise en service", préviennent les tl.

Passerelle

De leur côté, les piétons sont déjà familiarisés à emprunter une passerelle de substitution, installée en octobre et quasiment en parallèle au Grand-Pont. Cette passerelle est interdite aux cyclistes, pour lesquels des parcours alternatifs sont proposés.

Des pages dédiées sur internet ainsi qu'une brochure commune de la Ville de Lausanne et des tl ont été élaborées pour informer la population. Durant les premières semaines de travaux, du personnel sera présent également sur le terrain pour accompagner les usagers.

Cure de jouvence

Les travaux prévus sur le Grand-Pont visent à pallier la dégradation de l'ouvrage, construit en 1844. Ils doivent notamment permettre de corriger une étanchéité défectueuse.

Le tablier du pont - soit la structure qui supporte le trafic - doit être détruit et reconstruit. De nouveaux garde-corps seront également posés.

Le chantier est estimé à 11 millions de francs pour la Ville de Lausanne, auxquels s'ajoute 1,5 million à charge des tl. Si tout se passe comme prévu, le Grand-Pont rouvrira fin novembre 2022.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Un excellent moral et une énergie à toute épreuve, voilà ce qui vous attend, au vu des géométries astrales du jour…

Les Sujets à la Une

X